Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Bons plans et avis Gearbest: Xiaomi Mi Mix2, OnePlus 5T
Code promo Gearbest: réduction, coupon, livraison...
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Adrien le Lundi 08/12/2014 à 00:00
Les parasites et l'évolution de la culture des primates
Apprendre des autres et innover sont deux moyens évidents pour la civilisation d'évoluer. Mais malgré leurs avantages, ces comportements ont un coût. Une nouvelle étude réalisée par une équipe internationale de biologistes évolutionnistes montre qu'une conséquence négative de ces comportements - l'exposition accrue aux parasites - pourrait influer sur l'évolution culturelle des primates (Les primates (du latin primas, atis signifiant « celui qui occupe la première place ») constituent un ordre au sein des mammifères...) non humains.

Ces résultats, publiés le 3 décembre 2014 dans la revue Proceedings of the Royal Society B, suggèrent que les espèces dont les membres apprennent auprès des autres présentent une plus grande variété de parasites transmis socialement. Au contraire, les espèces plus innovantes et exploratrices portent une plus grande variété de parasites transmis par l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques...), notamment le sol ou l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.).

« Nous avons tendance à penser que l'innovation et l'apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences,...) par les autres sont de bonnes choses, mais leurs coûts ont été relativement peu étudiés », affirme Simon Reader, biologiste (Sur les autres projets Wikimédia :) à l'Université McGill et coauteur de l'étude. « Notre recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) nous a permis de recueillir des preuves que le fardeau des pathogènes transmis socialement augmente avec l'apprentissage par les autres - peut-être parce que d'étroites interactions sont nécessaires pour cet apprentissage - et que le fardeau des pathogènes transmis par l'environnement augmente lors de comportements exploratoires tels que l'innovation et la recherche de nourriture. »

Par exemple, les chimpanzés vivent en groupes et manifestent un large éventail de ces comportements exploratoires, comme la recherche de nourriture en creusant le sol ou la consommation de nouveaux types d'insectes (Insectes est une revue francophone d'écologie et d'entomologie destinée à un large public d'amateurs et de naturalistes. Produite par l'Office pour les insectes et leur environnement (association loi de...). Les études précédentes n'avaient pas permis de déterminer si c'était ces parasites gênants qui forçaient les primates à adopter davantage de comportements exploratoires - en diversifiant leurs sources d'aliments, par exemple - ou si ces comportements exploratoires contribuaient à la multiplication (La multiplication est l'une des quatre opérations de l'arithmétique élémentaire avec l'addition, la soustraction et la division .) des parasites, souligne Simon Reader. « Les résultats de notre étude viennent étayer l'hypothèse selon laquelle les comportements exploratoires et sociaux exposent les primates à certains types de parasites. »

« Ces observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de...) soulèvent également des questions sur la façon dont les gens et d'autres primates ont développé des solutions afin de réduire au minimum les coûts associés à ces parasites - comme la consommation de plantes médicinales - et pourraient nous aider à mieux comprendre comment les processus qui sous-tendent la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite...) humaine ont vu le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le...) », affirme le professeur Reader.

L'équipe de chercheurs dirigée par Collin McCabe, de l'Université Harvard, et Charles Nunn, de l'Université Duke, a fondé ses analyses sur des données obtenues en passant en revue des milliers d'articles sur le comportement des primates et les parasites.

Cette étude a été financée par la Fondation nationale des sciences, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et l'Organisation (Une organisation est) néerlandaise pour la recherche scientifique (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...).

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: Université McGill