Toxine
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Les toxines chez les végétaux

Les végétaux toxiques produisent des toxines via les métabolites secondaires, ce sont des molécules qui, à l'inverse des primaires (protéines, lipides, glucides, acides aminés...) sont produites en dehors des voie métaboliques nécessaire à assurer la survie (donc des primaires). Ces molécules sont très développées chez les végétaux, on les classe en trois groupes :

  • Les Phénols : Tanins, Lignine, Mélanine et Flavonoïdes
  • Les Azotés : Alcaloïdes, Bétalaïne, Hétérosides cyanogènes et glusinolates.
  • Les Terpènes : Ce sont des composants majeurs de la résine des conifère. Hémiterpènes(C5), Monoterpènes(C10), Sésquiterpènes(C15), Diterpènes(C20), Triterpènes(C30), Tétraterpènes(C40) et Polyterpènes(+ de C40).

Ils sont formés à partir d'un acide (Un acide est un composé chimique généralement défini par ses réactions avec un autre type de composé chimique complémentaire, les bases.) aminé tel que l'Ornithine, Lysine, Phénylalanine, Tyrosine, Tryptophane, Histidine... Ensuite une série de réaction les transformes en toxines comme les alcaloïdes.

Les végétaux produisent toutes sortes de toxines.

Les métabolites secondaires possèderaient à priori un rôle dans la défense du végétal (Les classifications scientifiques classiques regroupent sous le terme végétal ([veʒetal]/[veʒeto]) plusieurs lignées d'organismes vivants qui, selon l'origine étymologique du...).Cette production de toxine (Une toxine est une substance toxique pour un ou plusieurs organismes vivants. Le Petit Larousse de 2009, toutefois, définit la toxine comme une « substance toxique élaborée par un organisme vivant...) serait pour la défense de la plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des subdivisions (ou règne) des Eucaryotes. Elles sont,...) ainsi que pour la concurrence entre eux. Certains végétaux sont toxiques seulement pour certaines plantes.

Historique

En 1877, Pasteur veut tester l'hypothèse selon laquelle le bacille du charbon ne causerait l'état morbide que de façon indirecte, en produisant un « ferment diastasique soluble » qui serait l'agent pathogène (Le terme pathogène (du grec παθογ?νεια ! « naissance de la douleur ») signifie : qui entraîne une...) immédiat. Il prélève le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des...) d'un animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se...) qui vient de mourir du charbon, le filtre (Un filtre est un système servant à séparer des éléments dans un flux.) de façon à en ôter les bacilles et inocule le filtrat à un animal sain. L'animal récepteur ne développe pas la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) et Pasteur estime que cette expérience « écarte complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de limiter...) l'hypothèse du ferment soluble ». Dans une publication ultérieure, toujours en 1877, Pasteur note toutefois que le sang filtré, s'il ne cause pas la maladie, rend les globules agglutinatifs, autant et même plus que dans la maladie, et envisage que ce soit l'effet d'une « diastase » formée par les bacilles.

Après ce demi-échec de Pasteur, Loeffler, en 1884, constate que, chez les animaux morts à la suite d'une inoculation du bacille de la diphtérie (La diphtérie est une maladie infectieuse contagieuse décrite en 1826 par Pierre Bretonneau. Elle est due à Corynebacterium diphtheriae ou bacille de Löffler-Klebs, découvert par...), les microbes restent proches du point (Graphie) d'inoculation et en conclut que le bacille « doit sécréter un poison (Les poisons sont, en biologie, des substances qui provoquent des blessures, des maladies ou la mort d'organismes par une réaction chimique, à l'échelle moléculaire. Cette...), une toxine, qui, elle, ne reste pas in loco, mais envahit tous les organes vitaux du corps ». Cette toxine pressentie par Loeffler fut isolée en 1888 par les pasteuriens Roux et Yersin, qui démontrèrent son caractère pathogène. C'était l'entrée officielle de la notion de toxine dans la microbiologie (La microbiologie est la science qui étudie les micro-organismes (ou microorganismes).).

Page générée en 0.097 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique