Numération maya
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Cet article fait partie de la série
Systèmes de numération
Notations Notions
  • Additive
  • Hybride
  • Positionnelle
  • Base
  • Chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.)
  • Nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».)
Numérations
Additives Positionnelles
  • arabe
  • arménienne
  • ionienne
  • copte
  • cyrillique
  • égyptienne
  • éthiopienne
  • gotique
  • grecque
  • hébraïque
  • romaine
  • tchouvache
  • à bâtons
  • babylonienne
  • chinoise
  • indienne
  • japonaise
  • maya
  • moderne
  • mongole
  • thaï

La numération maya (La numération maya est une numération de position de base 20 (à une irrégularité près).) est une numération de position de base 20 (à une irrégularité près).

Les chiffres de 1 à 19 s'écrivent suivant un système additif à l'aide de traits horizontaux valant 5 et de points valant 1. Le système maya possède en outre une notation pour le zéro (Le chiffre zéro (de l’italien zero, dérivé de l’arabe sifr, d’abord transcrit zefiro en italien) est un symbole marquant une position vide dans l’écriture des nombres en...) positionnel (forme de coquillage - ou la main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce dernier par le poignet. C'est...) fermée).

Liste des chiffres

Chiffre maya Valeur
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
     
Chiffre maya Valeur
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19

Exemples

La numération maya écrit les chiffres verticalement, les unités en bas.

Pour les dates

Attention, le système maya comporte une seule irrégularité (pour les dates seulement !) : le troisième étage ne comptera pas une 400-aine mais une 360-aine (20×18). Ceci reporte l'étage suivant non pas à la 8000-aine mais à la 7200-aine (20×18×20) et le cinquième à la 144000-aine (20×18×20×20).

Valeur Chiffres mayas note
27
20+7
358
17×20+18
340
17×20+0
112211


14×8000+0x400+10×20+11

Forme du zéro cardinal maya

La forme du zéro des codex n'est pas un coquillage. Ce signe allongé représente un couteau (Un couteau est un outil tranchant comportant une lame et un manche.) (notamment un couteau de sacrifice) et dérive vraisemblablement du signe du miroir (Un miroir est un objet possédant une surface suffisamment polie pour qu'une image s'y forme par réflexion et conçu à cet effet. C'est souvent une couche métallique...) d'obsidienne poli. La forme coquillage est rare, mais attestée. Sur les monuments, le zéro cardinal n'a jamais cette forme, mais celle d'une demi-fleur à quatre pétales, ou celle d'une tête caractérisée par la main de l'accomplissement, ou encore d'une floraison (La floraison est le processus biologique de développement des fleurs. Elle est contrôlée par l'environnement (lumière, humidité, température) et les phytohormones.) de maïs (Le maïs (aussi appelé blé d’Inde au Canada) est une plante tropicale herbacée annuelle de la famille des Poacées, largement cultivée comme...) ou du miroir d'obsidienne.

Variantes graphiques

Les scribes mayas disposaient, outre du système des chiffres point/barre ci-dessus, de nombreuses formes graphiques pour représenter les vingt chiffres nécessaires à l'écriture de leurs nombres (le plus souvent des durées) ou des unités de leur système d'unités de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) (les glyphes de période: kin, uinal, tun, katun, baktun, etc.). Le plus célèbre système est certainement celui des chiffres céphalomorphes (chaque chiffre, de 0 à 19, est représenté par un glyphe ayant la forme d'une tête).

Deux zéros mayas

Les scribes mayas utilisaient une numération vigésimale (à base vingt) et ils disposèrent de deux zéros distincts, marqués par des glyphes différents. De manière générale, ils distinguaient toujours soigneusement les durées (de nature 'cardinale') et les dates (de nature 'ordinale'), par exemple dans les almanachs divinatoires, en écrivant les premières en noir et les secondes en rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.). De même, ils distinguaient soigneusement les constituants de chiffre (par exemple : deux points '..' juxtaposés horizontalement pour former le chiffre ou le nombre 2) et les constituants de nombre (c'est-à-dire les chiffres constituant un nombre en écriture positionnelle, par exemple deux points ':' juxtaposés verticalement pour former le nombre 21, soit 'une-vingtaine un').

Le premier, que l'on peut appeler zéro cardinal, est un zéro de position, comme celui de la numération décimale ou de toute autre numération de position. Par exemple : 9.9.16.0.0. (codex de Dresde p. 24) note la durée 9-baktun 9-katun 16-tun 0-uinal 0-kin, c'est-à-dire la durée de 9 x 400 tun (année de compte de 360 jours) + 9 x 20 tun + 16 tun + 0 uinal (mois de 20 jours) + 0 kin (jour).

Le second ou zéro ordinal servait à noter le premier jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport...) des 18 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de vingt jours ou de la période complémentaire de cinq jours qui constituent l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) solaire (le ha'ab de 365 jours). Par exemple, le premier de l'an était un 0 Pop.

Le zéro ordinal est attesté pour la première fois par une pendeloque de jade (Le jade est une pierre gemme très dure et tenace employée en ornementation et en joaillerie.) (connue sous le nom de plaque de Leyde), et il date du 17/09/320 (après J.-C.). Sur cette pendeloque, le même glyphe apparaît aussi dans un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de...) " littéraire " où il note le verbe désignant l'action de monter sur le trône, l'intronisation du roi dont la figure apparaît au recto de la plaque.

Le zéro cardinal apparaît pour la première fois sur les stèles 18 et 19 de Uaxactun, qui comptent trois occurrences de ce signe en position finale. On les trouve dans l'expression (redondante, puisque, dans ce double exemple, toutes les unités sont exprimées) d'une date en compte long (c'est-à-dire représentée par la durée exprimée en nombre de jours écoulés depuis l'origine de la chronologie maya, soit en 3113 avant J.-C.) : 8-baktun 16-katun 0-tun 0-uinal 0-kin. Le zéro cardinal maya est donc attesté depuis le 02/02/357.

Numération parlée (yucatèque, données de Beltran, XVIIIe siècle)

Hun. 1.
Ca. 2.
Ox. 3.
Can. 4.
Ho. 5.
Uac. 6.
Uuc. 7.
Uaxac. 8.
Bolon. 9.
Lahun. 10.
Buluc. 11.
Lahcá. 12.
Oxlahun. 13.
Canlahun. 14.
Holhun. 15.
Uaclahun. 16.
Uuclahun. 17.
Uaxaclahun. 18.
Bolonlahun. 19.
     
Hunkal. 20.
Huntukal. 21.
Catukal. 22.
Oxtukal. 23.
Cantukal. 24.
Hotukal. 25.
Uactukal. 26.
Uuctukal. 27.
Uaxactukal. 28.
Bolontukal. 29.
Lahucakal. 30.
Buluctukal. 31.
Lahcatukal. 32.
Oxlahutukal. 33.
Canlahutukal. 34.
Holhucakal. 35.
Uaclahutukal. 36.
Uuclahutukal. 37.
Uaxaclahtukal. 38.
Bolonlahutukal. 39.
     
Cakal. 40.
Huntuyoxkal. 41.
Catuyoxkal. 42.
Oxtuyoxkal. 43.
Cantuyoxkal. 44.
Hotuyoxkal. 45.
Uactuyoxkal. 46.
Uuctuyoxkal. 47.
Uaxactuyoxkal. 48.
Bolontuyoxkal. 49.
Lahuyoxkal. 50.
Buluctuyoxkal. 51.
Lahcatuyoxkal. 52.
Oxlahutuyoxkal. 53.
Canlahutuyoxkal. 54.
Holhuyoxkal. 55.
Uaclahutuyoxkal. 56.
Uuclahutuyoxkal. 57.
Uaxaclahutuyoxkal. 58.
Bolonlahtuyoxkal. 59.
     
Oxkal. 60.
Huntucankal. 61.
Catucankal. 62.
Oxtucankal. 63.
Cantucankal. 64.
Hotucankal. 65.
Uactucankal. 66.
Uuctucankal. 67.
Uaxactucankal. 68.
Bolontucankal. 69.
Lahucankal. 70.
Buluctucankal. 71.
Lahucankal. 72.
Oxlahutucankal. 73.
Canlahutucankal. 74.
Holhucankal. 75.
Uaclahutucankal. 76.
Uuclahutucankal. 77.
Uaxaclahutucankal. 78.
Bolonlahutucankal. 79.
     
Cankal. 80.
Hutuyokal. 81.
Catuyokal. 82.
Oxtuyokal. 83.
Cantuyokal. 84.
Hotuyokal. 85.
Uactuyokal. 86.
Uuctuyokal. 87.
Uaxactuyokal. 88.
Bolontuyokal. 89.
Lahutuyokal. 90.
Buluctuyokal. 91.
Lahcatuyokal. 92.
Oxlahutuyokal. 93.
Canlahutuyokal. 94.
Holhutuyokal. 95.
Uaclahutuyokal. 96.
Uuclahutuyokal. 97.
Uaxaclahutyokal. 98.
Bolonlahutuyokal. 99.
Hokal. 100.
Huntu uackal. 101.
Etc.

Début de la liste des noms de nombres yucatèque extrait de : Beltrán de Santa Rosa (Rosa peut désigner :), Arte del idioma maya reducido a succintas reglas y semilexicon yucateco.

Suggestion. Le constituant tu (tuy devant voyelle) est la contraction du locatif ti 'vers, en' et de l'indice personnel de 3ème personne u- 'son', lequel sert à dériver l'ordinal à partir du cardinal (comme notre suffixe -ième qui fait passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) de 3 à 3ème). Le locatif peut être sous-entendu, reste alors l'indice personnel (par ex. dans 50). L'amalgame entier, ti+u, peut aussi être sous-entendu. Par exemple, l'expression 35 donnée (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) par Beltran est une forme abrégée de holhu tu-ca-KAL où l'on reconnaît le numéral holhu '15' (en fait le composé intégré (5,10)), l'expression sous-entendue tu- préfixée au numéral ca '2' (soit vers le 2ème) et le classificateur mesure KAL 'vingt, vingtaine'. La forme holhucakal s'analyse en ho.lahun ti+u-ca-KAL et se traduit élément à élément : '15 vers 2ème VINGT'. Ces formes font apparaître la spécificité des numérations mayas parlées précolombiennes, à savoir que les Mayas disposaient d'une opération que nous ne connaissons pas dans notre arithmétique (L'arithmétique est une branche des mathématiques qui comprend la partie de la théorie des nombres qui utilise des méthodes de la géométrie algébrique et de la théorie...). Une opération qui donne le résultat 35 quand on la fait porter sur les arguments 15 et 40 (ca-KAL est aussi le nom de quarante). Le linguiste Claude Hagège a proposé d'appeler cette opération " opération de protraction ". André Cauty (1987) a montré que la numération parlée yucatèque est d'un type spécial que l'on peut dire le type ordinal en vision d'antériorité rétrograde ( On dit d'un objet du système solaire qu'il a un mouvement rétrograde s'il effectue une révolution autour de son corps. Le terme rétrograde est synonyme d'arriéré, dépassé, conservateur. ). En effet, si l'expression de 35 dit quelque chose comme '15 vers le 2ème VINGT' ou '15 vers 40', sa valeur numérique (Une information numérique (en anglais « digital ») est une information ayant été quantifiée et échantillonnée, par opposition à une information dite...) 35 ne peut être obtenue qu'en revenant au premier VINGT. Bien noter que dans les composés de la deuxième vingtaine (de 21 à 39), les yucatèques ne précisent généralement pas le " coefficient " du VINGT dont il est question (et qui ne peut être que le " premier ", c'est-à-dire 2) comme dans l'expression hun tu KAL de 21, mais pas dans celle de 30 ou de 35 (où c'est le relateur tu qui est sous-entendu).

Page générée en 0.694 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique