Biophoton - Définition

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Le biophoton (du grec βιο signifiant « vie » et φωτο voulant dire « lumière ») est un photon d'origine biologique n'étant pas issu de produits d'une réaction enzymatique spécifique.

Il s'agit donc d'une chimiluminescence d'origine biologique qui se distingue de la bioluminescence par son absence de mécanisme enzymatique dédié et par une magnitude ou intensité ultra-faible (de l'anglais, ultra-weak spontaneous photon emission, ou parfois plus simplement ultra-weak photon emission). Fritz-Albert Popp, inventeur du terme, définit les biophotons par l'intensité de leur émission à la surface des tissus vivants, qui est de l'ordre de 10 à 1000 photons par centimètre carré et par seconde.

La biophotonique concerne l'étude, la recherche et l'utilisation des connaissances sur les biophotons. Les recherches portent le plus généralement sur des points fondamentaux de biophysique et des sujets qui s'y rapportent — par exemple, le métabolisme et la croissance et différenciation de la cellule, les relations entre la « luminescence retard » et le spectre des émissions lumineuses en biochimie des macromolécules de tissus vivants, etc.

La magnitude typique des biophotons dans les spectres visible et ultraviolet est au maximum de l'ordre de quelques centaines par centimètre carré de surface et par seconde, c'est-à-dire bien plus faible que celle de la bioluminescence typique, mais plus forte qu'en thermodynamique dans le cas des corps noirs. Dans un premier temps, la détection de ces photons a été rapportée par Fritz-Albert Popp grâce au développement de tubes photomultiplicateurs de sensibilité accrue et au bruit de fond amoindri. Cependant, avec cette technique seuls des échantillons biologiques de petite dimension tels que des fragments de tissus cellulaires ou des graines pouvaient être analysés. Avec le développement de capteurs CCD et de lentilles optiques de performances accrues, Masaki Kobayashi du Tohoku Institute of Technology à Sendai au Japon a réussi à photographier l'émission de biophotons macroscopiquement à la surface d'individus au repos avec des temps d'exposition de moins de 20 minutes. Ceci a permis pour la première fois de confirmer une corrélation entre activité métabolique et émission de biophotons indépendante de la température et de l'émission de rayonnements infrarouges, peut-être corrélée aussi à la présence de fluorochromess dans les tissus.

Les biophotons ont été utilisés sous le régime de Staline pour le diagnostic du cancer avec, apparemment un tel succès, qu'Alexander Gurwitsch, inventeur de la méthode, a été doté du Prix Staline, bien que la méthode n'avait pas encore été expérimentée à l'Ouest. Cependant, plus récemment il a été prétendu qu'en « récoltant l'énergie des biophotons » de supposées « cures » naturelles contre le cancer seraient possibles. Les produits commercialisés et les services basés sur ces dernières prétentions sont à l'heure actuelle à être considérés au mieux en tant que pseudo-science sans fondements.

Historique

Dans les années 1920, l'embryologiste russe Alexander Gurwitsch découvre une émission « ultra–faible » de photons ultra-violets par les tissus vivants. Il appelle cette radiation « mitogenetic rays » (rayons mitosiques) car il suppose qu'elle a un effet stimulant sur la division cellulaire. Cependant, bien que la croissance cellulaire puisse être stimulée par irradiation à des puissances supérieures, le fait que ces résultats ne soient pas reproductibles fait naître un scepticisme général sur les travaux de Gurwitsch.
Pourtant, en 1953, Irving Langmuir reprend les idées de Gurwitsch.

À la fin du XXe siècle, Anna (la fille de Gurwitsch), Colli, Quickenden et Inaba reprennent les recherches, chacun séparément, en s'appuyant sur le phénomène plus neutre de la chimiluminescence biologique faible ou de la bioluminescence ultra–faible. L'hypothèse de base qu'ils ont tous adoptée est que le phénomène est produit par des processus d'oxydation rares et des réactions sur des radicaux.

Page générée en 0.042 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise