Énergie en Belgique - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Énergie en Belgique
La centrale nucléaire de Tihange.
La centrale nucléaire de Tihange.
Bilan énergétique (2006)
Offre d'énergie primaire (TPES) 61 M tep (La tonne d'équivalent pétrole (symbole tep) est une unité d'énergie d'un point de vue économique et industriel.)
(2 553,7 PJ)
par agent pétrole : 40,1 %
gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni...) naturel : 24,6 %
électricité : 21,5 %
charbon : 7,8 %
autres renouvelables : 5,9 %
Énergies renouvelables 6 %
Consommation totale (TFC) 36,4 M tep
(1 524,4 PJ)
par habitant 3,5 tep/hab.
(144,6 GJ/hab.)
par secteur ménages : 24,5 %
industrie : 34,9 %
transports : 26,4 %
services : 11,8 %
agriculture : 2,4 %
Électricité (2006)
Production 85,62 TWh
par filière (Une filière est une suite de formalités, d'emplois à remplir avant d'arriver à un certain résultat: la filière administrative.) nucléaire : 54,5 %
thermique : 39,3 %
biomasse/déchets : 3,6 %
hydro : 1,9 %
éoliennes : 0,4 %
autres : 0,3 %
Combustibles (2006)
Production charbon : 2 895 kt
Commerce extérieur (2006)
Importations électricité : 18 853 GWh
pétrole : 31 552 ktep
gaz naturel : 699 213 TJ
charbon : 5 368 ktep
Exportations électricité : 8 696 GWh
charbon : 784 ktep
Sources
Agence internationale de l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.)
  • 2006 Energy Balance for Belgium

Le secteur de l'énergie en Belgique a constitué l'un des moteurs (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou...) du développement économique au XIXe siècle avec l'expansion des charbonnages qui ont contribué à l'industrialisation précoce du pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui...). Cependant, la Belgique est aujourd'hui totalement dépendante de l'étranger pour ses besoins en pétrole (Le pétrole est une roche liquide carbonée, ou huile minérale. L'exploitation de cette énergie fossile est l’un des piliers de l’économie industrielle contemporaine, car le...), en gaz, et dans une moindre mesure, en électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de la physique qui étudie les phénomènes...).

Comme dans plusieurs autres pays européens, le secteur a connu une vaste réorganisation au cours de la dernière décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix » et annus « année.), qui a permis la libéralisation des marchés de l'électricité et du gaz naturel (Le gaz naturel est un combustible fossile, il s'agit d'un mélange d'hydrocarbures présent naturellement dans des roches poreuses sous forme gazeuse.), mais qui a provoqué un réalignement des acteurs de l'industrie, en raison d'introductions en bourse, de prises de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) et de fusions d'entreprises. Les dernières transactions ont ainsi renforcé le contrôle des grandes entreprises européennes, comme EDF, GDF SUEZ (GDF Suez est un groupe énergétique franco-belge, 2e leader mondial de l'énergie au classement mondial des entreprises. Le groupe est né le 22...) et ENI, sur l'approvisionnement en électricité et en gaz de la Belgique. Cette libéralisation s'est effectuée dans un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu traditionnellement de l'analyse...) d'une réglementation fragmentée entre l'état fédéral belge et les trois régions, qui se partagent la tâche de superviser le secteur.

Le secteur de l'énergie doit aussi faire face aux grands enjeux énergétiques du début du XXIe siècle, comme l'efficacité énergétique (En physique et ingénierie mécanique, l'efficacité énergétique (ou efficacité thermodynamique) est un nombre sans dimension, qui est le rapport entre ce qui...), les changements climatiques, les augmentations de prix des combustibles et la transition vers les énergies renouvelables. La question de l'avenir de l'industrie nucléaire (L’industrie nucléaire comprend l'ensemble des procédés de transformation et des acteurs économiques qui utilisent les...) belge et la pertinence de fermer les centrales en exploitation constituent encore un sujet d'actualité.

Historique

Houillère Léonard de France à Liège, 1836.

Au moment de la révolution de 1830, le royaume était un exportateur net d'énergie. L'exploitation de la houille (La houille (mot wallon francisé), est une roche carbonée. C'est également une roche combustible fossile solide provenant de la décomposition d'organismes du carbonifère.) — un mot d'origine wallonne — dans la région de Liège date du Moyen-âge, mais l'invention de la machine à vapeur (La machine à vapeur est une invention,dont les évolutions les plus significatives datent du XVIIIe siècle. C'est un moteur thermique à combustion externe, il transforme...) et les débuts de l'industrialisation de l'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire...) dans les premières décennies du XIXe siècle stimulent le développement des charbonnages. En 1830, la Belgique produisait 6 millions de tonnes — sur une production mondiale se situant entre 20 et 30 millions de tonnes. Les machines à vapeur () qui commençaient à être installées dans le reste du continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme désigne une vaste...) dépendaient de la houille belge.

Bien que la production belge ne suffise déjà plus à répondre la demande dès 1840, le pays offrait des avantages : s'y concentrait au même endroit l'extraction du charbon, la métallurgie (La métallurgie est la science des matériaux qui étudie les métaux, leurs élaborations, leurs propriétés, leurs...) et la fabrication de machines-outils. Dans ce contexte, la Belgique et la Suisse constituaient des figures de proue (La proue est le nom donné à la partie avant d'un bateau ; le terme est aujourd'hui délaissé en faveur d'étrave, qui reste plus technique.) d'un monde (Le mot monde peut désigner :) industrialisé naissant, au même titre que la Grande-Bretagne (La Grande-Bretagne (en anglais Great Britain) est une île bordant la côte nord-ouest de l'Europe continentale. Elle représente la majorité du territoire du Royaume-Uni. En...), les États-Unis, l'Allemagne et dans une moindre mesure, la France.

Les années 1950 marquent un point (Graphie) tournant pour le charbon belge. L'Europe occidentale de l'après-guerre souffre d'abord de pénuries d'énergie. Mais le charbon américain et l'augmentation de la consommation du pétrole et du gaz naturel transforment la pénurie en surplus dans les six pays membres de la communauté européenne du charbon et de l'acier (L’acier est un alliage métallique utilisé dans les domaines de la construction métallique (voir aussi l’article sur la théorie du soudage de...), à laquelle participe la Belgique. À la fois structurelle et conjoncturelle, la crise de la fin des années 1950 portera un dur coup aux charbonnages wallons, en raison du vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l'aptitude d'un objet, d'une information ou d'un organisme à assurer ses fonctions.) des installations. Les puits les moins rentables sont fermés et l'État belge subventionne la production afin de faire baisser les prix.

Page générée en 0.085 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique