Charles Fabry
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Charles Fabry (1867-1945) est un physicien français.

Biographie

De son nom complet Maurice Paul Auguste Charles Fabry, il nait le 11 juin 1867 à Marseille. Il est cousin avec Edmond Rostand (sa mère était la cousine germaine de la mère du dramaturge). Il entre classé 17e à l'École Polytechnique en 1885 et en sort 23e et démissionaire en 1887. Il prépare ensuite le concours de l'agrégation de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens...) où il est reçu en 1889. Il se consacre donc à une carrière d'enseignant, obtenant notamment un poste de professeur à Pau (1889), Nevers (1890), Bordeaux (1892), Marseille (1893) puis au Lycée Saint-Louis à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du...) (1893), tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en préparant simultanément le doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le titulaire de ce grade est le docteur. Selon les pays et les époques, le doctorat peut...) ès sciences sous la direction de Jules Macé de Lepinay, professeur à la Faculté des sciences de Marseille. En 1892, il soutient à la Faculté des sciences de Paris sa thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à...) sur la "Théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur...) de la visibilité (En météorologie, la visibilité est la distance à laquelle il est possible de distinguer clairement un objet, quelle que soit l'heure. On peut...) et de l'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points cardinaux (nord de la boussole) ;) des franges d'interférences".

En 1894, il est rappelé à Marseille, où on lui confie, à la Faculté des sciences, un poste de maître de conférences, succédant à Alfred Perot (Jean Baptiste Gaspard Gustave Alfred Perot est un scientifique français, né à Metz le 3 novembre 1863 et mort le 28 novembre 1925, Paris.). Il rejoint le laboratoire de Jules Macé de Lepinay. Il lui succède à sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus...), en 1904, en tant que professeur à la chaire de physique industrielle. Pierre Sève (En botanique et en physiologie végétale, la sève est le milieu liquide qui circule grâce à des cellules spécialisées appelées...) le remplacera à son départ pour Paris.

Collaborant avec Henri Buisson, lui ayant succédé comme maître de conférences, et Alfred Perot, il participe à la mise au point (Graphie) de l'interféromètre de Fabry-Perot, qui lui sert notamment à démontrer, en 1913, la réalité de l'existence de la couche d'ozone (L’ozone (ou trioxygène) est un composé chimique comportant 3 atomes d’oxygène (O3). Sa structure est une résonance entre trois états. Métastable aux...), jusque-là seulement soupçonnée, et en détermine la proportion en fonction des couches atmosphériques. Jean Cabannes travaille dans son laboratoire pour préparer sa thèse de doctorat. Il démontre également, par l'expérience, l'effet Doppler-Fizeau (L'effet Doppler-Fizeau est le décalage entre la fréquence de l'onde émise et de l'onde reçue lorsque l'émetteur et le récepteur sont en mouvement...), appliqué au domaine de l'optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.).

En 1921, il revient à Paris comme titulaire de la chaire de physique de la Faculté des sciences de Paris précédemment occupée par Edmond Bouty et devient le premier directeur général de SupOptique (Institut d'optique théorique et appliquée).

En 1927 il est nommé professeur à l'École polytechnique, suite à la mort d'Alfred Perot et élu à l'Académie des sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche scientifique en réunissant certains des chercheurs les plus éminents, en tenant des séances au cours desquelles des travaux sont...) succédant à Daniel Berthelot (Charles Fabry 51 voix, Paul Langevin 1 voix, Henri Abraham (Henri Abraham (1868-1943) physicien français.) 1 voix, Georges Sagnac 1 voix).

Son œuvre de physicien (Un physicien est un scientifique qui étudie le champ de la physique, c'est-à-dire la science analysant les constituants fondamentaux de l'univers et les forces qui les relient. Le mot physicien dérive du grec, qui connaît la...) est presqu'exclusivement consacrée à l'optique, en particulier à l'interférométrie (L'interférométrie est une méthode de mesure qui exploite les interférences intervenant entre plusieurs ondes cohérentes entre elles.), la spectroscopie et la photométrie.

En 1937, il fonde avec Henri Chrétien (Henri Chrétien (1879 - 1956) est un astronome, ingénieur-opticien, professeur et inventeur français. Il est surtout connu pour ses travaux en optique et ses applications à l'astronomie.), Georges Guadet et André Bayle la société REOSC (Société de Recherches et Études en Optique et Sciences Connexes) et doit quitter sa chaire de la Faculté des sciences de Paris et de l'École polytechnique où il est remplacé par Louis Leprince-Ringuet.

Il est président d'honneur de la Société française de photographie de 1935 à 1937, succèdant à Georges Perrier et président de la Société française de physique en 1924.

Il meurt le 11 décembre 1945 à Paris.

Distinctions

  • 1918 : lauréat de la Médaille Rumford
  • 1919 : lauréat de la Médaille Henry Draper
  • 1921 : lauréat de la Médaille Franklin
  • 1927 : membre de l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs pairs, qui a pour mission de veiller aux usages dans leurs disciplines respectives et de publier des ouvrages tels que des...) des sciences
Page générée en 0.300 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique