Barrage de Kossou
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

C'est dans la circonscription de Yamoussoukro que se situe Kossou, à une quarantaine de kilomètres de la ville.

"Sur le Bandama Blanc, une vue du projet du barrage de Kossou dans les années 1970. La retenue de 30 milliards de M3 d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) formera un lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant pour provoquer une...) de 150 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.) de long, recouvrant 1700 kilomètres carrés de terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus...).

Il permettra :

  • Pour l'agriculture, l'irrigation (L’irrigation est l'opération consistant à apporter artificiellement de l’eau à des végétaux cultivés pour en augmenter la production, et permettre leur développement normal en cas de déficit...) de 50.000 hectares de terre.
  • Pour la pêche, 20.000 tonnes de poisson (Dans la classification classique, les poissons sont des animaux vertébrés aquatiques à branchies, pourvus de nageoires et dont le corps est le plus souvent couvert d'écailles. On les trouve abondamment...) par an.
  • Une production d'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de la...) de 535 millions de kilo-watts-heure."

La construction du barrage de Kossou (C'est dans la circonscription de Yamoussoukro que se situe Kossou, à une quarantaine de kilomètres de la ville.) , le troisième de Côte d'Ivoire, débuta en 1969. Kossou, par la création en pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine....) Baoulé d'un plan d'eau aussi étendu que le lac Léman, a modifié bien des choses Cent mille paysans ont accepté d'abandonner leurs villages et leurs habitudes, de se regrouper, de pratiquer d'autres cultures.

Déroulement des travaux

Afin de loger ses travailleurs pendant la durée du chantier, l'entreprise construisit un village (Un village est, à la campagne ou à la montagne, un ensemble d'habitations, de bâtiments à usages divers, de fermes... de proportion modérée (quelque dizaines de bâtiments)). Le barrage (Un barrage est un ouvrage d'art construit en travers d'un cours d'eau et destiné à réguler l'écoulement naturel de l'eau pour permettre l'écoulement recherché.) terminé, les hommes partirent et le village devint désert (Le mot désert désigne aujourd’hui une zone stérile ou peu propice à la vie, en raison du sol impropre, ou de la faiblesse des précipitations (moins de 250 mm par an).). Félix Houphouët-Boigny raconte :

"Lorsque nous avons décidé la construction du barrage de Kossou, j'ai appelé Aoussou Koffi. Sa famille, arrivée dans la région avec les compagnons de Boigny N'Dri, s'est installée à une vingtaine de kilomètres de Yamoussoukro; il est mon cousin. C'est lui que j'ai affecté à la direction de la nouvelle Autorité pour la Vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme allongée et façonnée dans le relief par un cours d'eau (vallée fluviale) ou un glacier (vallée...) du Bandama (A.V.B.) parce que je savais qu'il allait devoir affronter un problème très délicat : Celui de l'immersion des tombes. Lorsqu'il fallut aborder avec les villageois baoulés la question des tombes de leurs ancêtres qui allaient disparaître sous les eaux, nous rencontrâmes l'hostilité de tous."

"Je les comprenais : Les Baoulés ont le culte des morts, et il faut être Baoulé pour ressentir la peine immense causée par l'idée de plus pouvoir voir les tombes de leurs parents. Mais je leur ai dit que la Reine Pokou a dû sacrifier son unique enfant dans les flots (Flots) du fleuve (En hydrographie francophone, un fleuve est un cours d'eau qui se jette dans la mer ou dans l'océan – ou, exceptionnellement, dans un désert, comme pour l'Okavango. Il se distingue d'une rivière, qui se jette...) Comoé pour obtenir le passage des Baoulé. Et je leur ai dit qu'on leur demandait aujourd'hui de sacrifier les tombes de leurs aïeux."

Ils se sont retirés, et en revenant, ont dit : "Nous ne ferons pas moins que la Reine". Deux cents villages ont été immergés.

Achèvement

Si, en 1978, soit neuf ans après le début de sa construction, le rendement de la centrale hydro-electrique n'a pas été aussi élevé que prévu, un prélévement intensif d'eau pour le complexe sucrier de Ferkessédougou en est responsable.

Une partie des villages reconstruits sont appelés villages AVB ; Il entre autres s'agit de Kossou, Bocabo, Angossé, Attrénou, Kongouanou et Suibonou. Trois mille six cents anciens paysans, en général Baoulé, sont devenus pêcheurs; Leur production en 1978 s'est élevée à 10.000 tonnes.

Année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) Niveau du lac (en mètres)
1973 188
1975 189
1977 186,5
Page générée en 0.186 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique