Henri Chrétien
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Henri Chrétien (1879 - 1956) est un astronome, ingénieur-opticien, professeur et inventeur français. Il est surtout connu pour ses travaux en optique et ses applications à l'astronomie.

Fils d'un artisan, il obtient à douze ans son certificat d'études primaires et devient apprenti (Un apprenti est une personne qui apprend un métier. Dans un contexte moderne, c'est un jeune professionnel qui suit une formation en alternance entre une...) typographe à l'Ecole professionnelle de l'imprimerie Chaix. Il devient disciple (On appelle disciple (latin discipulus, l'élève) celui qui suit l'enseignement d'un maître.) de Camille Flammarion après leur rencontre en 1894 et prépare le baccalauréat (Le baccalauréat (altération du bas-latin bachalariatus, désignant un rang de débutant d'abord dans la chevalerie, et puis dans la hiérarchie religieuse et...) ès sciences en autodidacte (Un autodidacte est une personne qui a appris par elle-même, en dehors des institutions éducatives (ce qui constitue l'autodidaxie).). Il fait ses études supérieures à la Faculté des sciences de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les...), où il obtient la licence ès sciences en physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un...) et en mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et...) en 1902, et à l'École supérieure d'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de...) dont il sort ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre de produits,...) diplômé également en 1902. Après avoir été assistant d'Aymar de la Baume Pluvinel puis de Henri Deslandres à Meudon de 1902 à 1906, il est nommé en 1906, astronome-adjoint à l’Observatoire de l'université de Paris (L’Université de Paris était l’une des plus importantes et des plus anciennes universités médiévales. Apparue au XIIe siècle, elle...) à Nice, alors dirigé par Léon Bassot. Il est chargé de la création d'un service d'astrophysique (L’astrophysique (du grec astro = astre et physiqui = physique) est une branche interdisciplinaire de l'astronomie qui concerne principalement la physique et l'étude des propriétés des objets de l'univers...) à partir des appareils acquis pour la mission d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir...) de l'eclipse totale du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de type naine jaune, et...) du 30 mai 1905 élaborée par Aymar de la Baume Pluvinel. Il réalise grâce à ces instruments des photographies de spectres stellaires et élabore le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande diversité de...) d'un spectrohéliographe. Il étudie également le pendule (Le mot pendule (nom masculin) nous vient d'Huygens et du latin pendere. Il s'agit donc à l'origine d'un système oscillant sous l'effet de la pesanteur. Parmi les...) Lippmann.

De 1908 à 1910, deux bourses d'études lui permette de parcourir le monde (Le mot monde peut désigner :) pour étudier les divers instruments d'astrophysique des observatoires existants : Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville d'Angleterre et du Royaume-Uni. Fondée il y a plus de 2 000 ans par les Romains, la ville est aujourd'hui devenue un centre culturel, commercial et...), Cambridge, Pulkovo, Potsdam, Mont Wilson, où il rencontre George Willis Ritchey De retour à l'observatoire du Mont Gros il établit les caractéristiques définitives du spectrohéliographe projeté, la réalisation de celui-ci est alors confiée à l'ingénieur-opticien Amédée Jobin qui le livre en 1912. Il met également au point (Graphie) avec Joanny-Philippe Lagrula un comparateur photovisuel.

Durant la Grande guerre, il est détaché à la Section technique de l'aéronautique (L'aéronautique inclut les sciences et les technologies ayant pour but de construire et de faire évoluer un aéronef dans l'atmosphère...) dirigée par Emile Dorand et où il rencontre Armand de Gramont (Antoine Auguste Agénor Armand de Gramont, duc de Guiche puis 12e duc de Gramont (1925) est un industriel et un scientifique français né le 29 septembre 1879 et mort le 2 août 1962.).

Après la guerre, il est mis en disponibilité (La disponibilité d'un équipement ou d'un système est une mesure de performance qu'on obtient en divisant la durée durant laquelle ledit équipement ou système est...) afin de participer à la création de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for...) d'optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.) théorique et appliquée (SupOptique), où il enseigne le premier cours français de conception optique de 1920 à 1940. Il présente en 1927 sa thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du sujet ou du thème qu'il évoque.) " Contribution à l'étude des instruments d'optique " (795 pages), basée sur son cours, devant la Faculté des sciences de Paris, pour obtenir le doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le titulaire de ce grade est le...) ès sciences. Il est ensuite nommé maître de conférences d'optique théorique et appliquée (temporairement en juillet 1928 puis définitivement en décembre 1930) puis professeur sans chaire (1931) à la faculté des sciences de l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures)....) de Paris, délégué à l'Ecole supérieure d'optique.

En 1917 il invente le catadioptre (Le catadioptre ou plus précisément un système optique catadioptrique est un dispositif rétro-réfléchissant, généralement placé sur un véhicule ou sur un obstacle afin de les rendre discernables dans l'obscurité, par réflexion...) (ou cataphote). En 1922 il élabore une nouvelle combinaison (Une combinaison peut être :) optique permettant d'obtenir un téléscope aplanétique à miroirs hyperboliques, la réalisation en est confié en 1927 à George Willis Ritchey, alors directeur du laboratoire d'optique Dina de l'Observatoire de Paris (L'Observatoire de Paris est né du projet, en 1667, de créer un observatoire astronomique équipé de bons instruments permettant d'établir des cartes pour la navigation. Il vient en complément de...) et il devint célèbre sous le nom de " télescope Ritchey-Chrétien ". Les télescopes géants ont longtemps été conçus selon ses principes. Leur combinaison de miroirs a été retenue pour le télescope spatial Hubble (Le télescope spatial Hubble (en anglais, Hubble Space Telescope ou HST) est un télescope en orbite à environ 600 kilomètres d'altitude, il effectue un tour complet de la Terre...). On lui doit également en 1927 l’invention de l’objectif anamorphoseur " Hypergonar " qui sera commercialisé sous le nom de Cinémascope. Il obtient pour cette invention le prix Valz de l’Académie des Sciences en 1931. Il fait partie des fondateurs de la société REOSC en 1937, et de la STOP (Société technique d'optique et de photographie).

En 1952, les représentants de la Century Fox le rencontre afin d'exploiter son objectif anamorphoseur. Il reçoit un Oscar en 1953 pour son invention. Il présente au festival de Cannes de 1954 un hypergonar adapté à une camera aquatique pour le film Tempête (Une tempête est un phénomène météorologique violent à large échelle dite synoptique, avec un diamètre compris en...) dur la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.).

Il est mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les...) à Washington en 1956.

En son hommage, un cratère ( Pour le cratère d'origine volcanique, voir Cratère volcanique Pour le cratère d'origine météoritique, voir Cratère d'impact Pour le cratère formé à la...) de la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474 km....) a été baptisé de son nom, un prix doté de 20 000 dollars a été créé par la Société américaine d'astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, leurs...) et un bâtiment de l'Observatoire de Nice porte son nom.

Bibliographie

  • Calcul des combinaisons optiques, Ed. Masson, Paris, 1980. 5e édition.
  • Calcul des combinaisons optiques, Ed. Librairie du Bac, Paris, 1958. 4e édition.
  • Cours de calcul des combinaisons optiques, Ed. Revue d'Optique théorique et instrumentale, Paris, 1938. 3e edition. 13 chapitres :

Homographie Optique - Dioptrique élémentaire - Chromatisme - L'Aberration sphérique (L'aberration sphérique est le défaut optique dû au fait que les rayons lumineux qui passent par les bords de la lentille d'un objectif ne convergent pas sur le même plan que les rayons passant par le centre. Dans ce cas, l'image ne peut...) - L'Aigrette ou le coma (Le terme « coma » signifie « sommeil profond » en grec ancien. Le coma est une abolition de la conscience et de la vigilance non réversible par les stimulations. Il témoigne d'un...) - L'Astigmatisme - La Distorsion - Milieux à variation continue de l'indice de Réfraction (L'indice de réfraction provient du phénomène de réfraction qui désigne le changement de direction de la lumière au passage d'un milieu à un autre. La notion d'indice a d'abord été introduite empiriquement comme coefficient dans...) - Fonctions iconales de Bruns et de Schwarzschild - Méthode de Sampson - Marches trigonométriques - Interpolation - Calculs numériques des phénomènes de Diffraction (La diffraction est le comportement des ondes lorsqu'elles rencontrent un obstacle qui ne leur est pas complètement transparent ; le phénomène peut...).

  • Cours de calcul des combinaisons optiques, Ed. Revue d'optique théorique et instrumentale, Paris, 1934. 2e edition.
  • Cours de calcul des combinaisons optiques, 1re edition.
Page générée en 0.920 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique