Appareil (architecture)
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Détail de la porte Saint-André de l'enceinte gallo-romaine d'Autun. La partie de gauche est en grand appareil régulier, celle du centre en petit appareil régulier. Ce parement forme coffrage pour le blocage de droite (pierres noyées dans du ciment).
Détail de la porte Saint-André de l'enceinte gallo-romaine d'Autun. La partie de gauche est en grand appareil régulier, celle du centre en petit appareil régulier. Ce parement forme coffrage pour le blocage de droite (pierres noyées dans du ciment).

En architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.), le mot appareil, ou opus en latin, désigne la forme et la disposition des pierres brutes ou taillées ass, ou des briques assemblées dans la maçonnerie (La maçonnerie est l'art de bâtir une construction par l'assemblage de matériaux élémentaires, liés de manière non réversible. C'est l'art du maçon par définition.).

On parlera :

  • d'appareil irrégulier ou d'appareil régulier.
  • d'appareil cyclopéen quand les pierres ont des dimensions telles qu'on imagine mal comment elles ont été mises en place, par exemple : Les murs de Mycènes.
  • de grand appareil, quand les pierres ont plus de 30 cm.
  • de petit appareil, quand les moellons ont une dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son...) inférieure à 20 cm.
  • d'appareil moyen, entre les deux.

Position des éléments dans l'appareillage

On considère cinq types d'élément de maçonnerie taillé ou moulé (pierres de taille, moellon, brique, etc.) en fonction de leur position dans l'appareil :

  • La panneresse : élément de maçonnerie dont la face intermédiaire entre la plus grande et la plus petite forme parement, par opposition au carreau dont la plus grande face est en parement, et à la boutisse dont la plus petite face est vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.).
  • Le carreau : élément de maçonnerie dont les dimensions de parement sont importantes par rapport aux faces de joint ou de queue (partie d'un moellon noyée dans la maçonnerie, dont la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur...) se mesure depuis le parement). Le carreau de plâtre (Le plâtre est un matériau de construction ignifuge. Il est utilisé sous forme de pâte constituée d'un mélange de poudre et d'eau, ou...) ou de béton (Le béton est un matériau de construction composite fabriqué à partir de granulats naturels (sable, gravillons) ou artificiels (granulats légers) agglomérés par un...) cellulaire est destiné à la construction des cloisons ou de doublages, ces éléments normalisés mesurent 666 x 500 mm, pour des épaisseurs de 4 à 10 cm.
  • La boutisse : élément de maçonnerie dont la plus petite face forme parement. Si elle traverse (Une traverse est un élément fondamental de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de la voie, sous les rails, pour en maintenir l'écartement et...) le mur (Un mur est une structure solide qui sépare ou délimite deux espaces.), on parle de boutisse parpaigne ou traversante ou encore traversière.
  • Le parpaing (Le parpaing (du latin perpetaneus, ininterrompu) est un élément de maçonnerie taillé (pierre de taille, moellon) ou moulé...) : élément de maçonnerie qui présente un parement sur chacune des deux faces opposées d'un mur. Le parpaing assure la fonction de chaînage (cohésion d'ensemble) de la maçonnerie, il est important d'en mettre suffisamment (pour un mur en moellon, en prévoir un par m²). Par métonymie, on appelle souvent " parpaing " les blocs de béton, qui s'appareillent effectivement en parpaing.
  • La blocaille (ou bloquaille) ou les blocaux : pierres sans forme précise de format moyen, trop petites pour être assisées en parement mais utilisées en blocage (noyées dans un bain de mortier entre deux parois appareillées).

Archéologie

  • l'appareil antique grec est constitué de pierres de taille précisément ajustée, souvent reliées entre elles par des agrafes de bronze (Le bronze est le nom générique des alliages de cuivre et d'étain. Le terme airain désigne aussi le bronze, mais est plutôt employé en poésie...) ou de plomb (Le plomb est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole Pb et de numéro atomique 82. Le mot et le symbole viennent du latin plumbum.) coulés. Les élements sont disposés en assises alternées.

En archéologie romaine, on distingue plusieurs appareils :

  • l'opus quadratum, assemblage de pierres taillées sans joints.
  • l'opus caementicium, dans lequel les parements, parties visibles du mur, servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) de coffrage à un massif (Le mot massif peut être employé comme :) de remplissage en mortier de Chaux et gravats. Selon le parement, on distingue, par ordre d'apparition chronologique :
    • l'opus incertum, il n'y a pas de régularité.
    • l'opus quasi reticulatum, les pierres sont disposées en damier diagonal irrégulier.
    • l'opus reticulatum, les pierres sont carrées et de même taille, elles constituent un damier parfait en lignes diagonales.
    • l'opus mixtum, un chaînage de briques alterne (Les organes d'une plante sont dits alternes lorsqu'ils sont insérés isolément et à des niveaux différents sur une tige ou un rameau.) avec un appareil de pierres régulier.
    • l'opus latericium, aussi appelé Opus testaceum.
    • l'opus vittatum.
    • l'opus sectile, qui se rapproche de la mosaïque.
  • l'opus spicatum (en épi), les éléments sont posés sur leur champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:), en lignes inclinées alternativement à droite et à gauche, figurant un motif en épi de blé (« Blé » est un terme générique qui désigne plusieurs céréales appartenant au genre Triticum. Ce sont des...) ou en branche de fougère ou encore en arête de poisson. C'est un appareil de brique utilisé pour les sols. On le trouve également dans les murs carolingiens.

Bibliographie

Page générée en 0.177 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique