Holisme - Définition

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.

Le holisme (du grec ολoς (holos) : entier) est un système de pensée pour lequel les caractéristiques d'un être ou d'ensemble ne peuvent être connues que lorsqu'on le considère et l'appréhende dans son ensemble, dans sa totalité, et non pas quand on en étudie chaque partie séparément.

Ainsi un être est entièrement ou fortement déterminé par le tout dont il fait partie; il suffit de, et il faut, connaître ce tout pour comprendre toutes les propriétés de l'élément ou de l'entité étudiés. Un système complexe est considéré comme une entité possédant des caractéristiques liées à sa totalité, et des propriétés non-déductibles de celles de ses éléments. L'approche holistique invite à élargir le domaine d’observation des disciplines scientifiques, mais nécessite la pluridisciplinarité et une approche multi-échelle.

Le holisme, issu d'Emile Durkheim, appliqué aux systèmes humains, par essence complexes, consiste à expliquer des faits sociaux par d’autres faits sociaux. La société exerce une contrainte (pouvoir de coercition) sur l’individu qui doit intérioriser (ou " naturaliser ") les principales règles et les respecter. Les comportements individuels sont donc socialement déterminés.

Le holisme est une vision relationnelle du monde, mais aussi une stratégie de recherche.

Exemples d'applications théoriques

C'est un des grands points de vue qu'on peut adopter en science, tout particulièrement

  • en sociologie (lorsqu'on cherche à déduire la psychologie des personnes des conditions sociales dans lesquelles elles se trouvent)
  • en écologie (lorsqu'on cherche à comprendre les interactions entre la biologie des êtres vivants et les conditions de milieu).
La valeur d’un élément ou d'une entité (molécule, organite, hormone, organe, organisme, superorganisme, population, écoystème, biome etc.) n’est pas absolue, mais prend une valeur différente selon sa position spatiale dans l'organisme, le paysage ou la biosphère,
changer un élément peut changer le tout,
changer le contexte peut changer la qualité de l’élément étudié.
le holisme trouve une application récente avec l'Écologie du paysage.
  • en médecine (lorsqu'on cherche à déduire les affections d'une personne de ses conditions générales de vie)
  • en économie, la vision post-keynésienne se rapproche d'une démarche holiste.

À noter qu'il s'agit souvent de domaines particulièrement sensibles, liés à l'être humain, la société, l'environnement, l'éthique, d'où parfois des utilisations à des fins politiques.

Controverse scientifique concernant la théorie holistique

L'existence de deux camps antagonistes

Entre les tenants du holisme et ceux du point de vue symétrique et opposé qu'on appelle réductionnisme (déduction des propriétés du tout à partir de celles des parties : de la sociologie à partir de la psychologie, de l'écologie à partir de la biologie, de la thermodynamique à partir de la physique statistique, etc.) on assiste généralement à des querelles infinies et irréductibles.

En l'absence de preuves scientifiques irréfutables dans un sens ou dans l'autre, il n'est guère possible de trancher entre les deux points de vue.

De plus, les tentatives de synthèse par une analyse systémique se heurtent aux convictions des puristes de chaque camp.

N'oublions pas non plus que l'école de Max Weber, est elle aussi une école opposée à celle de Emile Durkheim. En effet, l'individualisme consiste en la compréhension de l'homme selon ses motivations et selon lui-même. Ainsi l'environnement prôné chez Durkheim est totalement abandonné pour laisser place à un homme qui peut changer selon sa volonté et ce qui le pousse à agir. Cette école peut être considérée comme plus optimiste sur la question du libre-arbitre de l'individu.

Le tout et les parties

Les approches systémiques visent à faire la synthèse entre le holisme et son opposé en adoptant une formulation atténuée, qui dit qu'un être est partiellement déterminé par le tout dont il fait partie : il faut connaitre ce tout (mais cela ne suffit pas) pour comprendre les propriétés de l'élément.

L'expression consacrée est : " Le tout est plus que la somme de ses parties. "

Néanmoins, le tout n'est plus sans l'une des parties.

Page générée en 0.040 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise