Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
 A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | +
Indianapolis 500

Les 500 miles d'Indianapolis (également appelés Indianapolis 500 ou Indy 500) sont une course automobile américaine qui se tient chaque année depuis 1911 le week-end du Memorial Day sur l'Indianapolis Motor Speedway à Speedway dans l'état de l'Indiana.

Histoire

L'Indianapolis Motor Speedway (Indianapolis Motor Speedway est un circuit automobile situé à Speedway (une petite ville enclave, complètement entourée par Indianapolis, la capitale de l'État) dans l'État de l'Indiana, aux États-Unis. C'est la...) a été créé en 1909 par quatre entrepreneurs de l'Indiana: Carl Ficher, James Allison, Arthur Newby et Frank Wheeler. Après avoir organisé quelques épreuves mineures, ils décident rapidement de limiter l'exploitation de l'IMS à une seule épreuve par an (afin de lui conférer un caractère d'exception), une course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) de 500 Miles qu'il espèrent voir rapidement devenir l'un des événements majeurs du sport automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est équipée...) américain. Les 500 Miles d'Indianapolis voient le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa...) en 1911, et comme l'espéraient ses créateurs, devient rapidement la référence des courses américaines, sa durée exceptionnelle ainsi que le caractère du circuit (un long quadrilatère (En géométrie plane, un quadrilatère est un polygone à 4 côtés.) de 2,5 miles recouvert de briques) en faisant un test impitoyable pour les machines. Mieux, dès 1913, l'Indy 500 devient une étape incontournable pour les constructeurs étrangers désireux d'y affirmer la suprématie de leurs machines. Citons notamment Peugeot (Peugeot est une marque de constructeur automobile français fondée par Armand Peugeot de la famille Peugeot en 1896. Le siège est à Paris et les bureaux d'étude et de recherche à Vélizy, La...), Delage (Delage est une marque automobile française fondée en 1905 par Louis Delage (1874-1947) à Levallois-Perret près de Paris et disparu en 1953 (rachetée par Delahaye en 1935).), Fiat (Fiat (acronyme de Fabbrica Italiana Automobili Torino, fabrique italienne automobiles Turin), est un constructeur automobile, basé à Turin, dans le Nord de l'Italie. Elle est contrôlée par la famille Agnelli, par l'intermédiaire du groupe Ifil.), Mercedes.

Au sortir de la première guerre mondiale, le fossé se creuse entre les sport automobile européen et le sport automobile américain, et l'Indy 500 redevient une compétition purement américaine, vis à vis de laquelle les pilotes et constructeurs européens ne manifestent guère d'intérêt. Il faut attendre les années 1960 pour que la course retrouve un caractère international, grâce à l'offensive britannique menée par Lotus (qui révolutionne l'épreuve en imposant pour la première fois une monoplace à moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une énergie (éolienne,...) arrière). Dans le sillage de Lotus (et de son pilote fétiche Jim Clark), la plupart des tenors de la Formule 1 (La Formule 1 est une discipline de sport automobile qui se dispute sur des circuits fermés à bord de monoplaces. Depuis début 2006, les spécifications sont : monoplaces d'au moins 600...) des années 1960 tenteront également leur chance, avec plus ou moins de réussite.

L'internationalisation de l'épreuve a repris de plus belle dans les années 1980, période au cours de laquelle le CART (dont l'Indy 500 était l'épreuve majeure) était un refuge de plus en plus prisé des anciens pilotes de Formule 1. La scission CART/IRL de 1996, en partie motivée par la volonté de Tony George (héritier de la famille Hulman, propriétaire du circuit depuis 1945) de donner la priorité aux pilotes et aux constructeurs locaux, n'a pas enrayé ce phénomène. Cette scission, très destabilisatrice pour l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) des courses de type monoplace aux États-Unis, a surtout eu pour effet d'affaiblir l'Indianapolis 500 (Les 500 miles d'Indianapolis (également appelés Indianapolis 500 ou Indy 500) sont une course automobile américaine qui se tient chaque année depuis 1911 le week-end du Memorial Day sur...), dont l'audience est désormais moindre que certaines épreuves de Nascar.

Championnats

Epreuve phare du sport automobile américain, l'Indianapolis 500 a à plusieurs reprises été au cœur des luttes d'influence. De 1911 à 1955, l'Indy 500 était organisé sous l'égide de l'Association des Automobiles Américaines (AAA). Après 1955 (année marquée par la catastrophe (Une catastrophe est un événement brutal, d'origine naturelle ou humaine, ayant généralement la mort et la destruction à grande échelle pour conséquence.) des 24 heures (L'heure est une unité de mesure  :) du Mans), l'AAA préfère se retirer de l'organisation (Une organisation est) des compétitions sportives et cède la place à l'USAC (United States Auto Club). En 1979, les principales écuries du championnats USAC décident de faire scission et de créer leur propre compétition, le CART. La plupart des épreuves du calendrier (Un calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. Ces systèmes ont été inventés par les hommes pour mesurer, diviser et organiser le temps sur de longues durées. Initialement conçus pour être en...) rejoignent le CART à l'exception notable de l'Indianapolis 500, qui maintient sa fidélité à l'USAC. Le championnat USAC disparaissant rapidement, l'Indianapolis se court alors hors-championnat pendant plusieurs années, sans effet sur le prestige de l'épreuve, puisque les équipes du championnat CART continuent d'y participer. A partir de 1983, bien que toujours placé sous l'égide de l'USAC, l'Indy 500 intègre enfin le calendrier du championnat CART.

Une nouvelle scission intervient en 1996, avec la création par Tony George, le propriétaire de l'IMS, de l'Indy Racing League (L' Indy Racing League est un organisme de course automobile nord-américain qui organise les championnats IndyCar Series et Indy Pro Series.), un nouveau championnat qui vise à concurrencer le CART et dont l'Indy 500 devient évidemment l'événement majeur. Contrairement à ce qui s'était passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps...) lors de la scission CART/USAC, il devient alors très compliqué pour les équipes et les pilotes du CART de participer à l'Indianapolis 500 en raison des conflits de date et de la réglementation technique radicalement différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application définie à l'aide de la trace, dans l'anneau...) entre les deux championnat.

A noter que de 1950 à 1960, l'Indianapolis 500 a également compté pour le championnat du monde (Le mot monde peut désigner :) de Formule 1. Mais cette présence de l'Indy 500 au calendrier de la F1 était essentiellement symbolique et destinée à cautionner l'étiquette mondiale du championnat du monde naissant. Disputés selon des règlements techniques et sportifs différents de ceux en vigueur le reste de la saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau Solstice et Équinoxe...), les 500 Miles d'Indianapolis n'ont que rarement attiré les habitués du championnat du monde. Paradoxalement, c'est à partir du début des années 1960 (alors même que l'Indy 500 avait été retité du calendrier) que certains pilotes de F1 ont fait des 500 Miles d'Indianapolis un objectif majeur de la saison.

Le circuit vu du ciel
Le circuit vu du ciel (Le ciel est l'atmosphère de la Terre telle qu'elle est vue depuis le sol de la planète.)

Traditions et déroulement de l'épreuve

Contrairement à une épreuve classique qui dure un week-end, les 500 Miles d'Indianapolis s'étalent traditionnellement sur l'ensemble du mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de mai (à noter que depuis 2006, les organisateurs ont décidé de raccourcir à 3 semaines la durée des festivités).

  • L'épreuve commence début mai par le rookie test (officiellement dénommé Rookie Orientation Program) qui permet aux organisateurs d'évaluer la capacité des débutants à affronter les 2,5 miles du speedway. Ce test, qui est généralement une simple formalité, consiste en des exercices de régularité, à quatre paliers de vitesse (On distingue :) différents. Même les pilotes les plus prestigieux, quand bien même seraient-ils auréolés de titres de champion du monde de F1, doivent s'y soumettre.
  • Après le rookie test, a lieu l'opening day, première séance d'essais libres. Pendant un certain temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), le fait d'être le premier pilote à prendre la piste lors de l'opening day était chargé d'un certain prestige et assurait à son pilote (et à ses sponsors!) un mot dans les médias (On nomme média un moyen impersonnel de diffusion d'informations (comme la presse, la radio, la télévision), utilisé pour communiquer. Les médias permettent de diffuser une information vers un grand nombre d'individus sans possibilité de...) le lendemain. Les pilotes méconnus et les petites équipes trouvaient là un chance unique de faire parler d'eux. Cette tradition a culminé dans les années 1970, jusqu'à donner lieu à de véritables courses d'accélération (L'accélération désigne couramment une augmentation de la vitesse ; en physique, plus précisément en cinématique, l'accélération...) dans l'allée des stands, dès l'ouverture de la séance d'essais. Suite à un accident sérieux (au cours duquel un commissaire fut gravement blessé), il fut décidé par mesure de sécurité de réduire la publicité (Bien que le terme (Werbung en allemand, Publicity et Advertising en anglais) désignât d'abord le mot qui aux yeux d'Habermas qualifie la Modernité et...) faite autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit...) de cet "événement". Aujourd'hui, la course à l'ouverture est pratiquement tombée dans l'oubli.
  • Deux semaines avant la course, a lieu le premier week-end de qualification. La journée du samedi, appelée pole day, permet comme son nom l'indique de déterminer l'auteur de la pole position et des premières places sur la grille ( Un grille-pain est un petit appareil électroménager. Une grille écran est un élément du tube de télévision. Une grille d'arrêt est un élément du tube de télévision. Une grille de...).
  • Une semaine avant la course, le long processus de qualification se termine par le bump day, séance durant laquelle le pilote qualifié qui possède le moins bon des 33 chronos (ce pilote n'est pas forcément le 33e qualifié puisque à Indianapolis, la grille est composée en fonction des chronos mais également de la journée au cours de laquelle le chrono a été établi) court le risque d'être délogé de la grille par un pilote encore non-qualifié.
  • Le jeudi précédant la course, ultime séance d'essais libres, en configuration course. C'est le carburation day.
  • Le dimanche de la course, après le traditionnel défilé des pilotes et l'hymne américain, les 33 concurrents allument leur moteur en entendant le fameux Gentlemen, start your engines, prononcé par un membre de la famille Hulman. À noter que la présence de femmes au départ de la course a amené les organisateurs à amender cet ordre, qui devient si besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins secondaires et les besoins...) est Lady and gentlemen, start your engines ou même Ladies and gentlemen, start your engines. Les 33 pilotes se placent alors derrière le pace-car et forment 11 lignes de 3 pilotes en attendant que la course soit lancée.
  • Le vainqueur de la course rejoint Victory Lane avec sa voiture. Victory Lane est le cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale distance d'un point nommé centre. La valeur de cette distance est appelée rayon...) des vainqueurs, où seul le premier et son équipe sont autorisés à accéder. Dans les courses américaines, et tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) particulièrement à Indianapolis, le podium n'existe pas, et seul le vainqueur est honoré.
  • Le vainqueur reçoit le Borg-Warner Trophy, grande coupe sur laquelle sont sculptés les visages de tous les précédents vainqueurs de la course.
  • Le vainqueur reçoit également une bouteille de lait dont il boit quelques gorgées. Cette tradition lactée remonte à 1936 et à la victoire de Louis Meyer, qui avait exigé cette boisson pour se désaltérer après la course. Aujourd'hui, la firme qui est sous contrat avec les organisateurs pour fournir le lait, demande à chaque pilote avant l'épreuve quel type de lait il souhaite boire en cas de victoire. En 1993, Emerson Fittipaldi avait fait scandale en remplaçant la bouteille de lait par une bouteille de jus d'orange afin de faire la promotion de la plantation d'agrumes dont il est propriétaire au Brésil.

Palmarès

Liste des vainqueurs

Année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) Vainqueur Voiture Championnat
1911 Ray Harroun Marmon AAA
1912 Joe Dawson National AAA
1913 Jules Goux Peugeot AAA
1914 René Thomas Delage AAA
1915 Ralph DePalma Mercedes AAA
1916 Dario Resta Peugeot AAA
1917-1918 Annulé - -
1919 Howdy Wilcox Peugeot AAA
1920 Gaston Chevrolet (Chevrolet, surnommé Chevy, est une marque d’automobile américaine qui est devenue une division de la compagnie General Motors officiellement en mai...) Frontenac AAA
1921 Tommy Milton Frontenac AAA
1922 Jimmy Murphy Duesenberg-Miller AAA
1923 Tommy Milton Miller AAA
1924 Lora Corum et Joe Boyer Duesenberg AAA
1925 Peter de Paolo Duesenberg AAA
1926 Frank Lockhart Miller AAA
1927 George Souders Duesenberg AAA
1928 Louis Meyer Miller AAA
1929 Ray Keech Miller AAA
1930 Billy Arnold Summers-Miller AAA
1931 Louis Schneider Stevens-Miller AAA
1932 Fred Frame Wetteroth-Miller AAA
1933 Louis Meyer Miller AAA
1934 Bill Cummings Miller AAA
1935 Kelly Petillo Wetteroth-Offenhauser AAA
1936 Louis Meyer Stevens-Miller AAA
1937 Wilbur Shaw Shaw-Offenhauser AAA
1938 Floyd Roberts Wetteroth-Miller AAA
1939 Wilbur Shaw Maserati (Maserati est une célèbre marque de voitures de sport et de course italienne.) AAA
1940 Wilbur Shaw Maserati AAA
1941 Floyd Davis et Mauri Rose Wetteroth-Offenhauser AAA
1942 à 1945 Annulé - -
1946 George Robson Adams-Spark AAA
1947 Mauri Rose Deidt-Offenhauser AAA
1948 Mauri Rose Deidt-Offenhauser AAA
1949 Bill Holland Deidt-Offenhauser AAA
1950 Johnnie Parsons Kurtis-Offenhauser AAA et F1
1951 Lee Wallard Kurtis-Offenhauser AAA et F1
1952 Troy Ruttman Kuzma-Offenhauser AAA et F1
1953 Bill Vukovich Kurtis-Offenhauser AAA et F1
1954 Bill Vukovich Kurtis-Offenhauser AAA et F1
1955 Bob Sweikert Kurtis-Offenhauser AAA et F1
1956 Pat Flaherty Watson-Offenhauser USAC et F1
1957 Sam Hanks Epperly-Offenhauser USAC et F1
1958 Jimmy Bryan Epperly-Offenhauser USAC et F1
1959 Rodger Ward Watson-Offenhauser USAC et F1
1960 Jim Rathmann Watson-Offenhauser USAC et F1
1961 A.J. Foyt Trevis-Offenhauser USAC
1962 Rodger Ward Watson-Offenhauser USAC
1963 Parnelli Jones Watson-Offenhauser USAC
1964 A.J. Foyt Watson-Offenhauser USAC
1965 Jim Clark Lotus-Ford USAC
1966 Graham Hill Lola-Ford USAC
1967 A.J. Foyt Coyote-Ford USAC
1968 Bobby Unser Eagle-Offenhauser USAC
1969 Mario Andretti Hawk-Offenhauser USAC
1970 Al Unser Colt-Ford USAC
1971 Al Unser Colt-Ford USAC
1972 Mark Donohue McLaren-Offenhauser USAC
1973 Gordon Johncock Eagle-Offenhauser USAC
1974 Johnny Rutherford McLaren-Offenhauser USAC
1975 Bobby Unser Eagle-Offenhauser USAC
1976 Johnny Rutherford McLaren-Offenhauser USAC
1977 A.J. Foyt Coyote-Foyt USAC
1978 Al Unser Lola-Ford USAC
1979 Rick Mears Penske-Ford USAC
1980 Johnny Rutherford Chaparral-Ford USAC
1981 Bobby Unser Penske-Ford USAC
1982 Gordon Johncock Wildcat-Ford USAC
1983 Tom Sneva March-Ford CART
1984 Rick Mears March-Ford CART
1985 Danny Sullivan March-Ford CART
1986 Bobby Rahal March-Ford CART
1987 Al Unser March-Ford CART
1988 Rick Mears Penske-Chevrolet CART
1989 Emerson Fittipaldi Penske-Chevrolet CART
1990 Arie Luyendyk Lola-Chevrolet CART
1991 Rick Mears Penske-Chevrolet CART
1992 Al Unser Jr. Galmer-Chevrolet CART
1993 Emerson Fittipaldi Penske-Chevrolet CART
1994 Al Unser Jr. Penske-Mercedes CART
1995 Jacques Villeneuve (Jacques Joseph Charles Villeneuve (né le 9 avril 1971 à Saint-Jean-sur-Richelieu, Canada) est un pilote automobile canadien. Il a notamment remporté le championnat du monde de Formule 1 en 1997 et les...) Reynard-Ford CART
1996 Buddy Lazier Reynard-Ford IRL
1997 Arie Luyendyk G-Force-Aurora IRL
1998 Eddie Cheever Dallara-Aurora IRL
1999 Kenny Brack Dallara-Aurora IRL
2000 Juan Pablo Montoya G-Force-Aurora IRL
2001 Hélio Castroneves Dallara-Aurora IRL
2002 Hélio Castroneves Dallara-Chevrolet IRL
2003 Gil de Ferran (Gil de Ferran (né le 11 novembre 1967 à Paris, France) est un ancien pilote automobile brésilien. Double champion CART en 2000 et 2001, vainqueur de l'Indy 500 en 2003, il est...) Panoz G-Force-Toyota IRL
2004 Buddy Rice Panoz G-Force-Honda IRL
2005 Dan Wheldon Dallara-Honda IRL
2006 Sam Hornish Jr. Dallara-Honda IRL
2007 Dario Franchitti Dallara-Honda IRL

Liste des polemen

L'une des courses les plus rapides au monde
L'une des courses les plus rapides au monde

En 1911 et 1912, la grille de départ était établie en fonction de l'ordre dans lequel les inscriptions parvenaient à l'organisateur. En 1913 et en 1914, c'est un tirage au sort qui déterminait l'ordre de départ. Ce n'est qu'à partir de 1915 que les qualifications sont apparues.

De nos jours, les qualifications des 500 Miles d'Indianapolis se tiennent sur plusieurs jours, chaque journée servant à qualifier une partie de la grille. La pole position se joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à...) le samedi du premier week-end de qualification, dans une journée appelée le "pole-day" et qui se tient généralement deux semaines avant la course. Les qualifications se poursuivent le lendemain, puis reprennent le week-end suivant et s'achèvent par le "bump-day", ultime séance de qualification dans laquelle le pilote qualifié le moins rapide (ce qui n'est pas forcément synonyme de dernier qualifié compte tenu de la particularité du système de qualifications) peut se voir éliminé par un nouveau concurrent.

Les places sur la grille étant attribuées en fonction de la journée de qualification au cours de laquelle le chrono a été établi, il convient de noter que le pilote le plus rapide des qualifications peut être amené à démarrer loin sur la grille s'il n'a pas réalisé son chrono lors du "pole day". Ce fut le cas de Arie Luyendyk qui réalisa en 1996 lors du deuxième jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale)...) de qualifications la meilleure moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans...) jamais réalisée sur l'ovale en 4 tours (381,392 km/h) mais ne s'élança qu'en vingtième position.

Les qualifications se font sur quatre tours chronométrés. Chaque concurrent s'élance seul sur l'ovale pour réaliser ses 4 tours de suite (6 en réalité avec le tour de sortie et celui de retour aux stands), le chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) retenu est la vitesse moyenne établie sur une série de quatre tours soit la distance de 10 miles (16,093 km).

  • 1911 - Lewis Strang
  • 1912 - Gil Anderson
  • 1913 - Caleb Bragg
  • 1914 - Jean Chassagne
  • 1915 - Howdy Wilcox, 98,80 mph (159,00 km/h)
  • 1916 - Johnny Aitken, 96,69 mph (155,61 km/h)
  • 1917 et 1918 - Course annulée
  • 1919 - René Thomas, 104,78 mph (168,63 km/h)
  • 1920 - Ralph DePalma, 99,15 mph (159,57 km/h)
  • 1921 - Ralph DePalma, 100,75 mph (162,14 km/h)
  • 1922 - Jimmy Murphy, 100,50 mph (161,74 km/h)
  • 1923 - Tommy Milton, 108,17 mph (174,08 km/h)
  • 1924 - Jimmy Murphy, 108,037 mph (173,869 km/h)
  • 1925 - Leon (LEON est un processeur 32 bit RISC open source, compatible SPARC V8 (1987) développé par l'ingénieur suédois Jiri Gaisler pour l'ESA.) Duray, 113,196 mph (182,171 km/h)
  • 1926 - Earl Cooper, 111,735 mph (179,820 km/h)
  • 1927 - Frank Lockhart, 120,100 mph (193,282 km/h)
  • 1928 - Leon Duray, 122,391 mph (196,969 km/h)
  • 1929 - Cliff Woodbury, 120,599 mph (194,085 km/h)
  • 1930 - Bill Arnold, 113,268 mph (182,287 km/h)
  • 1931 - Russell Snowberger, 112,796 mph (181,528 km/h)
  • 1932 - Lou Moore, 117,363 mph (188,877 km/h)
  • 1933 - Bill Cummings, 118,530 mph (190,756 km/h)
  • 1934 - Kelly Petillo, 119,329 mph (192,041 km/h)
  • 1935 - Rex Mays, 120,736 mph (194,306 km/h)
  • 1936 - Rex Mays, 119,644 mph (192,548 km/h)
  • 1937 - Bill Cummings, 123,343 mph (198,501 km/h)
  • 1938 - Floyd Roberts, 125,681 mph (202,264 km/h)
  • 1939 - Jimmy Snyder, 130,138 mph (209,437 km/h)
  • 1940 - Rex Mays, 127,850 mph (205,755 km/h)
  • 1941 - Mauri Rose, 128,691 mph (207,108 km/h)
  • 1942 à 1945 - Course annulée
  • 1946 - Cliff Bergere, 126,471 mph (203,535 km/h)
  • 1947 - Ted Horn, 126,564 mph (203,685 km/h)
  • 1948 - Rex Mays, 130,577 mph (210,143 km/h)
  • 1949 - Duke Nalon, 132,939 mph (213,945 km/h)
  • 1950 - Walt Faulkner, 134,343 mph (216,204 km/h)
  • 1951 - Duke Nalon, 136,498 mph (219,672 km/h)
  • 1952 - Freddie Agabashian, 138,010 mph (222,106 km/h)
  • 1953 - Bill Vukovich, 138,392 mph (222,720 km/h)
  • 1954 - Jack McGrath, 141,033 mph (226,791 km/h)
  • 1955 - Jerry Hoyt, 140,045 mph (225,381 km/h)
  • 1956 - Pat Flaherty, 145,596 mph (234,314 km/h)
  • 1957 - Pat O'Connor, 143,948 mph (231,662 km/h)
  • 1958 - Dick Rathmann, 145,974 mph (234,922 km/h)
  • 1959 - Johnny Thompson, 145,908 mph (234,816 km/h)
  • 1960 - Eddie Sachs, 146,592 mph (235,917 km/h)
  • 1961 - Eddie Sachs, 147,481 mph (237,348 km/h)
  • 1962 - Parnelli Jones, 150,370 mph (241,997 km/h)
  • 1963 - Parnelli Jones, 151,153 mph (243,257 km/h)
  • 1964 - Jim Clark, 158,828 mph (255,609 km/h)
  • 1965 - A.J. Foyt, 161,233 mph (259,479 km/h)
  • 1966 - Mario Andretti, 165,899 mph (266,989 km/h)
  • 1967 - Mario Andretti, 168,982 mph (271,950 km/h)
  • 1968 - Joe Leonard, 171,559 mph (276,097 km/h)
  • 1969 - A.J. Foyt, 170,568 mph (274,503 km/h)
  • 1970 - Al Unser, 170,221 mph (273,944 km/h)
  • 1971 - Peter Revson, 178,696 mph (287,583 km/h)
  • 1972 - Bobby Unser, 195,940 mph (315,335 km/h)
  • 1973 - Johnny Rutherford, 198,413 mph (319,315 km/h)
  • 1974 - A.J. Foyt, 191,632 mph (308,402 km/h)
  • 1975 - A.J. Foyt, 193,976 mph (312,174 km/h)
  • 1976 - Johnny Rutherford, 188,957 mph (304,097 km/h)
  • 1977 - Tom Sneva, 198,884 mph (320,073 km/h)
  • 1978 - Tom Sneva, 202,156 mph (325,339 km/h)
  • 1979 - Rick Mears, 193,736 mph (311,788 km/h)
  • 1980 - Johnny Rutherford, 192,256 mph (309,406 km/h)
  • 1981 - Bobby Unser, 200,546 mph (322,748 km/h)
  • 1982 - Rick Mears, 207,004 mph (333,141 km/h)
  • 1983 - Teo Fabi, 207,395 mph (333,770 km/h)
  • 1984 - Tom Sneva, 210,029 mph (338,009 km/h)
  • 1985 - Pancho Carter, 212,583 mph (342,119 km/h)
  • 1986 - Rick Mears, 216,828 mph (348,951 km/h)
  • 1987 - Mario Andretti, 215,390 mph (346,637 km/h)
  • 1988 - Rick Mears, 219,198 mph (352,765 km/h)
  • 1989 - Rick Mears, 223,885 mph (360,308 km/h)
  • 1990 - Emerson Fittipaldi, 225,301 mph (362,587 km/h)
  • 1991 - Rick Mears, 224,113 mph (360,675 km/h)
  • 1992 - Roberto Guerrero, 232,482 mph (374,144 km/h)
  • 1993 - Arie Luyendyk, 223,967 mph (360,440 km/h)
  • 1994 - Al Unser Jr, 228,011 mph (366,948 km/h)
  • 1995 - Scott Brayton, 231,604 mph (372,731 km/h)
  • 1996 - Scott Brayton, 233,100 mph (375,138 km/h)
  • 1997 - Arie Luyendyk, 218,263 mph (351,260 km/h)
  • 1998 - Billy Boat, 223,503 mph (359,693 km/h)
  • 1999 - Arie Luyendyk, 225,179 mph (362,390 km/h)
  • 2000 - Greg Ray, 223,471 mph (359,642 km/h)
  • 2001 - Scott Sharp, 226,037 mph (363,771 km/h)
  • 2002 - Bruno Junqueira, 231,342 mph (372,309 km/h)
  • 2003 - Hélio Castroneves, 231,725 mph (372,925 km/h)
  • 2004 - Buddy Rice, 222,024 mph (357,313 km/h)
  • 2005 - Tony Kanaan, 227,566 mph (366,232 km/h)
  • 2006 - Sam Hornish Jr., 228,985 mph (368,516 km/h)
  • 2007 - Hélio Castroneves, 225.817 mph

En 1996, l'auteur de la pole-position, Scott Brayton, a trouvé la mort quelques jours plus tard dans une séance d'essais libres. C'est Tony Stewart qui s'est élancé en tête le jour de la course.

Liste des meilleurs débutants de l'année

Depuis 1952, un collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même caractéristique ou un établissement d'enseignement.) de spécialistes vote à l'issue de la course pour décerner le trophée du meilleur débutant de l'année (rookie of the year). Cette récompense revient au pilote qui a fait la plus belle impression tout au long des essais et de la course, et n'est donc pas nécessairement attribuée au pilote le mieux placé à l'arrivée. L'exemple le plus célèbre date de l'édition 1966: victorieux dès sa première participation, Graham Hill s'était vu préféré son compatriote Jackie Stewart qui avait dominé la course avant d'abandonner en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de l'arrivée.

  • 1952 - Art Cross; 5e
  • 1953 - Jimmy Daywalt; 6e
  • 1954 - Larry Crocket; 9e
  • 1955 - Al Herman; 7e
  • 1956 - Bob Veith; 7e
  • 1957 - Don Edmunds; 19e
  • 1958 - George Amick; 2e
  • 1959 - Bobby Grim; 26e
  • 1960 - Jim Hurtubise; 18e
  • 1961 - Bobby Marshman et Parnelli Jones; 7e et 12e
  • 1962 - Jim McElreath; 6e
  • 1963 - Jim Clark; 2e
  • 1964 - Johnny White; 4e
  • 1965 - Mario Andretti; 3e
  • 1966 - Jackie Stewart; 6e
  • 1967 - Denny Hulme; 4e
  • 1968 - Bill Vukovich, Jr.; 7e
  • 1969 - Mark Donohue; 7e
  • 1970 - Donnie Allison; 4e
  • 1971 - Denny Zimmerman; 8e
  • 1972 - Mike Hiss; 7e
  • 1973 - Graham McRae; 16e
  • 1974 - Pancho Carter; 7e
  • 1975 - Bill Puterbaugh; 7e
  • 1976 - Vern Schuppan; 18e
  • 1977 - Jerry Sneva; 10e
  • 1978 - Larry Rice et Rick Mears; 11e et 23e
  • 1979 - Howdy Holmes; 7e
  • 1980 - Tim Richmond; 9e
  • 1981 - Josele Garza; 23e
  • 1982 - Jim Hickman; 7e
  • 1983 - Teo Fabi; 26e
  • 1984 - Roberto Guerrero et Michael Andretti; 2e et 5e
  • 1985 - Arie Luyendyk; 7e
  • 1986 - Randy Lanier; 10e
  • 1987 - Fabrizio Barbazza; 3e
  • 1988 - Bill Vukovich, III; 14e
  • 1989 - Bernard Jourdain (Le Jourdain (de l'hébreu נהר הירדן, Nehar haYarden qui veut dire la Rivière de la Peine, du Jugement, mais aussi descendre) est...) et Scott Pruett; 9e et 10e
  • 1990 - Eddie Cheever; 8e
  • 1991 - Jeff Andretti; 15e
  • 1992 - Lyn St. James; 11e
  • 1993 - Nigel Mansell; 3e
  • 1994 - Jacques Villeneuve; 2e
  • 1995 - Christian Fittipaldi; 2e
  • 1996 - Tony Stewart; 24e
  • 1997 - Jeff Ward; 3e
  • 1998 - Steve Knapp; 3e
  • 1999 - Robby McGehee; 5e
  • 2000 - Juan Pablo Montoya; vainqueur
  • 2001 - Hélio Castroneves; vainqueur
  • 2002 - Alex Barron et Tomas Scheckter; 4e et 26e
  • 2003 - Tora Takagi; 5e
  • 2004 - Kosuke Matsuura; 11e
  • 2005 - Danica Patrick; 4e
  • 2006 - Marco Andretti; 2e
  • 2007 - Phil Giebler; 29e
Source: Wikipédia publiée sous licence CC-BY-SA 3.0.

Vous pouvez soumettre une modification à cette définition sur cette page. La liste des auteurs de cet article est disponible ici.