Porte-avions d'eau douce de l'US Navy - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.
L'USS Wolverine (IX-64)
L'USS Wolverine (IX-64)

Le terme de porte-avions d’eau douce n'est nullement usurpé. En effet, deux unités de l'US Navy ont opéré sur une étendue d’eau douce, le lac Michigan, situé au nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) des États-Unis. L’avantage pour l'armée de cette nation était de disposer de lacs suffisamment grands et situés à l’écart du théâtre des opérations du Pacifique durant la Deuxième Guerre mondiale.

Petit historique

L'appontage a toujours été la manœuvre la plus périlleuse pour les pilotes de l'aéronavale. Le retour au porte-avions, parfois par une météo très difficile, est la hantise des jeunes élèves pilotes inexpérimentés. Logiquement, le seul moyen d'apponter en toute sécurité est d’effectuer un entraînement poussé. En 1942, alors que la Deuxième Guerre mondiale fait rage (La rage est une maladie virale grave touchant les mammifères dont l'Homme. Elle est causée par un virus qui provoque une encéphalite. Zoonose assez commune,...), l'US Navy est confrontée à une pénurie de pilotes. Elle décide alors de transformer en porte-avions deux bateaux à vapeur () des Grands Lacs, permettant ainsi à ses élèves pilotes de s'entraîner au décollage (Le décollage est la phase transitoire pendant laquelle un aéronef passe de l'état statique - au sol - vers le vol.), et surtout à l'appontage, sans immobiliser un porte-avions " opérationnel " bien plus utile ailleurs. Après avoir été rachetés par la Navy, les vapeurs Seeandbee et Greater Buffalo deviennent les porte-avions d'entraînement USS Wolverine (IX-64) et USS Sable (Le sable, ou arène, est une roche sédimentaire meuble, constituée de petites particules provenant de la désagrégation d'autres roches...) (IX-81), et sont classés dans la catégorie navires auxiliaires divers (IX).

Basés à Chicago, les deux navires effectuent leurs sorties sur le lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant pour provoquer une stratification, une zonation, ou une...) Michigan, faisant d'eux les deux seuls porte-avions d’eau douce au monde ! Ces " ponts plats ", bien à l'abri du conflit, sont dépourvus de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) équipement inutile : ils ne comportent par exemple aucun armement pour la défense anti-aérienne. Les avions d'entraînement sont basés à terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des quatre...), à Glenview dans l'Illinois, et n'utilisent les navires que pour apponter et décoller, rendant également inutile un hangar (Un hangar est un bâtiment souvent réduit à une couverture et servant à abriter des véhicules, des aéronefs, à...) inférieur. Le pont (Un pont est une construction qui permet de franchir une dépression ou un obstacle (cours d'eau, voie de communication, vallée, etc.) en passant par-dessus cette séparation. Le franchissement supporte le passage d'hommes et de...) de ces porte-avions est très bas sur l'eau, ce qui leur donne une silhouette très particulière.

Grâce à ces deux porte-avions, les élèves pilotes, appelés carquals (terme formé par la contraction des mots carrier, porte-avions, et qualifications), ont à leur actif entre 360 et 450 heures (L'heure est une unité de mesure  :) de vol et de nombreux appontages avant d'arriver dans les zones de conflit. Ils sont en outre encadrés par des instructeurs très compétents, presque toujours des pilotes ayant participé à des combats en vol. En hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.), lorsque le lac est gelé, les élèves pilotes s'exerçent à bord d'un porte-avions au large de la côte Ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).).

À la fin de la guerre, qui signifie aussi la fin de leur carrière, le Sable et le Wolverine totalisent 17 820 carquals et 116 000 appontages[1].

Caractéristiques

USS Wolverine (IX-64), ex-Seeandbee

  • construit en 1913 par l'American Shipbuilding Co. à Wyandotte, Michigan ;
  • exploité par la Cleveland and Buffalo Transit Co ;
  • acquis par l’US Navy le 12 mars 1942 ;
  • mis en service après transformation le 12 août 1942 ;
  • retiré du service le 7 novembre 1945 et ferraillé en 1948 ;
  • Longueur : 152 mètres hors tout ;
  • Déplacement : 7 200 tonnes ;
  • Vitesse (On distingue :) max. : 28 nœuds.

USS Sable (IX-81), ex-Greater Buffalo

  • construit en 1924 par l'American Shipbuilding Co. à Lorain, Ohio ;
  • exploité par la Detroit (Détroit (en anglais: Detroit, API: [d??t????t]) est la principale ville de l'État du Michigan aux États-Unis, largement plus connue que sa capitale Lansing, et est le siège du comté de Wayne. Fondée en 1701 par des marchands de...) and Cleveland Navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :) Co ;
  • acquis par l’US Navy le 7 août 1942 ;
  • mis en service après transformation le 8 mai 1943 ;
  • retiré du service le 7 novembre 1945 et ferraillé en 1948 ;
  • longueur : 163 mètres hors tout ;
  • déplacement : 6 584 tonnes ;
  • vitesse max. : 28 nœuds.

Notes et références

  1. 51 000 pour le Sable et 65 000 pour le Wolverine

Bibliographie

  • Antony Preston, Histoire des porte-avions, Bison (Les bisons forment un genre de grands bovidés ruminants dont il existe deux espèces vivantes : celle d'Amérique du Nord (Bison bison) et celle d'Europe (Bison bonasus). La...) Books Ltd, Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville d'Angleterre et du Royaume-Uni. Fondée il y a plus de 2 000 ans par les Romains, la ville est aujourd'hui...) 1979 (1994), ISBN 2-87628-003-0
  • Alexandre Sheldon-Duplaix, Histoire mondiale des porte-avions. Des origines à nos jours., ETAI 2006, ISBN 2-7268-8663-9
Cet article vous a plus ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.077 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique