Psychose
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Le terme psychose, introduit au XIXe siècle, désignait la folie et l'aliénation. C'est un terme général qui désigne les affections mentales les plus graves, caractérisées par une atteinte globale de la personnalité.

Le terme est souvent utilisé avec un adjectif qui indique la nature, l'étiologie ou un caractère dominant de la pathologie (La pathologie, terme provenant du Grec ancien, est littéralement le discours, la rationalité (λογία logos) sur la souffrance (πάθος pathos), et...). Selon les courants psychiatriques et le système psychopathologique auquel il se réfère, le mot peut prendre plusieurs sens : on parlera de structure psychotique, de pôle d'organisation (Une organisation est) de la personnalité psychotique, etc. Selon le DSM IV, la psychose (Le terme psychose, introduit au XIXe siècle, désignait la folie et l'aliénation. C'est un terme général qui désigne les affections mentales les plus...) se caractérise par des troubles, transitoires ou permanents, de la personnalité liés à une altération du « sens de la réalité et de soi »,et associe des symptômes positifs (délires, hallucinations), négatifs (apathie, aboulie, émoussements des affects...) et dysexécutifs (attention, mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) de travail...). Selon les tenants de cette approche, les psychoses comprennent deux grands groupes: schizophrénie (Le terme de schizophrénie regroupe de manière générique un ensemble d'affections psychiatriques présentant un noyau commun, mais dites...) et psychoses délirantes.

Il existe des formes de psychose très légère ou très sévère. Ces psychoses sont souvent liés à des troubles dans l'enfance comme une carence importante affective, des violences, de l'inceste, une guerre. Il est possible de gérer les psychoses avec un apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences,...) à l'autonomie de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en prescrivant un suivi continu pour pallier les crises. L'hygiène de vie (L'hygiène de vie est l'ensemble des mesures destinées à préserver et à promouvoir la santé. Elle concerne essentiellement les choix de style...) est primordiale ainsi que les relations sociales (amicales, familiales, professionnelles). Les activités culturelles et sportives sont fortement conseillées. En terme de régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) les neuroleptiques sont efficaces. Un psychotique s'il connait bien sa maladie (après une longue prise en charge) peut la gérer avec un suivi régulier. Néanmoins les psychoses associées à de graves délits doivent faire l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut...) d'une surveillance renforcée et attentive et ne font actuellement pas l'objet d'avancées significatives.

Psychose comme entité et/ou structure

Le terme « psychose » fut employé pour la première fois par un médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les...) autrichien, le baron Ernst von Feuchtersleben, en 1845, comme alternative aux termes folie (La folie désigne, en langage populaire, l'état d'une personne dont le discours et/ou les actions, le comportement ne semblent avoir aucun sens pour l'observateur. Elle peut...) et manie (La manie (du grec ancien μανία / maníā « folie, démence, état de fureur ») est une maladie mentale. Elle appartient...). Il dérive du grec psyche (esprit) et osis (condition maladive ou anormale). C'est le psychiatre (Un psychiatre est un médecin spécialisé en psychiatrie et psychothérapie, qui diagnostique, traite et tente de prévenir les maladies mentales, les troubles psychiques et les désordres émotionnels. Les...) allemand Emil Kraepelin qui a posé les fondements d'une séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé dans plusieurs domaines :) nette (Le terme Nette est un nom vernaculaire attribué en français à plusieurs espèces de canards reconnaissablent à leurs calottes. Le terme est un emprunt au grec ancien...) entre troubles psychotiques et troubles névropathiques. Plus tard, Sigmund Freud a repris la séparation entre psychose et névrose (En psychiatrie et en psychopathologie psychanalytique, le terme névrose désigne des troubles psychiques sans lésion organique démontrable. Le sujet...) dans son système psychopathologique. Eugène Minkovski a abordé les psychoses sous un angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts apparentés.) phénoménologique, Henri Ey sous celui de l'organodynamisme, etc. Jean Bergeret (Jean Bergeret est un médecin et un botaniste français, né en 1751 à Pontacq et mort en 1813 à Pau.) (psychanalyste) a été l'un de ceux qui a défini la psychose comme une structure (cf. Structure en psychopathologie) regroupant notamment la schizophrénie, la paranoia, la psychose maniaco-dépressive, etc. dans une approche psychopathologique organisée.

Classifications

La classification du DSM-4-TR regroupe les psychoses sous le titre « schizophrénies et autres troubles psychotiques », ainsi que dans les « troubles de l'humeur ». On y retrouve la « schizophrénie » et les « troubles schizophréniformes », le « trouble bipolaire », les « troubles délirants » (anciennement, délires chroniques paranoïaques), les « troubles psychotiques brefs » (anciennement considérés comme des bouffées délirantes aiguës sans évolution vers une pathologie chronique), les « troubles psychotiques secondaires » (toxiques, affection médicale générale) et enfin les « troubles psychotiques non-spécifiés », au sein desquels on retrouve notamment certaines formes de psychose puerpérale.

Hallucination

Les hallucinations sont définies comme des perceptions en l'absence de stimuli externes. Elles doivent être distinguées des illusions, qui résultent de perceptions altérées de stimuli externes existant, et des hallucinoses, qui sont des perceptions en l'absence de stimuli externes mais avec conservation de la conscience de la nature endogène de la perception. Si celles-ci -ces dernières- peuvent affecter toutes les modalités sensorielles (vision, audition (L'audition est le fruit d'un mécanisme complexe assuré principalement par les deux oreilles (pour permettre la perception binaurale stéréophonie)et les voies centrales avec notamment un rétro-contrôle...), olfaction, goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)), toucher), il faut convenir que l'essentiel des hallucinations, en ce qu'elles concernent la psychose en restent pour elles à être-dites 'auditives'. Une forme particulièrement classique d'hallucination est donc (réf. psychiatr.) la perception d'une ou plusieurs voix hallucinées, commentaire apparent de la vie (La vie est le nom donné :) du patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.) . Parce qu'elle atteint, altère, l'intégrité individuelle et sociale du sujet, l'hallucination est l'une des raisons impérieuses nécessitant absolument l'engagement dans la consultation.

Idées délirantes

Les idées délirantes ne se confondent pas avec les délires, qui sont des constructions systématisées et structurées, et peuvent avoir des thèmes variés : persécution, mystique/messianique, grandeur, filiation, érotomanie, mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les organismes vivants,...), négation des organes... Leur émergence correspond à des mécanismes également variables : interprétation, intuition... Celles-ci reflètent fréquemment le contenu du système de croyance du patient et sont d'appartenance socio-culturelle et donnent au sujet des envies de tout casser, souvent. Enfin, un aspect important des idées délirantes est leur aspect structuré (paranoïaque) ou flou (paranoïde).

Troubles du cours de la pensée

Ceux-ci traduisent des altérations des mécanismes de pensée, ou plutôt des troubles du rapport du sujet au langage, et sont classifiés en fonction des modifications du discours qu'ils entraînent. On note de manière non exhaustive : la tachypsychie, la logorrhée, les digressions, la diffluence ou relâchement des associations, les questionnements obsessionnels, les circonlocutions, les néologismes, le rationalisme morbide, et à l'opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à ajouté à n donne zéro. En botanique, les organes d'une plante sont dits opposés lorsqu'ils sont insérés au même niveau, l'un en face de...) de ce dernier : la pauvreté du discours spontané, les barrages, les fadings.

Anosognosie

Une des caractéristiques importantes de l'état psychotique est l'absence de prise de conscience suffisante de la nature pathologique des symptômes. Classiquement, les patients, lors de ces épisodes, pensent que leur comportement, le contenu de leur pensée et les expériences hallucinatoires qu'ils vivent ne sont en aucune manière bizarres, inhabituelles ou étranges. Cependant, plus le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) passe, plus une critique – partielle – des symptômes devient possible.

Page générée en 0.013 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique