Claude Bernard - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Œuvres

  • Œuvres de Claude Bernard sur le projet Gutenberg
  • Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, 1865. (Rééd. Champs, Flammarion, ISBN 2080811371 )
  • Principes de médecine expérimentale, éd. PUF, 1947
  • Recherches sur une nouvelle fonction du foie considéré comme organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction physiologique. Certains organes assurent simultanément plusieurs fonctions, mais dans ce...) producteur de matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La matière occupe...) sucré chez l’homme et les animaux, Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de...), Martinet, 1853

Il a donné les résultats de son enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances d'un élève par le biais de...) dans une suite de publications :

  • Leçons de physiologie expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes dominants tant sur le plan formel, esthétique, que sur le plan culturel et politique. En science, il...) appliquée à la médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant...), 2 Tomes, 1855/56
  • Leçons sur les effets des puissances toxiques et médicamenteuses, 1857
  • Leçons sur la physiologie et la pathologie du système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, etc. Il coordonne les mouvements musculaires,...), 1858
  • Leçons sur les propriétés physiologiques et les altérations pathologiques des différents liquides de l’organisme, 1859
  • Leçons et expériences physiologiques sur la nutrition et le développement, 1860
  • Leçons de pathologie expérimentale et lecons sur les propriétés de la moelle épinière, 1872
  • Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, 2 Tomes, 1878/79

Il a en outre publié dans la Gazette médicale, dans les Comptes rendus de la Société de biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences...) et de l’Académie des sciences, dans la Revue des Deux Mondes, des mémoires ou articles sur les usages du pancréas (Le pancréas est un organe abdominal, une glande annexée au tube digestif. Il est rétropéritonéal, situé derrière l'estomac, devant et au-dessus des reins. Ses fonctions...), sur la fonction glycogénique du foie, sur le grand sympathique, sur la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) animale sur le cœur, sur la vie, etc. On lui doit aussi un Rapport sur les progrès et la marche de physiologie générale en France (1867).

Citations

  • « Le microbe (Les micro-organismes ou microbes sont des organismes vivants microscopiques (invisible à l'œil nu) et qui ne peuvent donc être observés qu'à...) n’est rien, c’est le terrain qui est tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.). »
  • « J’ai connu la douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Habituellement, elle correspond...) du savant qui, faute de moyens matériels, ne peut entreprendre de réaliser des expériences qu’il conçoit et est obligé de renoncer à certaines recherches, ou de laisser sa découverte à l’état d’ébauche. »
  • « La théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur...) est l’hypothèse vérifiée après qu’elle a été soumise au contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) du raisonnement et de la critique. Une théorie, pour rester bonne, doit toujours se modifier avec le progrès de la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large. L'ensemble...) et demeurer constamment soumise à la vérification et la critique des faits nouveaux qui apparaissent. Si l’on considérait une théorie comme parfaite, et si on cessait de la vérifier par l’expérience scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les...), elle deviendrait une doctrine. »
  • « La vie c’est la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus...). L’art est vie, donc mortel. »
  • « La fixité du milieu intérieur est la condition d’une vie libre et indépendante. »
  • « C’est ce que nous pensons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre. »
  • « Quand le fait que l’on rencontre ne s’accorde pas avec une théorie régnante, il faut accepter le fait et abandonner la théorie. »
  • « Je ne soigne pas l’homme en général, je soigne l’individu en particulier. »
  • « L’admission d’un fait sans cause, c’est-à-dire indéterminé dans ses conditions d’existence, n’est ni plus ni moins que la négation de la science. »
  • « Le physiologiste n’est pas un homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est appelé...) du monde (Le mot monde peut désigner :), c’est un savant, c’est un homme qui est saisi et absorbé par une idée scientifique qu’il poursuit : il n’entend plus les cris des animaux, il ne voit plus le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez...) qui coule, il ne voit que son idée, et n’aperçoit que des organismes qui lui cachent des phénomènes qu’il veut découvrir. »
  • « Je dis au contraire et je le répète à satiété depuis dix ans: la médecine, comme toutes sciences, procède nécessairement par empirisme avant de procéder scientifiquement. »
  • « Il serait bien étrange qu’on reconnût que l’homme a le droit de se servir des animaux pour tous les usages de la vie, (...), et qu’on lui défendit de s’en servir pour s’instruire dans une des sciences les plus utiles à l’humanité (...) Je n’admets pas qu’il soit moral d’essayer sur les malades dans les hôpitaux des remèdes plus ou moins dangereux ou actifs sans qu’on les ait préalablement essayé sur des animaux. »
Page générée en 0.107 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique