Pierre Duhem
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Pierre Maurice Marie Duhem (né le 10 juin 1861 et décédé le 14 septembre 1916) était un chimiste et philosophe des sciences français.

Biographie

Entré premier au concours de l'École normale supérieure en 1882, Duhem écrivit une thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du...) en chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle...) critiquant Marcellin Berthelot, qui refusa la thèse et qui devait être son adversaire universitaire et idéologique toute sa vie (La vie est le nom donné :).

Duhem ne put jamais être nommé à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la...), en partie à cause de ses idées politiques et religieuses car il était catholique pratiquant et anti-républicain. Il enseigna la chimie à l'Université de Bordeaux (Cette page est consacrée au PRES Université de Bordeaux. Pour les pages sur les universités, voir Université Bordeaux I, Université Bordeaux II, Université Bordeaux...) mais refusa un poste en histoire des sciences (La science, en tant que corpus de connaissances mais également comme manière d'aborder et de comprendre le monde, s'est constituée de façon progressive depuis quelques millénaires. C'est en effet aux époques...) à Paris.

Philosophie des sciences

Instrumentalisme

Opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à ajouté à n donne zéro. En botanique, les organes d'une plante sont dits opposés lorsqu'ils sont...) à toute interprétation matéraliste et réaliste de la chimie et de la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la...), Duhem proposa une conception qu'on qualifiera ensuite d'" instrumentaliste " de la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large. L'ensemble de connaissances, d'études...) dans La Théorie physique. Son objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une...) et sa structure (1906). Selon l'instrumentalisme, la science ne décrit pas la réalité au-delà des phénomènes mais n'est qu'un instrument le plus commode de prédiction.

Il rejetait l'atomisme (L'atomisme est une théorie philosophique proposant une conception d'un univers composé de matière et de vide. Selon les atomistes, les atomes composant l'univers sont tous de même substance et ne diffèrent les uns des autres que par leurs...) et l'interprétation réaliste de la mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes (engrenages, poulies, courroies, vilebrequins, arbres de...) statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le résultat de l'application d'une méthode statistique à un ensemble de...) ou de la thermodynamique (On peut définir la thermodynamique de deux façons simples : la science de la chaleur et des machines thermiques ou la science des grands systèmes en équilibre. La première définition est aussi la première dans l'histoire. La...) au profit de " l'énergétisme " de Wilhelm Ostwald. Il prit parti pour Ernst Mach et Josiah Willard Gibbs contre l'atomisme de Ludwig Boltzmann.

Physique d'un croyant

Un chapitre de La Théorie physique s'appelle " la Physique d'un croyant " et il défend l'idée que c'est le Cardinal Robert Bellarmin qui avait raison contre Galilée (Galilée ou Galileo Galilei (né à Pise le 15 février 1564 et mort à Arcetri près de Florence, le 8 janvier 1642) est un physicien et astronome italien du XVIIe siècle, célèbre pour avoir...) puisque la science ne doit que " sauver les apparences " (ou " sauver les phénomènes ") sans prétendre décrire la réalité ultime.

Duhem considère qu'il n'est pas nécessaire d'être croyant pour adhérer à sa théorie de la science, car la science n'a pas à se prononcer sur des questions métaphysiques. Mais il nie que la religion (et en particulier la religion catholique) soit un obstacle au progrès de la science, comme le prétend une certaine conception réaliste de la science (que l'on pourrait appeler scientisme) ; au contraire, il affirme que la religion catholique favorise le progrès scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et...).

À de nombreuses reprises dans La Théorie physique, Duhem se réclame de Blaise Pascal (Blaise Pascal (19 juin 1623, Clermont (Auvergne) - 19 août 1662, Paris) est un mathématicien et physicien, philosophe, moraliste et théologien français.), savant et théologien. Si l'existence d'un ordre du monde (Le mot monde peut désigner :) ne peut aucunement être justifié rationnellement par le scientifique (c'est une question métaphysique et non proprement physique), en revanche c'est un objet de foi. Incapable de fonder cette conviction, le scientifique est également incapable de s'en défaire.

Holisme (Le holisme (du grec ολoς (holos) : entier) est un système de pensée pour lequel les caractéristiques d'un être ou d'ensemble ne peuvent être connues que lorsqu'on le...) épistémologique

Il soutient aussi qu'il n'y a aucune " expérience cruciale " (contrairement à ce que disait Francis Bacon) en physique. Une expérience, une observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et...) ou un fait ne peut pas suffire à trancher entre deux théories puisque chaque théorie peut s'adapter à une expérience récalcitrante en faisant d'autres aménagements, tels que la modification d'une hypothèse auxiliaire. Une proposition isolée n'est donc pas en jeu dans une expérience, c'est toute la théorie qui peut être confrontée à l'expérience.

La thèse fut reprise par Quine (Quine désigne le fait d'avoir une ligne dans ce même jeu.) et est appelée " Thèse de Duhem-Quine " ou " holisme de la confirmation ".

Histoire des sciences

Il fut aussi un historien des sciences, notamment dans son œuvre monumentale Le Système du monde. Histoire des doctrines cosmologiques, de Platon à Copernic (1913-1917) où il défend une interprétation continuiste du progrès scientifique et réévalue l'importance du Moyen Âge avant l'émergence de la science moderne.

Bibliographie

  • Pierre Duhem (Pierre Maurice Marie Duhem (né le 10 juin 1861 et décédé le 14 septembre 1916) était un chimiste et philosophe des sciences français.), Les Théories de la chaleur, 1895
  • Pierre Duhem, Le Mixte et la combinaison chimique. Essai sur l'évolution d'une idée, 1902
  • Pierre Duhem, L'Évolution de la mécanique, 1902
  • Pierre Duhem, Les Origines de la statique, 1903
  • Pierre Duhem, La théorie physique ; son objet, sa structure, 1906
  • Pierre Duhem, Sozein ta phainomena. Essai sur la notion de théorie physique de Platon à Galilée, 1908, qui expose sa notion de " sauver les phénomènes "
  • Pierre Duhem, Traité d'énergétique, 1911
Page générée en 0.127 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique