Sous-marin nucléaire lanceur d'engins
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Le SNLE-NG Téméraire, de la Marine Nationale
Le SNLE-NG Téméraire, de la Marine Nationale

Le SNLE (abréviation de " sous-marin nucléaire lanceur d'engins "), aussi connu comme SSBN (Ship Submersible Ballistic Nuclear) selon le code OTAN, est un sous-marin (Un sous-marin est un navire capable de se déplacer dans les trois dimensions, sous la surface de l'eau ; il se distingue ainsi des autres bateaux et navires qui se déplacent dans deux dimensions et uniquement à la surface, et des...) à propulsion (La propulsion est le principe qui permet à un corps de se mouvoir dans son espace environnant. Elle fait appel à un propulseur qui transforme en force...) nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) de très grande taille, équipé de missiles balistiques stratégiques à charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui...) nucléaire en silos verticaux et lancés en plongée. Il est également équipé en torpilles et en missiles aérodynamiques à changement de milieu, des armes anti-navires pour son auto-défense. Sa mission est la dissuasion nucléaire ; il assure, à ce titre, la garantie d'une frappe nucléaire de riposte, en raison de la difficulté de le localiser lors de ses patrouilles en plongée, grâce notamment à ses qualités de discrétion acoustique (L’acoustique est une branche de la physique dont l’objet est l’étude des sons et des ondes mécaniques. Elle fait appel aux...).

Les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent sous forme de...) qui disposent en ce début de XXIe siècle de ce type de sous-marin sont les " cinq puissances nucléaires " : la Russie, la Chine, la France, les États-Unis, et le Royaume-Uni.

À eux seuls, les Américains et les Russes possèdent plus des 4/5e de la flotte de SNLE mondiale.

Historique

L'USS George Washington (SSBN-598)
L'USS George Washington (L'USS George Washington (CVN-73) est le sixième porte-avions à propulsion nucléaire de la classe Nimitz appartenant à l'US Navy.) (SSBN-598)

Les premiers sous-marins porteur de missiles balistique (La balistique est la science qui a pour objet l'étude du mouvement des projectiles.) sont, à partir de 1955, six bateaux modifiés type projet 611 ou Classe Zoulou selon le code OTAN de la marine soviétique. Ces sous-marins à propulsion conventionnels étaient porteurs de un à deux missiles Scud.

Mais le premier véritable SNLE fut l'USS George Washington (SSBN-598) de l'United States (Le United States est un paquebot construit en 1952 ; il est le plus grand jamais construit aux États-Unis, et toujours le plus rapide à ce jour.) Navy opérationelle à partir de 1960 avec ses Polaris (Polaris peut se référer à :) UGM-27A d'une portée de 2 200 km.

A partir des années 1960, ces vecteurs virtuellement indétectables sont un des piliers de la destruction mutuelle assurée grace leur capacité de "seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une...) frappe" en cas d'attaque nucléaire de l'autre camp.

États-Unis d'Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de...)

La marine américaine possède plusieurs sous-marins de ce type. En 2006, la flottille de classe Ohio (Les sous-marins Ohio sont une classe Américaine de sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SSBM = Submarine-Launched Ballistic Missile) utilisé par l'US Navy.), actuellement la classe en service, compte 14 sous-marins. Ce sont les deuxièmes plus gros sous-marins du monde (Le mot monde peut désigner :) après les Typhoons russes.

Avec la chute du bloc soviétique et la détente qui a suivi sur le plan des armements nucléaires stratégiques, quatre sous-marins de la classe Ohio ont été convertis en sous-marins lanceurs de missiles de croisière (SSGN selon la terminologie OTAN). Les tubes de lancement contiennent chacun une dizaine de missiles Tomahawk, ce qui donne à chacun de ces sous-marins une puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) de feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) considérable contre des objectifs terrestres.

France

Le Redoutable, premier des SNLE français
Le Redoutable, premier des SNLE français
Missiles M45 et M51 dans des coques de SNLE (type Le Redoutable, à gauche) et de SNLE-NG (type Le Triomphant, au milieu)
Missiles M45 et M51 dans des coques de SNLE (type Le Redoutable, à gauche) et de SNLE-NG (type Le Triomphant, au milieu)

Quatre SNLE sont en service en 2007, un SNLE de type M4, classe Le Redoutable (Le Sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) Le Redoutable est le premier sous-marin de ce type que construisit la France, son numéro de coque est S 611.), et trois SNLE de nouvelle génération (SNLE/NG) de la classe Le Triomphant :

  • SNLE de type M4 :
    • S615 - L'Inflexible (en service depuis 1985)
  • SNLE/NG :
    • S616 - Le Triomphant (en service depuis 1997)
    • S617 - Le Téméraire (en service depuis 1999)
    • S618 - Le Vigilant (en service depuis 2004)

Le S619 - Le Terrible est en cours de construction et devrait entrer en service en 2010, pour remplacer l'Inflexible.

Le système d'arme des SNLE-NG est composé de :

  • 16 missiles M-45 avec têtes TN75 (dissuasion nucléaire). Le missile (Un missile est un projectile autopropulsé et guidé, constitué de :) M-51, d'une portée accrue, devrait succéder au missile M-45 en 2010 ;
  • 4 tubes de 533 mm pour torpilles F17mod2 et missiles Exocet SM39 (missile anti-navire).

Le SNLE est un élément important de la stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) de dissuasion nucléaire française. L'atout essentiel du SNLE réside dans sa discrétion et une certaine furtivité (La furtivité est la caractéristique d'un engin militaire conçu pour avoir une signature réduite ou banale et donc pour être moins détectable, classifiable ou identifiable.).

La base opérationnelle des SNLE français est, depuis le lancement de ce programme dans les années 1960, l’Île-Longue, une partie de la presqu'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif « insulaire » ; on dit aussi « îlien ».) de Crozon dans le Finistère.

La mission d'un SNLE français est simple : quitter son port d'attache, de la façon la plus discrète possible, puis rester indétectable tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) au long de sa mission pour pouvoir à tout moment déclencher le feu nucléaire, sur ordre du président de la République française.

La procédure de tir des missiles nucléaires est la suivante : dès réception de l'ordre présidentiel et des codes de tir, le commandant du SNLE et son second introduisent les " clés " de tir puis lancent les missiles qui partent alors sur leurs cibles (personne à bord du sous-marin ne connaît la destination des missiles, pas même le commandant). Il existe deux " clés " de tir, afin de limiter le risque humain (dépression, tendance suicidaire, folie (La folie désigne, en langage populaire, l'état d'une personne dont le discours et/ou les actions, le comportement ne semblent avoir aucun sens pour l'observateur. Elle peut être passagère ou...) passagère…).

Une mission de patrouille dure environ 10 semaines, au cours desquelles le SNLE doit rester indétectable. Les 100 à 130 hommes d'équipage vivent donc confinés dans le sous-marin, sans pouvoir donner de leurs nouvelles à leurs proches. En cas de problème de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.), un médecin-chirurgien peut les opérer à bord du SNLE. Ce médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies, pathologies, et blessures de ses patients. Son métier est intimement...) a lui-même subi une appendicectomie (ablation de l'appendice, habituellement opèrée en cas d'appendicite). En effet, dans les années 1970, une patrouille avait été interrompue pour permettre l'évacuation du médecin, victime d'une appendicite (L'appendicite est une inflammation de l’appendice iléo-cæcal. L'appendicite peut survenir à tout âge mais surtout avant 30 ans. Non...), et qui ne pouvait s'auto-opérer.

Royaume-Uni

Actuellement, la Marine royale britannique possède quatre SNLE de la classe Vanguard (Les Vanguard sont des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de nouvelle génération de la Royal Navy et unique vecteur d'armes nucléaire du Royaume-Uni depuis le retrait des bombes...) emportant au total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total des dettes". En physique le total...) dans les 200 ogives ayant succédé aux quatre bateaux de classe Resolution lancé à partir de 1966 :

  • HMS Vanguard (S28)
  • HMS Victorious (S29)
  • HMS Vigilant (S30)
  • HMS Vengeance (S31)

D'ici 2015, la Marine royale prévoit de maintenir à quatre son nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de SNLE. En 2007, le parlement britannique a décidé de lancer un programme de renouvellement de la flotte de SNLE avec mise en service de trois nouveaux submersibles pour remplacer les Vanguard à partir de 2022, le nombre d'armes nucléaires devrait étre de 160 à cette période.

Russie

La Russie possède 15 SNLE en 2006, dont 12 opérationnels contre 67 en 1984 au temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) de l'Union soviétique.

La marine russe possède actuellement trois types différents de SNLE, dont les plus gros sous-marins du monde, ceux de classe Typhoon.

  • Le sous-marin de classe Typhoon peut transporter 20 missiles SS-N-20. À l'état neuf, il était le plus silencieux des sous-marins soviétique de l'époque. Sur un total de six construits, un seul est encore en service avec seulement 10 missiles, un deuxième sert de banc d'essai à une nouvelle génération de missiles balistiques, le 3M14 SS-N-30 (3M14 Bulava) et un autre ne transportant plus de missiles sera peut-être démantelé comme les trois derniers retirés du service.
  • Classe Delta (Le sous-marin nucléaire lanceur d'engins russe de la classe Delta équipant la marine soviétique puis russe est classifié en quatre types dont l'apparence est relativement semblable mais dont l'équipement diffère. Le code OTAN les...) III : construit à 14 exemplaires à partir 1976, 6 sont en service et devraient être retirés d'ici quelques années. Il peut transporter 16 missiles SS-N-18.
  • classe Delta IV : Portant le surnom de Del'Phin (Le Dauphin, en français) à cause de sa forme, il a été conçu pour remplacer le Typhoon. La Russie en a construit 7, dont 5 sont opérationnels. Depuis 1999, ils sont en travaux de remise à niveau. Deux sont en chantier en 2006. Lorsqu'ils seront tous opérationnels, les Delta III seront retirés du service. Ils peuvent transporter 16 missile SS-N-23.

La Russie prévoit d'avoir 3 autres SNLE pour 2011 de classe Boreï, la construction de tous les bâtiments a été lancée.

République populaire de Chine

La marine de l'armée populaire de libération possède pour le moment un seul SNLE du type 092 de classe Xia, le Xia 406 Changzheng.

C'est en fait un classe Delta III russe modifié qui transporte 12 missiles nucléaire chinois CSS-N-3 d'une portée de 2 150 km et possède aussi 6 tubes lance-torpilles de 533 mm.

Les Chinois mettent au point (Graphie) un autre SNLE de conception entièrement chinoise, le type 094. Il est présentement en phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de test. Mais certains experts affirment que, pour le moment, il est trop bruyant.

La Chine souhaite en construire 4 d'ici 2015.

Page générée en 0.649 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique