Plan Calcul
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Le Plan Calcul était un plan gouvernemental français lancé en 1966 par le général De Gaulle sur l'impulsion de Michel Debré, destiné à assurer l'indépendance du pays en matière de gros ordinateurs.

Ce plan fait suite au refus américain de vendre un mainframe Control Data à l'armée française en 1963. À cette époque, la France voulait se doter de l'arme nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :). Les Américains, pour garder leur leadership et sous couvert d'une politique anti-prolifération, prirent une série de mesures interdisant la vente d'équipements de haute technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) à la France. L'Affaire Bull (Bull est une société française spécialisée dans l'informatique professionnelle.) avait également en 1964 définitivement affaibli le seul concurrent d'IBM (International Business Machines Corporation (IBM) est une société multinationale américaine présente dans les domaines du matériel informatique, du logiciel et des services informatiques.). Le Général de Gaulle décida alors de lancer le Plan Calcul (Le Plan Calcul était un plan gouvernemental français lancé en 1966 par le général De Gaulle sur l'impulsion de Michel Debré, destiné à assurer l'indépendance du pays en matière de gros ordinateurs.) à la suite du rapport Ortoli. Ses objectifs étaient de maintenir une industrie nationale informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le...) et de subvenir aux besoins de la défense nationale afin que celle-ci soit totalement indépendante. Le Plan Calcul prévoyait la création de l'IRIA, grand organisme public de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) (devenu depuis l'INRIA), d'une grande compagnie d'informatique privée mais aidée par l'État : la Compagnie Internationale d'Informatique (CII) pilotée par Thomson et la Compagnie Générale d'Électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la...) (CGE). Bien entendu les applications militaires et scientifiques y furent privilégiées.

En parallèle était lancé un projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) européen qui devait devenir Unidata (Projet européen lancé le 28 janvier 1972 destiné à permettre dans les années 1970 l'émergence d'une grande industrie informatique européenne à l'identique...) (CII, Philips, Siemens) et était destiné à permettre dans les années 1970 l'émergence d'une grande industrie informatique européenne à l'identique d'Airbus (Airbus est un constructeur aéronautique européen et également un acteur majeur dans la construction aéronautique mondiale. Filiale à...) dans l'aéronautique (L'aéronautique inclut les sciences et les technologies ayant pour but de construire et de faire évoluer un aéronef dans...). Les compétences des trois participants étaient valorisées : la CII recevait la maîtrise (La maîtrise est un grade ou un diplôme universitaire correspondant au grade ou titre de « maître ». Il existe dans plusieurs pays et...) d'œuvre l'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) des machines et le logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements effectués automatiquement par un appareil informatique. Y sont inclus les instructions de traitement,...), la technologie électronique revenait à Philips, et Siemens se chargeait des périphériques mécaniques. Le succès d'Unidata supposait des aides (AIDES est une association française de lutte contre le VIH/Sida et les Hépatites virales, créée en 1984 et reconnue d'utilité publique depuis 1990....) publiques importantes et une stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) industrielle claire, conditions qui n'étaient pas réunies. En même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) le MITI (Ministère de la Recherche et de l'Industrie du gouvernement japonais) lançait un plan similaire qui parvenait, lui, à faire " décoller " NEC, Fujitsu, et Hitachi.

Valéry Giscard d'Estaing, élu président en 1974, mit fin au projet en 1975: la France dénonça unilatéralement l'accord Unidata et CII fusionna avec Honeywell-Bull.

Plus tard, le Plan informatique pour tous connut lui aussi un échec sévère, et sonna le glas des ambitions gouvernementales françaises en informatique.

Dates clefs

  • 16 juillet 1966 : Approbation du rapport Ortoli sur le Plan Calcul
  • 8 octobre 1966 : Création d'un délégué à l'informatique (Robert Galley) rattaché directement au premier ministre
  • 6 décembre 1966 : Création de la Compagnie Internationale pour l'Informatique (CII) par fusion (En physique et en métallurgie, la fusion est le passage d'un corps de l'état solide vers l'état liquide. Pour un corps pur, c’est-à-dire pour une substance constituée de molécules toutes identiques,...) de CAE (Thomson) SEA (Schneider) et Analac (CSF)
  • 1966 : Création de SPERAC (Systèmes et Périphériques Associés aux Calculateurs) entre Thomson et la Compagnie des Compteurs.
  • 3 janvier 1967 : Création de l'IRIA (Institut de Recherche d'Informatique et d'Automatisme) qui deviendra l'INRIA
  • 1967 : Installation de la CII à Louveciennes, dans d'anciens bâtiments de l'état-major de l'OTAN en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme...) (SHAPE)
  • 13 avril 1967 : Premier Plan Calcul d'une durée de 5 ans
  • Juillet 1967 : Sortie du mini-ordinateur français CII 10010
  • Juillet 1967 : Fusion de CFTH (Compagnie Française Thomson-Houston) et de CSF, Thomson devient le fabriquant des machines CII
  • Septembre 1967 : Sortie du CII 10020
  • Juillet 1968 : Naissance de l'Iris 50, ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant d'exécuter des programmes enregistrés. C'est un...) professionnel de taille moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble...) entièrement français, succès commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) et technique.
  • 3 août 1971 : Second Plan Calcul
  • 28 janvier 1972 : Accord entre CII et Siemens pour fonder un consortium nommé plus tard Unidata
  • 6 septembre 1972 : Philips rejoint le consortium
  • 4 juillet 1973 : Création officielle d'Unidata annoncée à Amsterdam par Philips, Siemens et CII
  • 20 mai 1975 : fusion de CII avec Honeywell-Bull (qui prend donc la 3ième place mondiale), la France se retire d'Unidata
  • La suite de l'histoire se confond avec celle de Bull.
Page générée en 0.609 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique