Accident ferroviaire de Port-Sainte-Foy
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

L'accident ferroviaire de Port-Sainte-Foy est un accident survenu à un passage à niveau dans la commune de Port-Sainte-Foy (Dordogne) le 8 septembre 1997 qui fit 13 morts et 43 blessés, dont 10 gravement brûlés. Il est dû à une collision entre un camion (Le camion est un véhicule routier de plus de 3,5 tonnes, destiné à transporter des marchandises. Le camion se distingue du véhicule léger sur le plan technique (charge à l'essieu...) citerne (Une citerne est destinée à la collecte des eaux de pluies et à leur rétention afin d'en permettre une utilisation régulière, quotidienne (bien souvent domestique à l'origine),...) chargé de 31 tonnes d'hydrocarbures (fioul, super sans plomb (Le plomb est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Pb et de numéro atomique 82. Le mot et le symbole viennent du latin plumbum.), gazole) et un autorail (Un autorail est un véhicule ferroviaire automoteur destiné au transport de voyageurs. Il est généralement animé par un (ou plusieurs) moteur diesel monté sous le plancher qui est directement...).

Le poids lourd (Un poids lourd est un véhicule routier de plus de 3,5 tonnes, affecté soit au transport de marchandises (camion, semi-remorque, train routier), soit au...) s'est trouvé immobilisé sur le passage à niveau (Un passage à niveau (abrégé PN dans le jargon ferroviaire) est un croisement à niveau (c'est-à-dire que les voies qui se croisent sont à la même hauteur,...), au moment où survenait l'autorail assurant la liaison Bordeaux-Sarlat via Bergerac. Le choc (Dès que deux entitées interagissent de manière violente, on dit qu'il y a choc, que ce soit de civilisation ou de particules de hautes énergies.) a entraîné l'inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…) des produits pétroliers déclenchant un incendie qui a lourdement aggravé le bilan de l'accident. Le chauffeur n'ayant pas vu les indications de passage à niveau automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la modélisation, de l'analyse, de la commande et, de la régulation des systèmes dynamiques. Elle a pour...) situé après une courbe (En géométrie, le mot courbe, ou ligne courbe désigne certains sous-ensembles du plan, de l'espace usuels. Par exemple, les droites, les segments, les lignes polygonales et les cercles sont...), est arrivé trop vite et à enfoncé les barrières abaissées. C'est le plus grave accident de passage à niveau jamais survenu en France.

Le président de la SNCF (La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est l'une des principales entreprises publiques françaises. Elle exerce une double activité :), Louis Gallois (Louis René Fernand Gallois, né le 26 janvier 1944 à Montauban dans le Tarn-et-Garonne, est un haut fonctionnaire et dirigeant d'entreprise français.), qui s'est rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie) d'une scène créée dans un logiciel de modélisation 3D...) sur les lieux le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et...) même en compagnie du ministre des transports (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.), Jean-Claude Gayssot, a déclaré que ce type d’accident était inacceptable et estimé qu’il y avait trop de passages à niveau en France, précisant qu'on en supprimait environ 500 par an sur 17 500.

A la suite de cet accident, une liste des passage à niveau qualifiés des " préoccupants " a été établie et en 2002 un objectif de suppression de 15 passages par an fut arrêté.

Ce passage à niveau a finalement été remplacé par un pont-route en juillet 2001, près de quatre ans après les faits.

Le procès qui s'est tenu en 2002 s'est conclu par la condamnation du chauffeur du camion à trois ans de prison avec sursis.

Page générée en 0.066 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique