Zone tampon - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

En urbanisme

une Zone tampon ou Buffer Zone désigne un terrain ou un plan d’eau utilisé pour distinguer l'usage d'un terrain d’un autre, par exemple afin de contrer ou d’enrayer le bruit, la lumière ou d’autres aspects nuisibles.

Dans le domaine de l'agriculture

On appelle souvent zone tampon une surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière...) (parfois très linéaire ou interstitielle) non cultivé, enherbée et/ou boisé, « ayant la capacité d’intercepter les flux d’eau et de substances et de protéger les milieux aquatiques ». Il s'agit souvent d'une bande enherbée, d'une haie bocagère ou d'un dispositifs similaire (noue, talus..) destinée à protéger les cours d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) des engrais (Les engrais sont des substances, le plus souvent des mélanges d'éléments minéraux, destinées à apporter aux plantes des compléments...) et pesticides des cultures adjacentes.

En France, le CORPEN (Le Corpen (Comité d'orientation pour des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement) est un organisme interministériel français relevant des ministères de l'Agriculture et de l'Environnement. Créé en...) a créé en 2006, un groupe de travail Zones tampons, notamment chargé de publier une brochure “Les fonctions environnementales des zones tampons-1ère édition : les bases scientifiques et techniques des fonctions de protection des eaux” (travail décidé en octobre 2007) qui sera téléchargeable en juin prochain (une plaquette de présentation d'une vingtaine de pages avec les principaux points est déjà disponible à l'adresse (Les adresses forment une notion importante en communication, elles permettent à une entité de s'adresser à une autre parmi un ensemble d'entités. Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, chaque adresse doit...) http://www.ecologie.gouv.fr/article.php3?id_article=6681 )

En écologie du paysage et dans le domaine de la protection de la nature

Dans le cadre d'une trame (Le mot trame peut désigner :) verte ou d'un réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est...) écologique, une zone-tampon est une zone intermédiaire entre le corridor biologique ou un habitat essentiel et la matrice écopaysagère. « Les zones tampons visent à protéger les zones noyaux des processus dommageables liés à la présence d’activités en dehors du réseau ».
Comme pour les autres éléments essentiels d'une trame verte, la zone tampon doit être clairement définie et pouvoir être contrôlée. En France, le guide méthodologique réalisé en 2009 pour la Trame verte et bleue précise que «  (...) la "continuité écologique transversale", entre le cours d'eau et les zones humides annexes, s'avère pertinente à préserver, en évitant ou supprimant tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) obstacle aux échanges physiques et biologiques, telles que protections de berges, digues, ou autre aménagement propice à sa canalisation (Une canalisation, ou un pipeline (de l'anglais) est une conduite destinée à l'acheminement de matières gazeuses, liquides, solides ou polyphasiques,...) ».

De manière générale, l'UICN, le réseau Man and Biosphère et tous les organismes de conservation recommandent que le noyaux protégés des parcs nationaux soient entourés d'une zone tampon. Certaines réserves naturelles petites ou vulnérables peuvent également inclure une zone tampon ou en être ceinte. Le règlement y est moins contraignant.
On admet dans les zones-tampon certaines activités humaines, et en essayant de limiter leurs impacts écologiques, par exemple, l'agriculture sera encouragée mais sous forme d'élevage extensif ou avec des pratiques d'agriculture biologique (L’agriculture biologique est basée sur la gestion rationnelle de la fraction du sol, dans le respect des cycles biologiques et de l'environnement, tenant compte des...).

Une zone-tampon permet parfois aussi d’arrondir un « cœur d'habitats» (ou « noyau ») de telle manière qu’on obtienne une unité naturellement mieux adaptée à la topographie et que la gestion de la zone tampon s'en trouve facilitée.
Elle peut entourer et protéger une Réserve naturelle ou une Réserve biologique (domaniale (publique), forestière (privée ou de forêt de collectivité), dirigée, intégrale (Une intégrale est le résultat de l'opération mathématique, effectuée sur une fonction, appelé intégration. Une intégrale est donc composée d'un...).....) ou encore un corridor biologique. Il peut parfois s'agir de dispositifs temporaire ou saisonnier, ou relativement modestes en termes d'occupation de l'espace tels que haies, ripisylves ou bande enherbée.
Souvent elle ne se différencie du territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé...) environnant que par une moindre pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) anthropique. Conçue judicieusement, une zone tampon peut également servir d'habitat et de lieu d'implantation (Le mot implantation peut avoir plusieurs significations :) pour une faune et une flore (La flore est l'ensemble des espèces végétales présentes dans un espace géographique ou un écosystème déterminé (par opposition à la faune). Le terme « flore »...) diversifiées et spécifiques (dont auxiliaires de l'agriculture le cas échéant).

Page générée en 0.053 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique