Vorbis - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Vorbis
Extension .ogg .oga
Type MIME audio/ogg
Développé par Xiph.org
Type de format Format audio
Contenu par Ogg, Matroska, WebM (WebM est un format multimédia ouvert principalement destiné à un usage sur le Web.)
Standard(s) (en)Spécification
Spécification Format ouvert

Vorbis est un algorithme de compression et de décompression (codec) audio numérique (Une information numérique (en anglais « digital ») est une information...), sans brevet, ouvert et libre, plus performant en termes de qualité et taux de compression (Le taux de compression est une mesure de la performance d'un algorithme de compression de données...) que le format MP3, mais moins populaire que ce dernier.

Promu par la fondation Xiph.org, c'est un des composants de leur projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) Ogg, qui a pour but de créer un ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) de formats et codecs multimédia (Le mot multimédia est apparu vers la fin des années 1980, lorsque les CD-ROM se sont...) ouverts (son, vidéo) libre de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) brevet.

Le format sonore Vorbis doit obligatoirement être encapsulé. Il l’est dans la majorité des cas par le format Ogg, d’où l'appellation de Ogg Vorbis. Néanmoins, Vorbis et Ogg sont différents (l'un étant le contenu et l'autre le contenant, Matroska pouvant servir de contenant alternatif). Ogg Vorbis est donc le format audio Vorbis encapsulé dans le contenant Ogg.

Principe de fonctionnement

Comme le MP3, Vorbis est un format de compression audio destructeur (En programmation orientée objet, le destructeur d'une classe est une méthode lancée...) ou avec pertes, c'est-à-dire que le fichier ( Un fichier est un endroit où sont rangées des fiches. Cela peut-être un meuble, une pièce,...) compressé puis décompressé ne sera pas identique bit pour bit avec l'original. On peut le comparer au format JPEG (La norme JPEG est une norme qui définit le format d'enregistrement et l'algorithme de...) pour les images, d'autant qu'il utilise des techniques similaires. Comme tous les formats de compression fondés sur ce principe, il est conçu pour que l'auditeur ne fasse pas la différence à l'écoute (Sur un voilier, une écoute est un cordage servant à régler l'angle de la voile par rapport à...) avec l'original, en exploitant les caractéristiques de la perception acoustique (L’acoustique est une branche de la physique dont l’objet est l’étude des...) humaine, plus particulièrement en supprimant les fréquences présentes les moins audibles par rapport aux autres.

Les outils de codage (De façon générale un codage permet de passer d'une représentation des...) exploités par le format sont plus avancés que ceux qu'exploite le MP3, qui paie ici son ancienneté. Cela explique les performances supérieures du format, notamment pour les bas débits (inférieurs à 100 kbit/s). Toutefois, ces algorithmes plus performants induisent une complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par...) de traitement plus importante et donc un temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) de compression généralement supérieur à un même fichier qu'on compresserait en MP3 sur une machine de même puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :).

À partir d'une source stéréophonique échantillonnée à 44,1 kHz en 16 bits (échantillonnage standard d'un CD audio), le codeur Vorbis produit des fichiers dont le débit (Un débit permet de mesurer le flux d'une quantité relative à une unité de temps au travers...) de sortie varie entre 30 et 500 kbit/s, en fonction de la qualité de codage choisie et du type de musique. Vorbis utilise par défaut la compression VBR (Variable Bitrate, ou débit variable). Cela lui permet d'allouer plus d'informations pour compresser des passages difficiles (généralement, mais pas toujours, les passages difficiles à coder sont les passages très polyphoniques contenant beaucoup de fréquences aiguës, mais cela dépend aussi beaucoup du genre musical) et d'épargner de la place sur des passages moins exigeants (par exemple une entame de morceau où le batteur donne le tempo ou idéalement un silence numérique). Ainsi, c'est la qualité sonore qui est constante (en théorie) et non pas le débit de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...), ce qui semble souhaitable dans tous les cas, sauf dans certains cas de streaming sur internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services...) qui peut avoir des exigences de régularité du débit (CBR : Constant Bitrate, ou débit constant), exigences que Vorbis peut également respecter, à l'instar de la compression CBR par défaut de beaucoup d'encodeurs MP3.

Copyrights et brevets

Comme tout le reste du projet Ogg, Vorbis est annoncé comme étant totalement exempt des problèmes de brevets ou de licences propriétaires. En effet, toute publication d'un procédé non breveté au préalable équivaut légalement à une mise dans le domaine public (car on ne peut breveter qu'un procédé n'ayant jamais été publié auparavant).

Les spécifications du projet sont placées dans le domaine public ; les bibliothèques sont diffusées sous une licence de type BSD et les utilitaires (qui comprennent, entre autres, le convertisseur oggenc et le lecteur en ligne de commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un...) ogg123) sont diffusés sous licence GNU (GNU est un projet de système d'exploitation composé exclusivement de logiciels libres.) GPL.

Cependant, cet état de fait n'a pas encore été prouvé, de par la complexité et/ou les coûts qu'impliquerait une recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) exhaustive de brevets, antérieurs au format et auxquels couvriraient les algorithmes utilisés. Des suspicions planeraient sur la prétendue liberté du format, notamment depuis que la possible utilisation de techniques brevetées a été mise en avant. Cette controverse reste néanmoins sans objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans...) pour une utilisation de ce format dans les parties du monde (Le mot monde peut désigner :) (par exemple l'Union Européenne) qui ne reconnaissent pas les brevets sur les œuvres dites « de l'esprit ».

Page générée en 0.114 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique