Yves Citton - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Yves Citton
Théoricien de la littérature et philosophe occidental
Philosophie et littérature contemporaines

Naissance 30 septembre 1962 à Genève
Nationalité Suisse Suisse
Principaux intérêts philosophie morale, philosophie politique, ontologie herméneutique, problématiques contemporaines de la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer,...) littéraire, biopolitique, capitalisme cognitif et économie des affects
Idées remarquables Affects anti-rationnels, Affects pré-rationnels, Lectures actualisantes
Œuvres principales L’Envers de la liberté. L’Invention d’un imaginaire spinoziste dans la France des Lumières. Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?
Influencé par Spinoza, Gilles Deleuze, Alain Badiou, Roland Barthes, Jacques Derrida, Michel Foucault (Paul Michel Foucault, né le 15 octobre 1926 à Poitiers et mort le...), Luis Jorge Prieto, André Wyss

Yves Citton (né le 30 septembre 1962 à Genève) est un théoricien de la littérature et un penseur suisse.


Aperçu biographique

Yves Cittonest l’auteur de livres et de nombreux articles consacrés à l’imaginaire politique de la modernité occidentale, se situant généralement à l’articulation entre une lecture des textes du XVIIIe siècle et des questions de philosophie politique contemporaine.

Il est aussi conseiller pédagogique pour le programme « Indisciplinary Studies » à l’Institut d'études politiques de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) (Sciences-Po) (depuis 2001), et a enseigné à l’université de Pittsburgh (Pennsylvanie, États-Unis) de 1992 à 2003, à l'université Yale (L'université Yale (en anglais : Yale University, anciennement Collegiate School of...) (Connecticut, États-Unis) en 1988-1989 et à l’université de Genève de 1987 à 1992. Depuis 2003, il enseigne la littérature française à l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) Stendhal-Grenoble 3.

Il est membre de l'unité de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) L.I.R.E. du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand...) et des universités (Lyon, Grenoble, Saint-Étienne), du comité et du secrétariat de rédaction de la revue Multitudes, du secrétariat de rédaction de la revue Dix-huitième siècle, animateur (Animateur, qui anime un groupe de personnes :) de l’émission hebdomadaire Zazirocratie (free jazz et indie rock) sur Radio Campus (Un campus (du mot latin désignant un champ) désigne l'espace rassemblant les...) Grenoble et un critique aux mardis littéraires. Yves Citton est également un collaborateur régulier de La Revue internationale des livres et des idées. Avec Laurent Bove et Frédéric Lordon, il a lancé, en 2006, la collection « Caute ! ».

Après des travaux consacrés à l’histoire du discours économique, ses recherches l’ont dirigé vers l’étude de l’imaginaire spinoziste des Lumières, ainsi que vers la théorie littéraire, mais aussi vers le jazz, l’économie des affects, le pouvoir de scénarisation ou encore des auteurs comme Charles-François Tiphaigne de la Roche (La roche, du latin populaire rocca, désigne tout matériau constitutif de l'écorce...), Jean-Jacques Rousseau (Jean-Jacques Rousseau, né le 28 juin 1712 à Genève et mort le...), Denis Diderot, Jean Potocki, André Chénier, Isabelle de Charrière ou Léger-Marie Deschamps.

Publications

Ouvrages personnels

  • Impuissances. Défaillances masculines et pouvoir politique de Montaigne à Stendhal, Paris, Aubier (L’aubier, ou aubour, est la partie de l’arbre juste sous l’écorce,...), 1994, 418 p.  .
  • Portrait de l'économiste en physiocrate. Critique littéraire de l'économie politique, Paris, L'Harmattan, 2001, 348 p.  .
  • L'Envers de la liberté. L'invention d'un imaginaire spinoziste dans la France des Lumières, Paris, Éditions Amsterdam, 2006, 585 p.  .
  • Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Préface de François Cusset, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, 364 p.  . Introduction en-ligne.
  • Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche, Paris, Éditions Amsterdam, 2010 .

Ouvrages collectifs

  • Les Frontières littéraires de l’économie XVIIe ‑ XIXe siècles, avec Martial Poirson et Christian Biet, Desjonqueres, août 2008 .
  • Spinoza et les sciences sociales : de la puissance de la multitude à l’économie politique des affects, co-éditeur avec Frédéric Lordon, Paris, Éditions Amsterdam, 2008 .
  • Mémoires secrets (dits de Bachaumont), vol. IV (1768-1769), dans le cadre de l’édition scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...) dirigée par Suzanne Cornand et Christophe Cave ( Une cave (architecture) est une pièce en sous-sol servant de lieu de stockage Une cave à vin...), Champion, 2007.
  • Les Doctrines orthographiques du XVIe siècle en France (en collaboration avec André Wyss), Genève, Droz, 1989, 157 p. 
  • « Les Frontières littéraires de l’économie », co-éditeur avec Martial Poirson et Christian Biet, à paraître dans la Revue d’histoire littéraire de la France en 2008.
  • « Individus et communautés dans les pensées et les sociétés des Lumières », co-éditeur avec Laurent Loty, dossier du n° 41 (2009) de La Revue du Dix-huitième siècle.

Articles

Spinozisme des Lumières

  • « Concaténations : l’écriture du corps globalisé dans la tradition spinoziste », Textuel, n° 44, 2004, p.  85-107.
  • « Études littéraires et constitution des multitudes en communautés : les conséquences de Diderot », Multitudes, n° 15, hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) 2004, Paris, Exils, p. 123-134.
  • « L’invention du spinozisme dans la France du XVIIIe siècle », in Laurent Bove, Catherine Secretan et Tristan Dagron, Qu’est-ce que les Lumières radicales ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, p.  309-324.
  • « ConcateNations. Globalization in a Spinozist Context », in Diane Morgan et Gary Bantham (éd.), Cosmopolitics and the Emergence of a Future, Londres/New York, Palgrave Macmillan, 2007, p.  91-117.
  • « From Raison to Réson : Three Fringe Voices of the Eighteenth Century (Spinoza, Deschamps, Tarde) », in Être dix-huitiémiste, II, édité par Carol Blum, Ferney, Centre international d’études du XVIIIe siècle, 2007, p.  71-82.
  • « Réagencer des systèmes d’impression. Le cadrage ontologique de l’esthétique diderotienne », in Méthode, n° 9, Vallongues, 2007, p.  163-176.
  • « Lumières consensuelles ou Lumières corrosives ? », in Nicolas Weill (éd.), L’Esprit des Lumières est-il perdu ?, Presses universitaires de Rennes, 2007, p.  157-166.
  • « Un devenir spinoziste des sciences sociales », co-rédigé avec Frédéric Lordon, in Yves Citton et Frédéric Lordon, Spinoza et les sciences sociales : de la puissance de la multitude à l’économie politique des affects, Paris, Éditions Amsterdam, 2008, p.  15-44.
  • « Jacques le fataliste : une ontologie de l’écriture pluraliste », à paraître en 2008 dans le dossier « Diderot Philosophe » coordonné par Colas Duflo pour Archives de la philosophie.

Pensée politique

  • « Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza). À propos de Xavier Bébin, Pourquoi punir ? L’approche utilitariste de la sanction pénale », in La Revue internationale des livres et des idées, n° 3, janvier-février 2008.
  • « Universités : une réforme à inventer » (coordonné pour le comité de rédaction de Multitudes), in Multitudes, n° 32, mars 2008,p.  5-14.
  • « De la voyance à la contre-scénarisation », in Alain Jugnon (éd.), Une Révolution nécessaire, Paris, éditions du Grand Souffle, 2008.
  • « Switzeurolandia : une monstruosité en devenir ? », in Multitudes, n° 33, printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le...) 2008.
  • « Travail et réformes néolibérales. Apprendre à concevoir nos sociétés comme polyphasées », in Raison présente, avril 2008, n° spécial « Critiques de l'orthodoxie économique libérale » édité par Roland Pfefferkorn.
  • « Le percept noise comme registre du sensible », in Multitudes, n° 28, 2007.
  • « Puissance des communautés interprétatives », préface à Stanley Fish, Quand lire, c’est faire, Paris, éditions des Prairies ordinaires, 2007, p.  5-27.
  • « Droites nouvelles, gauches vieillissantes ? Autre chose ! », en collaboration avec Judith Revel, in Multitudes, n° 30, 2007, p.  6-17.
  • « Projectiles pour une politique post-radicale. À propos de L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant de Bernard Aspe, de L’Insurrection qui vient du Comité invisible et de Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives de David Vercauteren », in La Revue internationale des livres et des idées, n° 2, novembre-décembre 2007, p.  17-21.
  • « Créolectures et politiques membraniques », in Multitudes, n° 22, septembre 2005, p.  159-166.
  • « Sept résonances de Simondon », in Multitudes, n° 18, automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et...) 2004, p. 25-31.
  • « L’utopie Jazz entre liberté et gratuité », in Multitudes, n° 16, printemps 2004, p.  131-144.
  • « Vers une Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un...) post-identitaire », in Multitudes, n° 14, octobre 2003, Paris, Exils, p.  61-72.

Musicologie-politique: Jazz et Noise rock

  • « Jazz : Puissance de l’improvisation collective », dossier publié dans la revue Multitudes n° 16 (2004).
  • « Noise : sensibilités du bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son....) querelleur », dossier publié dans la revue Multitudes n° 28 (2007).
  • « L'utopie (L'utopie (néologisme de l'écrivain anglais Thomas More), synthèse des mots grecs...) Jazz entre gratuité et liberté », in Multitudes, n° 16, printemps 2004, p. 131-144.
  • « Le percept noise comme registre du sensible ».
Jean Potocki

Place de la Littérature et des littéraires dans la société contemporaine

  • « Il faut défendre la société littéraire », in La Revue internationale des livres et des idées, n° 5, mai-juin 2008.

L'article fait dialoguer les ouvrages suivants : Jacques Bouveresse, La Connaissance de l'écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie, Tzvetan Todorov, La Littérature en péril, Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias (On nomme média un moyen impersonnel de diffusion d'informations (comme la presse, la radio, la...) modernes, Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (XVIIe ‑ XIXe siècles)

  • « Faire son deuil de la littérature pour mieux promouvoir le littéraire », in Libération 24heures Philo (un blog (Un blog ou blogue est un site Web constitué par la réunion de billets...) de Libération.fr)en ligne

Quels sont les impacts de la pensée pluridisciplinaire sur la société du XXIe siècle ?

  • « Gillesdeleuzerolandbarthe. Cours croisés, pensées parallèles », par Yves Citton et Philip Watts [à propos de : Les cours de Gilles Deleuze en ligne ( La voix de Gilles Deleuze ), de François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée, et de Roland Barthes, Le Discours amoureux : Séminaire de l’École pratique des hautes études 1974-1976, Comment vivre ensemble : Cours et séminaires au Collège de France 1976-1977, Le Neutre : Cours au Collège (Un collège peut désigner un groupe de personnes partageant une même...) de France 1977-1978, La préparation du roman I et II : Cours et séminaires au Collège de France 1978-1980], in La Revue internationale des livres et des idées, n° 6, juillet-août 2008 (en ligne sur le site de Fabula)

Conte merveilleux du XVIIIe siècle et Tiphaigne de la Roche

  • « Les comptes merveilleux de la finance. Confiance et fiction chez Jean-François Melon », in Féeries, n° 2, 2005, p.  125-160.
  • « Merveille littéraire et esprit scientifique : une sylphide spinoziste ? » paru sur le site de Fabula, dans les actes du colloque Poétiques des fictions d’Ancien Régime : Site de Fabula colloques document (Dans son acception courante un document est généralement défini comme le support physique d'une...) 145.php (PHP (sigle de PHP: Hypertext Preprocessor), est un langage de scripts libre principalement...), mai 2006.
  • « Éditer un roman qui n'existe pas. À propos de Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki », in La Revue internationale des livres et des idées, n° 1, sept.-oct. 2007 (en ligne).
  • « Nouvel esprit utopique et non-lieux des esprits chez Tiphaigne de la Roche », à paraître dans le dossier « Utopie » de la revue Europe (2008).

Économie politique du XVIIIe siècle

  • « L'école physiocratique au cœur ou dans les marges des Lumières ? », in Les Marges des Lumières françaises (1750-1789) , actes du colloque, 6-7 décembre 2001, Université de Tours (L’université de Tours est une université française pluridisciplinaire...) organisé par le groupe de recherches Histoire des représentations (EA 2115), sous la direction de Didier Masseau, Genève, Droz, Coll. Bibliothèque des Lumières, 2004, 286 p. . p. 251-262.
  • « L’Ordre économique de la mondialisation (Le terme « mondialisation » désigne l'expansion et l'harmonisation des...) libérale : une importation chinoise dans la France des Lumières ? », n° spécial « La mondialisation. Un point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et...) philosophique », (éd.) Philippe Norel, in Revue internationale de philosophie, 2007-1, p.  9-32.
  • « L’économie morale du bon ménage. Chagrins domestiques et soucis éthiques autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) d’Isabelle de Charrière » à paraître in Catherine Mariette et Damien Zanone, Romancières des XVIIIe et XIXe siècles.
  • « Turgot, poéticien et théoricien de l’invention : économie du discours et discours de l’économie », à paraître dans les actes du colloque Turgot notre contemporain, éditrice Jacqueline Hecht, INED, 2007.

Notes et références

  1. Philippe Mouillon : « Ce n’est pas tant une exposition sur la précarité que sur notre précarité aux uns et aux autres. Le philosophe Yves Citton a une remarque très étrange, il dit que l’art du vingtième siècle est un art de la désécurisation esthétique, qui est apparu à un moment où l’Occident vivait dans une situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un...) de sécurité matérielle inégalée. Effectivement, beaucoup de civilisations ont refusé l’art moderne parce qu’elles vivaient dans des situations d’insécurités matérielle et sociale terrifiantes, elles n’avaient pas besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est...) de se désécuriser mentalement, au contraire, elles se raccrochaient à un discours sécuritaire. Exposure démarre par une citation, un crâne (Le crâne est une structure osseuse ou cartilagineuse de la tête, caractéristique des...), qui évoquait en art classique la fragilité (La fragilité est l'état d'une substance qui se fracture lorsqu'on lui impose des...) existentielle due à notre mortalité – le précaire commence déjà à s’ancrer dans cette angoisse qui a été déclinée tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) au long de l’histoire de l’art. L’exposition va chercher des représentations anciennes, réactive les projets dans du contemporain et essaie d’utiliser tous les outils de représentations disponibles (cinéma, photo, écriture, philosophie), mais aussi de trouver des représentations inédites. Exposure est un travail d’interrogation de l’époque et invite à en montrer les limites, montrer à quel point nous croyons comprendre le monde (Le mot monde peut désigner :) alors que nous ne disposons que d’une petite fenêtre (En architecture et construction, une fenêtre est une baie, une ouverture dans un mur ou un pan...) de représentation du réel. » (Philippe Mouillon , « L’INSTINCT PRÉCAIRE ? » Avec l’installation Exposure, le groupe Laboratoire poursuit sa démarche d’exploration de l’espace urbain, sous l’angle d’une précarité détournée de ses représentations contemporaines. Propos recueillis par François Cau, publié dans le n°675 - mis en ligne : 09/2008 en ligne). Richard Abitbol : « Alors, avec quelle prudence faudrait-il limiter les propos critiques contre l’islam ? Nulle loi ne saurait fixer cette limite. Et nous n’allons pas nous mettre à évaluer le sacrilège commis par Mozart, Voltaire ou Molière, à l’aune de ce que pourraient en juger les intégristes. On ne peut davantage limiter par décret la bêtise, l’intolérance ou l’ignorance, ni du provocateur ni de celui qui s’estime insulté, même si, comme le souligne le philosophe Yves Citton, « le but, et le bienfait principal, de la liberté de parole (La parole, c'est du langage incarné. Autrement dit c'est l'acte d'un sujet. Si le langage renvoie...) n’est pas de voir chacun s’égosiller publiquement en vociférant tout ce qui peut lui passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques...) par la tête […], mais de répandre et d’approfondir le travail de rationalisation et de sensibilisation collectives qui définit les Lumières » (L’Envers de la liberté, éd. Amsterdam) » (Richard Abitbol, « La liberté d'expression doit-elle accommoder les « mais » ? » Analyses, publié le 29 novembre 2006 Lire en ligne)
  2. Il a fait ses études à l'université de Genève (L'université de Genève (UNIGE) est l'université publique du canton de Genève en...), cf.Malaise dans la littérature : enquête sur la figure dégradée de l'écrivain dans les écrits poétiques du XVIe siècle, Genève, mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir...) de licence, Lettres Genève, 1985.
  3. Les Mardis littéraires sur France culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :)
  4. Voir l'article Éditions Amsterdam.
  5. Prix Rhône-Alpes du livre 2007
  6. Voir aussi l'art. de Cécile Nicco-Kerinvel, « Spinozisme et sciences sociales », in la revue La vie des idées publié en ligne le 28 avril 2008
  7. Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, préface de François Cusset, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, Lexique, p.  344
  8. Certains de ses articles, qui ne sont pas mentionnés dans cette page, se trouvent dans les articles cités dans Articles connexes
  9. Lire en ligne (site de la revue Féeries)
  10. La page Yves Citton, rubrique : Équipe: section Articles
  11. Livre consultable en ligne
Page générée en 0.394 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique