Type énergétique
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

La détermination du type énergétique (ou type respiratoire) d'une bactérie consiste en la détermination du rapport qu'a cette bactérie avec le dioxygène (O2, de l'air).

Une bactérie a des besoins respiratoires spécifiques. Elle est soit :

  • aérobie (Aérobie désigne la capacité d'un organisme ou micro-organisme de se développer dans l'air ambiant et plus particulièrement dans un milieu saturé en oxygène.) stricte : elle a besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins...) d'oxygène (L’oxygène est un élément chimique de la famille des chalcogènes, de symbole O et de numéro atomique 8.) pour vivre et se développer
  • aéro-anaérobie facultative : la présence d'oxygène est préférable pour le développement de la bactérie (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau et d'organites. La plupart des bactéries possèdent une paroi cellulaire glucidique, le...) mais elle peut s'en passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.).
  • micro-aérophile
  • anaérobie (On appelle milieu anaérobie un milieu où il n'y a pas présence de dioxygène (O2).) stricte : la présence d'oxygène est létale pour la bactérie.

Détermination du type énergétique (La détermination du type énergétique (ou type respiratoire) d'une bactérie consiste en la détermination du rapport qu'a cette bactérie avec le dioxygène (O2, de l'air).)

Il s'agit de cultiver les bactéries à étudier dans un milieu de culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) contenant un gradient de pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) partielle en oxygène.

Milieu de culture utilisé

On utilise le milieu viande foie (Le foie est un organe abdominal impair et asymétrique, logé chez l'homme dans l'hypocondre droit, la loge sous-phrénique droite, la partie supérieure du creux épigastrique puis atteint l'hyponcondre...) coulé en longs tubes fins (des tubes de Prévot de 9 x 180 mm). Ce milieu, après régénération, est maintenu liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible.) et en surfusion pour expulser les gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme...) dissous dans la gélose.

Technique

  • Régénérer le milieu en le plaçant au bain-marie pendant 30 min à 100 °C puis maintenir en surfusion 10 min à 50 °C.
  • Ensemencer en vrille du bas vert (Le vert est une couleur complémentaire correspondant à la lumière qui a une longueur d'onde comprise entre 490 et 570 nm. L'œil humain possède...) le haut à l'aide d'une pipette (En chimie, une pipette est un outil qui sert à prélever une solution. Elle est en forme de tube plus ou moins fin (pipettes graduées) parfois élargi en son milieu...) Pasteur boutonnée.
  • Solidifier à l’eau froide et incuber à 37 °C.

Solide, le milieu possède un gradient de concentration en O2 où il est plus abondant en surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement...). L'endroit où se trouvent les colonies dans le tube, détermine le type énergétique :

Résultats après incubation 24 h à 37°C
Résultats après incubation (L'incubation est la période pendant laquelle les ovules sont couvés, de manière à les maintenir au chaud et à permettre le développement de l'embryon.) 24 h à 37°C
  • A Colonies dans tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le tube : bactéries aéro-anaérobies
  • B Colonies en haut du tube : bactéries aérobies strictes
  • C Colonies en haut du tube, légèrement sous la surface : bactéries micro-aérophiles
  • D Colonies en bas du tube : bactéries anaérobies strictes

Les différents types énergétiques

Selon Prévot, il existe 7 types énergétiques. Mais certains étant plutôt rares, nous n’en citerons que 4.

Le type I dit anaérobie strict

Les bactéries anaérobies strictes ne se cultivent qu’à l’abri de l’air. La plupart des bactéries de ce type sont capables de supporter l’atmosphère un certain temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). D’autres sont extrêmement oxygénosensibles.

Le type II dit microaérophile

Les bactéries microaérophiles sont beaucoup plus rares. Il s’agit de bactéries dont les enzymes (en particulier la catalase) ne fonctionnent correctement que sous une pression réduite de dioxygène (Le dioxygène est une molécule composée de deux atomes d'oxygène, notée O2, qui est à l'état de gaz aux conditions normales de pression et de température.).

Leur énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) est produite par fermentation (La fermentation est une réaction biochimique de conversion de l'énergie chimique contenue dans une source de carbone (souvent du glucose) en une autre forme d'énergie...). En présence de dioxygène, elles peuvent utiliser la voie oxydative directe mais, dépourvues de système la détruisant (catalase ou peroxydase), l’eau oxygénée s’accumulant devient bactéricide. Exemples : Clostridium, Fusobacterium, Bacteroides.

Le type VI regroupant 2 sous-types : aérobie facultatif et anaérobie facultatif

Les bactéries aérobies facultatives peuvent utiliser toutes les voies énergétiques ou se limiter aux principales. Exemples : Staphylococcus, Enterobacteriaceae.

Les bactéries anaérobies facultatives ne peuvent utiliser que les fermentations. Ce sont des bactéries anoxybotiques. Exemple : Streptococcus

En pratique, il est difficile de distinguer les deux types énergétiques. On rassemble ces bactéries sous le type aéro-anaérobie.

Le type VII dit aérobie strict

Les bactéries aérobies strictes ne se cultivent qu’en présence d’air et respirent en aérobiose par phosphorylation oxydative. Exemples : Pseudomonas, Micrococcus.

Page générée en 0.106 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique