Debian - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Debian
Debian-OpenLogo.svg
Capture d’écran de Debian GNU/Linux 5.0 (« Lenny »)

Famille GNU/Linux
Type de noyau Monolithique (Un monolithe est un élément fait d'un seul bloc de pierre de grande dimension. Son nom vient du...) modulaire
État du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) en développement
Plates-formes i386, AMD64 (AMD64 est le nom de l'architecture des premiers microprocesseurs 64 bits de la...), x86-64, PowerPC (PowerPC, parfois abrégé PPC, est une gamme de microprocesseurs dérivée de...), 68k, SPARC (L'architecture SPARC est une architecture de processeur ouverte. « SPARC » est...), Alpha, ARM, MIPS, HPPA, OS/390, IA-64
Licence Divers licences libres selon Debian (Debian (/de.bjan/) est une organisation communautaire et démocratique, dont le but est le...)
Dernière version stable 5.0.6 (Lenny)
Dernière version avancée Squeeze
Méthode de mise à jour (Une mise à jour, souvent abrégé en MAJ ou MàJ, est l'action qui consiste à...) Advanced Packaging Tool
Interface (Une interface est une zone, réelle ou virtuelle qui sépare deux éléments. L’interface...) graphique Au choix (GNOME, KDE (KDE est un projet de logiciel libre historiquement centré autour d'un environnement de bureau...), Xfce (Xfce est un environnement de bureau utile et léger utilisant la boîte à outils GTK+...), Enlightenment, ...)
Gestionnaire de paquets dpkg
Site Web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une...) www.debian.org
Debian en Français.

Debian (/de.bjan/) est une organisation (Une organisation est) communautaire et démocratique, dont le but est le développement d'un système d'exploitation basé exclusivement sur des logiciels libres.

Ce système, lui-même nommé Debian, permet un mode d'unification (Le concept d'unification est une notion centrale de la logique des prédicats ainsi que...) de nombreux éléments pouvant être développés indépendamment les uns des autres, pour plusieurs architectures (Architectures est une série documentaire proposée par Frédéric Campain et Richard Copans,...) matérielles et relativement à plusieurs noyaux logiciels. Ces paquets sont associés sous forme de « paquets » modulables en fonction des choix et des besoins (on en dénombre plus de 25 000 en 2009).

On l'assimile généralement à sa version Debian GNU/Linux (la distribution GNU/Linux de Debian), car jusqu'en 2009 c'est la seule branche parfaitement fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions....), mais d'autres versions du système Debian sont en développement : Debian GNU/Hurd ou Debian GNU/kFreeBSD (Debian GNU/kFreeBSD est une distribution du système d'exploitation GNU avec un noyau FreeBSD (le...) (dont les premières versions stables sont prévues avec la version « Squeeze »).

Debian est utilisée comme base de nombreuses autres distributions comme Knoppix ou Ubuntu (Ubuntu (prononciation [ubuntu], c'est-à-dire « ou-boun-tou » en...) qui rencontrent un grand succès.

Fin 2005, la version originale a été retenue comme système d'exploitation GNU/Linux pour équiper le matériel informatique (Le matériel informatique (en anglais « hardware ») est l'ensemble des...) de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour...) de Munich, soit près de 14 000 PC.

Organisation du projet

Schéma d'organisation de la fondation Debian.

Debian est une distribution Linux (Une distribution Linux (ou distro, distrib), appelée aussi distribution GNU/Linux pour faire...) non commerciale, lancée en 1993 par Ian Murdock (Ian Murdock (né le 28 avril 1973 à Constance, Allemagne) est le fondateur du...) avec le soutien de la Free Software Foundation ; elle a pour principal but de fournir un système d'exploitation composé uniquement de logiciels libres. Debian se prononce « Débiane ». Ce nom trouve son origine dans la contraction de deux prénoms : Debra, la femme du créateur du projet, et Ian, le créateur lui-même.

Le projet Debian s'organise autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) de trois piliers :

  1. un contrat social passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) avec la communauté du logiciel libre (Un logiciel libre est un logiciel dont l'utilisation, l'étude, la modification, la duplication...) définit de grands principes auxquels les développeurs adhèrent ;
  2. les principes du logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements...) libre selon Debian (ou DFSG) définissent précisément le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...) du mot « libre » pour les développeurs de Debian ;
  3. une constitution décrit le fonctionnement interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la...) du projet, les méthodes de prises de décisions et les rôles des différents acteurs : le chef du projet, le secrétaire, les développeurs, etc. La démocratie Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services...) utilise une méthode de vote par pondération par classement : la méthode Schulze (une méthode Condorcet).

Juridiquement, Debian est le projet d'une association à but non lucratif nommée SPI (Software in the Public Interest).

Debian est en fait le nom de l'organisation, mais est souvent utilisé pour désigner la distribution spécifique Debian GNU/Linux. Cependant, d'autres distributions Debian non basées sur le noyau Linux (Le noyau Linux est un noyau de système d'exploitation de type UNIX. Le noyau Linux est un...) sont à l'étude, notamment celles basées sur le Hurd (Le Hurd est un ensemble de programmes et de bibliothèques servant de base au système...), le cœur du système d'exploitation GNU (GNU est un projet de système d'exploitation composé exclusivement de logiciels libres.). Des projets de portage vers d'autres noyaux sont aussi en cours : Debian GNU/Hurd, Debian GNU/kFreeBSD et Debian GNU/NetBSD.

La fondation regroupe plusieurs centaines de programmeurs, mais tous ne sont pas actifs. Les programmeurs actifs sont normalement en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) de la gestion d'un ou plusieurs modules. La coordination est assurée par des échanges sur liste de diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de...) ou par chat (Le chat domestique (Felis silvestris catus) est un mammifère carnivore de la famille des...) IRC, ainsi que par les organes de la fondation.

Le projet est dirigé par un Debian Project Leader (« chef de projet Debian ») élu (ou réélu) par les membres chaque année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...), dans le respect de la constitution de la fondation. Ses pouvoirs sont limités, et les décisions d'une certaine importance sont prises par la communauté. Il est assisté depuis 2006 par un Debian Second in Charge (2IC).

Un autre poste important est celui de Release manager, lui-même assisté de release assistants. Son rôle est de définir (avec la communauté des développeurs) les objectifs de la prochaine version, de superviser le processus et de définir les dates de sorties.

Le projet est composé de bénévoles, essentiellement des développeurs. De ce fait, la fondation a des besoins financiers réduits, satisfaits par des dons en nature (des ordinateurs, par exemple) ou en argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du...).

Project leaders

Le projet a eu les chefs de projet suivants :

  1. Ian Murdock (août 1993 – mars 1996), fondateur du projet Debian ;
  2. Bruce Perens (avril 1996 – décembre 1997) ;
  3. Ian Jackson (janvier 1998 – décembre 1998) ;
  4. Wichert Akkerman (janvier 1999 – mars 2001) ;
  5. Ben Collins (avril 2001 – avril 2002) ;
  6. Bdale Garbee (avril 2002 – avril 2003) ;
  7. Martin Michlmayr (mars 2003 – mars 2005) ;
  8. Branden Robinson (avril 2005 – avril 2006) ;
  9. Anthony Towns (avril 2006 – avril 2007) ;
  10. Samuel « Sam » Hocevar (avril 2007 – avril 2008) ;
  11. Steve McIntyre (avril 2008 – avril 2010) ;
  12. Stefano Zacchiroli (avril 2010 – aujourd'hui).

Release managers

  1. Brian C. White (1997 – 1999).
  2. Richard Braakman (1999 – 2000).
  3. Anthony Towns (2000 – 2004).
  4. Steve Langasek, Andreas Barth et Colin Watson (2004 – 2007).
  5. Andreas Barth et Luk Claes (2007 – 2008).
  6. Luk Claes et Marc Brockschmidt (2008 – 2009).
  7. Luk Claes et Adeodato Simó (2009 – ?).
Page générée en 0.062 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique