Agence internationale de l'énergie atomique
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Drapeau de l'AIEA
Drapeau de l'AIEA

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est une organisation qui dépend directement du Conseil de sécurité des Nations unies. Basée à Vienne, en Autriche, elle cherche à promouvoir les usages pacifiques de l'énergie nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) et à limiter le développement de ses applications militaires.

Le budget (Un budget est un document comptable prévisionnel distinguant les recettes et les dépenses.) de l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) 2004 est de plus de 268 millions de dollars US.

L'AIEA a obtenu le Prix Nobel de la paix en 2005.

Son siège est au 5 Wagramer Strasse, à Vienne, en Autriche.

Histoire

Le 8 décembre 1953, Dwight D. Eisenhower, Président des États-Unis d'Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de l'Europe et de l'Afrique par l'océan...), propose lors de l'Assemblée générale des Nations unies la création d'une agence internationale chargée de contrôler l'utilisation des matières nucléaires.

Le statut de l'AIEA [1] est approuvé le 23 octobre 1956 par 81 pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent sous forme...). Le statut rend l'AIEA responsable du contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) de la bonne application de la sécurité et de la protection des personnes ainsi que du transfert des technologies nucléaires.

Elle entre officiellement en fonction le 29 juillet 1957.

De 1957 à 1962, les tensions entre les deux superpuissances, les États-Unis et l'URSS, rendent l'application du statut de l'AIEA impossible. Il faudra attendre la crise des missiles cubains pour que les deux superpuissances commencent à vouloir contrôler leurs armements nucléaires.

En 1961, l'AIEA ouvre un laboratoire d'analyse à Seibersdorf, en Autriche. La même année, l'AIEA signe des accords de coopération avec Monaco et l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics...) océanographique de Monaco dirigé par Jacques-Yves Cousteau (Jacques-Yves Cousteau (11 juin 1910, Saint-André-de-Cubzac, France - 25 juin 1997, Paris), alias JYC, le Commandant Cousteau ou encore Le Pacha, officier dans la marine française, océanographe,...). Ces accords ont pour but d'effectuer des recherches sur les effets de la radioactivité (La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur l'uranium et très vite confirmé par Marie Curie pour le thorium, est un phénomène physique naturel au cours...) en milieu marin. Cela aboutira à la création du Laboratoire de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques...) marin de l'agence internationale de l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) atomique (AIEA-LEM), le 4 novembre 2002.

En 1968, avec la ratification du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), l'AIEA devient le responsable de la surveillance de la bonne application du traité. Ce traité empêche les états signataires d'augmenter leur nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'armes nucléaires et pour ceux qui n'en ont pas de ne pas chercher à en avoir.

Suite aux chocs pétroliers dans les années 1970, et grâce au lobbying pronucléaire de l'AIEA, plusieurs pays envisagent d'utiliser massivement l'énergie nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) pour leurs besoins énergétique, l'AIEA voit donc accroître le nombre de ses contrôles.

La catastrophe (Une catastrophe est un événement brutal, d'origine naturelle ou humaine, ayant généralement la mort et la destruction à grande échelle pour conséquence.) de Three Mile Island, en 1979, et principalement celle de Tchernobyl, en 1986, arrêtent de nombreux pays dans leur volonté d'utiliser l'énergie nucléaire. Suite à ces catastrophes, l'AIEA augmente ses efforts dans le domaine de la sûreté nucléaire (La sûreté nucléaire est un terme définissant l'ensemble des activités ayant trait au maintien de l'intégrité des mécanismes, process, outils ou instruments contenant de la matière...) sans remettre en question ses objectifs.

La découverte, en 1991, du programme nucléaire clandestin irakien, différents gouvernements décident d'augmenter les moyens et le rôle de l'AIEA dans le contrôle de l'armement nucléaire.

L'AIEA intervient en 2003 lors des contrôles qui ont précédés la Guerre en Irak. En plus de ce dernier et de sa surveillance du respect du TNP, l'AIEA compte en août 2004 des programmes :

  • en Iran
  • en Libye
  • en Corée du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.)
  • à Tchernobyl

Composition

Les principaux organes de l'AIEA sont :

Secrétariat

Il est composé de 2 220 personnes venant de plus de 90 pays différents. Ces personnes travaillent principalement dans les différents bureaux de l'AIEA (Vienne, Genève, New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des...), dans le laboratoire de Seibersdorf, etc.). Le secrétariat est composé de 6 départements :

  • Administration
  • Recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également le...) et application du nucléaire
  • Énergie nucléaire
  • Sécurité et protection nucléaire
  • Coopération technique
  • Contrôleurs et vérification

Conférence générale de l'AIEA

Elle est composée des États membres, au nombre de 144 (état actuel du Mars 2007).

La conférence a lieu normalement une fois par an, au mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de septembre. Son rôle est d'approuver le programme et le budget de l'agence et également de définir ses grands axes.

Conseil des gouverneurs

Les 35 États présents au Conseil des gouverneurs sont élus lors de la Conférence générale des États membres de l'AIEA. Le Conseil des gouverneurs se réunit 5 fois par an, au siège de l'AIEA à Vienne. Les réunions ont lieu en mars, juin, deux fois en septembre (avant et après la Conférence générale) et en décembre.

Conseil de direction

Il est composé du directeur général et de six directeurs généraux adjoints pour les six départements du Secrétariat

De 1981 à 1997, Hans Blix a été au poste de directeur général. Depuis 1997, cette fonction est remplie par Mohamed ElBaradei.

Critiques

L'AIEA s'oppose à l'utilisation militaire de l'énergie nucléaire, mais soutient massivement l'utilisation civile des centrales nucléaires. Son but est le développement de l'énergie nucléaire pour la production d'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de la physique qui étudie...) dans tous les pays membres (actuellement 139 pays).

Une utilisation militaire de l'énergie nucléaire précède pourtant souvent son utilisation civile. À l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que...), la promotion de l'énergie nucléaire civile effectuée par l'AIEA provoque souvent non pas le désarmement des armes nucléaires mondiales, mais les conditions favorables à leur fabrication et leur utilisation. Beaucoup d'observateurs internationaux critiquent leur engagement pour le maintien de la paix, et considèrent par dessus tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) la décoration de l'AIEA par le Prix Nobel de la Paix comme une farce grotesque.

Les antinucléaires accusent l'AIEA de minimiser les risques liés à l'utilisation de l'énergie nucléaire. Ainsi, dans l'un de ses rapports sur la catastrophe de Tchernobyl (La catastrophe de Tchernobyl est un accident nucléaire qui s'est produit le 26 avril 1986 dans la centrale nucléaire Lénine en Ukraine. Cet accident a conduit à la fusion du cœur d'un réacteur, au...), seulement 50 victimes ont été dénombrées par l'AIEA. Les autres rapports de l'AIEA évaluent un maximum de 4 000 victimes à long terme, tandis que l'Organisation (Une organisation est) mondiale de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) (OMS) annonce des nombres de victimes à 5 chiffres [2], et l'Association internationale des médecins pour la prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter qu'une situation (sociale, environnementale, économique..) ne se dégrade, ou qu'un...) de la guerre nucléaire estime le nombre des victimes à 6 chiffres. D'un coté, l'OMS possède une réelle expertise sur Tchernobyl, mais elle est liée à un accord avec l'AIEA en ce qui concerne les conséquences de la radioactivité sur la santé. Les dommages génétiques engendrés par Tchernobyl ne peuvent par exemple pas être cités par l'OMS. Autre exemple : en 1995, les actes d'un colloque organisé par l'OMS, réunissant plus de 700 médecins étudiant les effets de la catastrophe de Tchernobyl, ont tout simplement été censurés.

Les explications de l'attitude de l'OMS sont les suivantes :

  • Depuis un accord signé en 1959, l'AIEA surveille toutes les recherches sur les risques médicaux entrainés par l'utilisation commerciale de l'énergie nucléaire, en lieu et place des organisations de médecins indépendants.
  • L'accord entre l'OMS et l'AIEA de 1959 implique que tous les projets de recherche – dont les résultats pourraient limiter la croissance de l'industrie nucléaire (L’industrie nucléaire comprend l'ensemble des procédés de transformation et des acteurs économiques qui utilisent les propriétés du noyau atomique. Dans le domaine...) – ne pourront être menés par l'OMS que si elle "collabore" avec l'AIEA. [3]
Page générée en 0.200 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique