Transrapid - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.
Le Transrapid 08 sur la ligne test d'Emsland en Allemagne
Le Transrapid 08 sur la ligne test d'Emsland en Allemagne

Le Transrapid est un train monorail allemand utilisant la lévitation magnétique. Sur la base d'une ébauche datant de 1934, la mise au point (Graphie) de l'actuel Transrapid (Le Transrapid est un train monorail allemand utilisant la lévitation magnétique. Sur la base...) débuta en 1969. Sa piste d'essai se trouve à Lathen, en Allemagne, et elle date de 1987. C'est le concurrent du système japonais Maglev.

La seule réalisation commerciale du Transrapid est à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur...) actuelle la ligne de 30 kilomètres entre Shanghai (Shanghai (chinois : 上海 ; en pinyin shànghǎi prononciation ;...) et son aéroport international (Un aéroport international est généralement un aéroport avec des services des...) de Pu Dong, inaugurée en 2002 et dont le premier trajet commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) a eu lieu en mars 2004.

La difficulté du Transrapid à trouver des débouchés commerciaux tient à la fois au coût au kilomètre (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système...) de ce mode de transport (Un mode de transport, ou moyen de transport, ou système de transport, est une forme...), à l'absence d'effet réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) compte tenu de la spécificité de la voie qui interdit de prolonger son exploitation au-delà de l'infrastructure à grande vitesse (On distingue :), contrairement au cas du TGV (Le TGV est une rame automotrice électrique d'origine française apte à circuler à des vitesses...) ou de l'InterCityExpress ( ICE 3 Intérieur d'une voiture de première classe d'un ICE 3 ICE à la Gare de...) dont les rames sont compatibles avec les voies ferrées traditionnelles, ainsi qu'à l'augmentation constante de la vitesse d'exploitation commerciale de ses concurrents (le TGV est ainsi passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) en exploitation commerciale de 260 km/h en 1981, 270 km/h en 1983, 300 km/h en 1989 à 320 km/h en mars 2007 et 360 km/h prévu pour 2012) venant réduire l'avantage conféré au Transrapid par sa vitesse supérieure.

Le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) d'une ligne dédiée au Transrapid entre Berlin et Hambourg a été abandonné par le gouvernement allemand à cause de son coût prohibitif.

En revanche, lors d’une session parlementaire du 24 octobre 2006, le Dr. Karl-Friedrich Rausch a admis qu’aucune autre solution que le Transrapid n’était valable pour relier le centre de Munich à l’aéroport de cette ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour...).

Il semble également qu'il ait été écarté pour la ligne Shanghai-Pékin, au profit d'un train à grande vitesse (Les trains à grande vitesse sont des trains de voyageurs (le plus souvent, car il existe des TGV...) classique, pour lequel le TGV français et le Shinkansen (Le Shinkansen est le réseau ferroviaire japonais de lignes à grande vitesse, sur lequel ont...) japonais sont en concurrence.

Accident en Allemagne

Le vendredi 22 septembre 2006 , une rame Transrapid circulant sur une voie expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes...), avec une trentaine de personnes à bord, est entrée en collision (Une collision est un choc direct entre deux objets. Un tel impact transmet une partie de...) à 200 km/h avec un véhicule (Un véhicule est un engin mobile, qui permet de déplacer des personnes ou des charges d'un...) de maintenance présent sur la voie dans lequel se trouvaient deux employés. L'accident s'est produit près de Lathen (Basse-Saxe) vers 7h 30 GMT. Le responsable de l'exploitation du système, qui n'est pas en exploitation commerciale, est la société IABG (Industrieanlagen-Betriebsgesellschaft mbH). Le bilan définitif est de 25 morts et 8 blessés. Les victimes seraient des employés de IABG et de RWE plus 2 journalistes américains. Selon les premiers éléments de l'enquête communiqués par IABG, la cause de l'accident serait une erreur humaine.

Malgré la vitesse de collision, le convoi ( Un convoi est un ensemble de véhicules terrestres ou maritimes, généralement non attelés,...) n'a pas déraillé.

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.559 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique