Circuit de Spa-Francorchamps
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
   
Spa-Francorchamps
Lieu Spa (Belgique)
Événements majeurs F1, GP2, F3, DTM, 1 000 km, 24h de Spa
Longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en...) 6,976 km
Virages 21
Meilleur tour en course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) 1'45.108 (Kimi Räikkönen, McLaren, 2004)

Le Circuit de Spa-Francorchamps (Le Circuit de Spa-Francorchamps accueille le Grand Prix de Belgique de formule 1 et la course d'endurance des 24 heures de Spa, ainsi que beaucoup d'autres courses nationales et internationales. Il est situé en...) accueille le Grand Prix de Belgique de formule 1 (La Formule 1 est une discipline de sport automobile qui se dispute sur des circuits fermés à bord de monoplaces. Depuis début 2006, les spécifications sont :...) et la course d'endurance (L'endurance est la capacité de maintenir dans le temps un certain niveau d'intensité exigée.) des 24 heures (L'heure est une unité de mesure  :) de Spa, ainsi que beaucoup d'autres courses nationales et internationales. Il est situé en province de Liège, dans les Ardennes.

C'est l'un des circuits préférés des pilotes en raison de la diversité de son tracé, qui met en avant les qualités de pilotage. On le surnomme parfois le " toboggan des Ardennes ".

Le tracé historique

Conçu par Jules de Their et Henri Langlois Van Ophem, le tracé original de 15 km avait en gros la forme d’un triangle (En géométrie euclidienne, un triangle est une figure plane, formée par trois points et par les trois segments qui les relient. La dénomination de...) reliant Francorchamps, Malmedy et Stavelot. Le Grand Prix de Belgique y fut tenu pour la première fois en 1924.

A l’époque, les concepteurs avaient voulu créer un circuit très rapide et les aménagements qu’ils y apportèrent au fil du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) reflètent cet état d’esprit. Ainsi, le virage dit "de l’ancienne douane", un virage en "U" qui existe toujours fut abandonné pour un virage plus court et plus rapide, à savoir le raidillon qui est encore toujours le virage le plus célèbre du circuit.

Par ailleurs, le tracé ancien quittait le tracé actuel aux combes où la piste continuait tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) droit pendant quelques centaines de mètres avant le virage des combes (un gauche) qui ouvrait la longue descente de Burnenville. Celle-ci se terminait par un long virage à droite extrêmement rapide qui lui-même donnait sur le virage de Malmedy (où dans les années 70, on installa une chicane pour ralentir un peu les voitures). Après Malmedy, les bolides devaient négocier la ligne droite de Masta avant d’aborder, à la vitesse (On distingue :) maximale un virage en "S" (le S de Masta) très rapide et très dangereux en raison du fait que des maisons bordaient la piste de très près à cet endroit.

Après le S de Masta, les pilotes devaient encore négocier une autre ligne droite (parfois appelée Holowell par les anglophones (du nom d’un pilote qui y trouva la mort)) avant d’aborder le virage de Stavelot. Au départ, ce dernier était un virage assez serré quasiment aux portes de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m...) de Stavelot, mais par la suite, on créa une nouvelle portion de piste plus courte comprenant un virage moins serré et légèrement relevé permettant une vitesse de passage nettement plus élevée. Cette modification fixera la longueur du tracé à son chiffre (Un chiffre est un symbole utilisé pour représenter les nombres.) définitif de 14,120 km. Après Stavelot, la piste se dirigeait vers Blanchimont et la partie actuelle du circuit par une série de virages rapides bordés d’un côté de talus et de l’autre de ravines.

Au fil du temps, les vitesses atteintes par les voitures (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est équipée en conséquence. C'est un des moyens de...) rendirent le circuit de plus en plus dangereux pour la sécurité des concurrents. Ainsi, Jackie Stewart était-il devenu un adversaire acharné du circuit depuis l’accident qu’il avait encouru à Burnenville en 1966.

En raison des problèmes de sécurité, le Grand Prix de Belgique ne fut pas disputé en 1969. Les F1 revinrent une dernière fois sur l’ancien Francorchamps en 1970 lorsque le Grand Prix de Belgique fut remporté par Pedro Rodriguez sur une BRM P153.

Durant les années qui suivirent, le circuit fut encore le théâtre de courses de Sport-Prototypes (Le Sport-Prototypes est une catégorie d'automobiles conçues spécialement pour les épreuves de compétition automobile d' Endurance type 24 heures du Mans, 1 000 km, 6...), les Mille kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide...) de Spa-Francorchamps. Au cours de l’édition de 1973, le Français Henri Pescarolo, sur une Matra 670B, allait établir ce qui reste encore le record de vitesse absolu sur le circuit dans sa configuration ancienne, à savoir un tour à la vitesse moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans changer la...) de 262,461 km/h.

Le circuit actuel

Le circuit fut modifié à diverses reprises et est dorénavant limité à 6 976 m "de bonheur". En effet, il s'agit toujours d'un circuit très rapide et vallonné qui présente toutes les caractéristiques appréciées par les plus grands pilotes mondiaux des différentes catégories et où les bolides peuvent toujours dépasser les 300 km/h. Les vainqueurs à Spa sont reconnus comme des pilotes talentueux au "gros cœur" tant il est remarquable d'y réaliser une pôle position ou d'y franchir la ligne d'arrivée en premier.

Spa-Francorchamps est également célèbre pour ses caprices météorologiques. Régulièrement, le circuit se trouve différemment exposé selon les secteurs, par endroits sec et stable tandis que d'autres parties sont humides et glissantes.

Nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de conducteurs et de supporters apprécient le circuit. Les courses y sont rarement ennuyeuses et beaucoup disent qu'il est le circuit le plus spectaculaire de chaque catégorie.

Le
Le "raidillon", au franchissement de la vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme allongée et façonnée dans le relief par un cours d'eau (vallée...) de l'Eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) Rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.)

Eau Rouge

La partie la plus célèbre du circuit est le Raidillon de l'Eau Rouge. Le défi de tout pilote a toujours été de négocier cet enchaînement à fond. Cependant, certains disent que la chose est désormais facilitée suite aux modifications récemment effectuées sur le circuit et grâce au développement des F1 en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La matière...) d'aérodynamisme (L'aérodynamique est une branche de la dynamique des fluides qui porte sur la compréhension et l'analyse des écoulements d'air, ainsi qu'éventuellement...) (appuis).

Bibliographie

  • Le circuit de Spa-Francorchamps, Histoire d'un circuit de 1896 à nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les...) ", édité par La Renaissance du Livre dans sa collection " Les beaux livres du patrimoine " (Belgique, 2005)
Page générée en 0.097 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique