Vitruve - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.

Vitruve (Marcus Vitruvius Pollio) est un architecte romain qui vécut au Ier siècle av. J.-C. (on ne connaît pas avec précision la période à laquelle il aurait vécu, on évalue sa naissance aux alentours de 90 avant Jésus-Christ et celle de sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général,...) aux alentours de 20 avant Jésus-Christ [1]).

Après avoir été soldat en Gaule, en Espagne et en Grèce, constructeur de machines de guerre[2], il devient architecte (L'architecte est le professionnel du bâtiment dont la fonction est de concevoir et de diriger la réalisation d'une œuvre d'architecture pour le compte d'un...) à Rome. Il nous dit de lui-même qu'il n'est pas grand, et se plaint des affres de l'âge[3]. Sa prose, à la fois technique et imagée, comporte essentiellement des phrases courtes, et son vocabulaire paraît avoir été celui des artisans. Vitruve (Vitruve (Marcus Vitruvius Pollio) est un architecte romain qui vécut au Ier siècle av. J.-C. (on ne connaît pas avec précision la période à laquelle il aurait vécu, on évalue sa naissance aux alentours de 90 avant...) fut à la fois vulgarisateur et compilateur de sorte qu'on lui attribue l'invention du module quinaire dans la construction des aqueducs ; cependant il n'est que le dépositaire d'une tradition déjà ancienne[4].

De Architectura

Il est l'auteur d'un célèbre traité d'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.), De Architectura (en français Au sujet de l'Architecture), probablement écrit à la fin de sa vie (La vie est le nom donné :), et qu'il dédie à l'empereur Auguste. Ce livre se présente comme une encyclopédie des techniques de l'Antiquité romaine, et fait l'éloge à son dédicataire de la fonction d'architectus, intermédiaire entre celle de l'architecte grec et de l'ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre de produits, de...) militaire romain ; éloge fort nécessaire, puisqu'il semble qu'à Rome, ce métier n'était pas beaucoup mieux considéré que celui de simple artisan. Or, selon Vitruve, l'architecture est science qui s'acquiert par la pratique et la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance...). L'architecte doit avoir de nombreuses connaissances en géométrie (La géométrie est la partie des mathématiques qui étudie les figures de l'espace de dimension 3 (géométrie euclidienne) et, depuis le...), en dessin, en histoire, en mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres,...), en optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.).

C'est le seul écrit d'architecture qui nous soit parvenu de l'Antiquité, et les architectes de la Renaissance comme les Italiens Sebastiano Serlio et Palladio s'en inspirèrent beaucoup, jusqu'à l'architecture classique et baroque, où Claude Perrault (Claude Perrault (Paris, 1613 - Paris, 1688) est un médecin et un architecte français. Il est célèbre pour avoir été l'architecte de la façade de l'aile est du Louvre. Il est aussi reconnu pour ses travaux en anatomie,...) (1613-1688) commence à remettre en question l'interpétation de ses principes.

Le Moyen-Âge a connu Vitruve, mais, malgré l'existence de quelques manuscrits, souvent de façon indirecte : ainsi l'épisode d'Archimède (Archimède de Syracuse (en grec ancien : Ἀρχιμήδης/Arkhimếdês), né...) et la couronne du roi Hiéron nous est-elle connue par Vitruve. C'est à l'érudit Leone Battista Alberti que l'on doit le regain de faveur du De Architectura, dans les années 1420. Pour établir le texte de la première édition imprimée (Rome, 1486, impr. G. Herolt, 2 volumes in-folio), Sulpizio da Veroli dut collationner plusieurs manuscrits puisqu'aucun ne comportait le texte complet, mais s'appuya essentiellement sur le manuscrit de l'Escurial (daté du XIe siècle).

En France, G. Philandrier est l'auteur de la première édition critique du texte latin (Lyon, 1552, impr. Jean de Tournes).

Sommaire

  • Livre 1 : organisation (Une organisation est) urbaine, architecture en général, compétences de l'architecte.
  • Livre 2 : matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) de construction.
  • Livre 3 : temples et ordres architecturaux.
  • Livre 4 : suite du livre 3.
  • Livre 5 : bâtiments civils.
  • Livre 6 : architecture domestique.
  • Livre 7 : parements et décoration.
  • Livre 8 : adduction en eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.).
  • Livre 9 : sciences influençant l'architecture - géométrie, astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, leurs propriétés physiques et chimiques. Elle ne doit pas être confondue avec la...), etc.
  • Livre 10 : utilisation et construction de machines.

Vitruve est l’auteur du seul traité complet d’architecture qui ait échappé au naufrage de la littérature technique grecque et latine. Cette circonstance explique le contraste entre l’extraordinaire importance accordée à son œuvre, depuis le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) de Charlemagne jusqu’à celui de Viollet-le-Duc, et la modestie de sa situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un...) historique réelle. On ne saurait donc prendre pour un signe d’excellence un isolement qui n’est dû, en grande partie, qu’aux lacunes de la tradition. Mais on ne doit pas céder pour autant à la tentation de refuser toute crédibilité à un praticien qui, certes, n’a pas joué le rôle d’initiateur et de codificateur que d’aucuns voulurent lui reconnaître, mais qui a eu le mérite de réunir en un tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) cohérent le vaste trésor d’expériences et de connaissances, accumulé avant lui par les bâtisseurs hellénistiques. C’est dire que l’analyse du contenu de De architectura est inséparable d’une exacte localisation de son auteur dans l’univers culturel et technique de son temps, et d’une réflexion méthodologique sur les règles d’un " genre ", le traité théorique, plus contraignantes qu’on ne l’a cru souvent.

Traductions

Le texte est d'abord traduit en italien : éditions de Mauro et Cesariano (Côme, 1521), de F.L. Durantino (Venise, 1524), de G.B. Caporali (Pérouse, 1535).

Il existe plusieurs traductions en français :

  • en 1547 par Jean Martin (illustrations de Jean Goujon)
  • en 1673, par Claude Perrault " Traduction des dix livres d'architecture de Vitruve ", éd. J.-B. Coignard, Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la...)
  • en 1847, par Ch.-L. de Maufras " L'Architecture de Vitruve " (1847), éd. Panckoucke, 2 vol. in-8°, Paris.

L'édition des Universités de France (coll. Budé) est en cours depuis seulement quelques années, mais les livres VIII et X sont disponibles.

Cet article vous a plus ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.075 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique