Centrale nucléaire du Blayais

Centrale nucléaire du Blayais - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Centrale nucléaire du Blayais
Administration
Pays France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Commune Braud-et-Saint-Louis
Coordonnées 45° 15′ 22″ Nord
       0° 41′ 27″ Ouest
/ 45.25611, -0.69083
  
Opérateur (Le mot opérateur est employé dans les domaines :) Électricité de France (Électricité de France (EDF) est une entreprise publique créée le 8 avril 1946 à la suite de la...)
Année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...) de construction 1976
Date de mise en service 21 juin 1981
Réacteurs
Fournisseurs Areva NP (Areva NP, précédemment Framatome ANP [1] (Advanced Nuclear Power, jusqu'au 1er mars 2006), est...), Alstom
Type REP
Réacteurs actifs 4 x 900 MW
Production d'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la...)
Puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) nominale 3 600 MW
Électricité générée annuelle 26,569 TWh (année 2006)
Production totale 500 TWh
Divers
Source froide Estuaire (L'estuaire est la portion de l'embouchure d'un fleuve où l'effet de la mer ou de l'océan dans...) de la Gironde
Site internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services...) EDF : le Blayais
 
France location map-Regions and departements.svg
Centrale nucléaire du Blayais

La centrale nucléaire du Blayais est localisée non loin de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour...) de Blaye, au cœur du marais (En géographie, un marais est un type de formation paysagère, au relief peu...) du Blayais, dans la commune de Braud-et-Saint-Louis (Gironde), en bord de Gironde entre Bordeaux (60 km en amont) et Royan (80 km en aval). Elle est refroidie par l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les...) de l'estuaire de la Gironde qui est pompée via des canalisations sous-marines.

Présentation

Elle dispose de 4 réacteurs nucléaires de technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) REP - Réacteurs à eau sous pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée...) - de 900 MW chacun, mis en service de 1981 à 1983.

1 200 salariés EDF et 350 prestataires permanents travaillent dans la centrale nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) du Blayais.

Ses 4 réacteurs produisent environ 27 TWh par an et répondent à 1,5 fois les besoins en électricité de la région Aquitaine. Depuis sa mise en service, la centrale nucléaire du Blayais a produit 500 milliards de kilowatts-heure, soit l'équivalent de la production d'électricité française en 1 année.

Sûreté nucléaire

Dans son rapport annuel 2007, l'Autorité de sûreté nucléaire (L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), est une autorité administrative...) (ASN) considère globalement satisfaisante la sûreté nucléaire de la centrale du Blayais. L'ASN constate particulièrement que l'organisation (Une organisation est) mise en place pour la gestion des situations d'urgence apparaît robuste mais que le site doit faire preuve de plus de rigueur dans la préparation des interventions.

Risque sismique

En 2002 et 2003, EDF a déclaré deux incidents génériques de niveau 1 sur l'échelle INES, relatifs à la tenue au séisme de composants de certains REP 900 MWe français, dont la centrale du Blayais.

L'incident déclaré le 14 octobre 2002 concerne la tenue au séisme de réservoirs d'eau permettant d'assurer le refroidissement du cœur en cas d'accident. Les travaux nécessaires à la remise en conformité de la centrale se sont terminés en décembre 2005.

L'incident déclaré le 28 octobre 2003 concerne la tenue au séisme de tuyauteries connectées à l'un des réservoirs d'eau concerné par l'incident du 14 octobre 2002.

Risque d'inondation (Le terme inondation fait traditionnellement référence au débordement d'un cours d'eau qui...)

Dès 1998, le bilan annuel de la sûreté de la centrale du Blayais notifiait la nécessité d'une surélévation de 50 cm des digues, mais EDF différa ce rehaussement de sa digue de protection. Le 19 novembre 1999, EDF est sommée de produire un planning des travaux de sécurité par une lettre la rappelant à l'ordre.

Un mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...) plus tard, le 27 décembre 1999, les vents violents produits par la tempête Martin (Martin est le nom donné par l'institut de météorologie allemand à la seconde...) provoquèrent une brusque montée des eaux de l'estuaire et l'inondation d'une partie de la centrale. Pour des raisons de sécurité, il fut alors décidé la mise hors service volontaire des trois réacteurs alors en puissance (le quatrième réacteur (Un réacteur peut désigner :) était arrêté dans le cadre d'opérations de maintenance normales). L'incident a été classé au niveau 2 (« incident ») sur l'échelle INES.

Le 5 janvier, le quotidien régional (Un quotidien régional est un journal dont la parution est quotidienne et la diffusion moins...) Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) Ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se...) titra sans être démenti : « Très près de l'accident majeur », en expliquant que l'on avait évité de justesse un scénario catastrophe (Une catastrophe est un événement brutal, d'origine naturelle ou humaine, ayant généralement la...).

L'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) de protection et de sûreté nucléaire (IPSN) – aujourd'hui Institut de radioprotection (La radioprotection désigne l'ensemble des mesures prises pour assurer la protection de l'homme...) et de sûreté nucléaire (IRSN) – a publié le 17 janvier 2000 un rapport qui montre que la plate-forme de l'îlot nucléaire est calée au-dessous de la cote majorée de sécurité (CMS) pour la centrale du Blayais, mais aussi pour les sites de Belleville, Chinon, Dampierre, Gravelines, et Saint-Laurent. Puisque les plates-formes sur lesquelles ont été remblayées ces centrales n’ont pas été érigées suffisamment haut, des mesures ont été annoncées par un rapport parlementaire pour améliorer les protections interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la...) et externe des centrales.

Centrale nucléaire du Blayais
Page générée en 0.122 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique