Compagnie du chemin de fer de Montereau à Troyes - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Compagnie du chemin de fer
de Montereau à Troyes
Création 1845
Disparition 1854
Fondateur(s) Vauthier, Galice-Dalbaume et Paul Seguin Cie
Forme juridique Société anonyme

La Compagnie du chemin de fer de Montereau à Troyes est l’exemple, à l’instar d’autres compagnies similaires telle, par exemple, la ligne d’Amiens à Boulogne, d’une tentative pour créer une ligne visant à compléter le réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets »,...) national suscité par l’administration dans l’espoir de créer de nouveaux débouchés susceptibles de la développer en une ligne d’importance. Malheureusement, ce type de compagnies – désirant créer des lignes, dites d’embranchement, devant les difficultés résultant de la concurrence des lignes principales auxquelles elles se raccordent et soumises à la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) du gouvernement pour la constitution de réseaux régionaux homogènes – n’ont eu d’autre solution à leur survie que de fusionner avec les compagnies exploitant les lignes principales qui formèrent les grands Réseaux jusqu’à la formation de la SNCF (La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est l'une des principales entreprises publiques françaises. Elle exerce une double activité :) en janvier 1938.

Le contexte socio-économique

Troyes, ancienne capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs, ou une ville ayant une prééminence dans un domaine social, culturel, économique ou sportif, dans ce cas on parle aussi de...) de la Champagne (Paquebot de la Compagnie générale transatlantique, 1886 - 1915) comptant 31 000 habitants en 1845, est située sur les voies de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine...) joignant le bassin parisien (Le Bassin parisien est, au sens restreint, un bassin versant de la Seine qui entoure Paris. Au sens large, c'est une région géologique sédimentaire comprenant tout le...), la Picardie, l’Artois, le Hainaut et les Flandres au sillon rhodanien et l’Italie. Autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au...) de Troyes, des voies de communication rayonnent vers Sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du vieillissement,...), Montereau, Meaux, Château-Thierry, Toul et Bar-sur-Aube. De longue date, Troyes était le lieu de foires importantes mais qui déclinèrent consécutivement à la guerre de Cent Ans et aux troubles des XIVe et XVe siècles. Au gré des vicissitudes de l’histoire, Troyes garda un rôle important dans les échanges commerciaux entre le nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) et le sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de la France permettant de développer des activités industrielles, fondées sur le papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente sous forme de feuilles minces et est considéré...), le textile et la tannerie, ainsi que l’agriculture qui produisait la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La matière...) première. En 1845, on compte par an 25 000 voyageurs pour Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la...) et 15 000 pour Dijon. Les marchandises représentent 41 000 tonnes en expédition et en arrivage. Sur les quatre routes royales qui traversent la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune, par opposition aux villages)...), passent chaque jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit...) 1 800 colliers et 61 diligences.

La société concessionnaire

La concession est autorisée par la loi du 26 juillet 1844 et est adjugée le 25 janvier 1845, selon le cahier des charges (Un cahier des charges est un document visant à définir exhaustivement les spécifications de base d'un produit ou d'un service à réaliser. Outre les spécifications de base, il décrit ses modalités d'exécution. Il définit aussi les...) approuvé par ordonnance du 14 décembre 1844, à la Société formée en octobre 1845 entre MM Vauthier, Galice-Dalbaume et Séguin (Paul) pour une durée de 75 ans.

Cette société, au capital de 10 millions de francs auquel le Conseil général de l'Aube garantit un intérêt de 4 % aux trois premiers millions souscrits dans le département, a été constituée le 5 octobre 1844 devant Me Cahuet, notaire à Paris, entre MM. Vauthier, maire (Le maire représente l'autorité municipale. Dans de nombreux cas, il est le détenteur du pouvoir exécutif au niveau d'une ville ou communal en France et au Québec. Dans un gouvernement à...) de Troyes et conseiller général, Gallice-Dalbanne, conseiller municipal, et Paul Seguin et Cie, administrateur de la Compagnie du chemin de fer de Saint-Etienne à Lyon. La concession obtenue, la société prend le nom de Compagnie du chemin de fer de Montereau à Troyes dont le fonds social est fixé à 20 millions de francs (40 000 actions de 500 francs). Pendant la durée des travaux, les actionnaires percevront 4 % d’intérêt sur les sommes versées. Les statuts de la compagnie sont approuvés par ordonnance du 29 mai 1845.

Paul Seguin et Cie, ingénieurs civils à Paris, démissionna de la société pour soumissionner l’adjudication des travaux, et les réalisa.

Page générée en 0.090 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique