AIX - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

AIX est le système d'exploitation de type UNIX d'IBM. AIX est l'acronyme de Advanced Interactive eXecutive, mais seul l'acronyme est utilisé.

AIX a été conçu pour IBM par INTERACTIVE Systems à partir de IN/ix basé sur Unix System V (UNIX System V, ou System V (soit « système cinq », 5 étant écrit en chiffre romain)...) Release 2. La première version fut lancée en janvier 1986 avec l'ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant...) IBM (International Business Machines Corporation (IBM) est une société multinationale américaine...) RT-PC. Le système fut porté sur les ordinateurs IBM PS/2 et IBM System/370. En 1990, AIX (AIX est le système d'exploitation de type UNIX d'IBM. AIX est l'acronyme de Advanced...) version 3 sortit avec les IBM RS/6000. Suite à une alliance avec IBM, Bull (Bull est une société française spécialisée dans l'informatique...) a un contrat OEM avec IBM pour vendre les serveurs PowerPC (Le PowerPC est une architecture de microprocesseurs développée conjointement par Apple, IBM et...) et POWER utilisant AIX, ce qui en fait le premier client (Le mot client a plusieurs acceptations :) IBM de par le monde (Le mot monde peut désigner :). Bull participe au développement d'AIX, ainsi que des serveurs le supportant (pSeries). Motorola (www.motorola.com/fr), Harris, General Automation ( L'automation consiste à utiliser les services d'un logiciel dans une application informatique....) et Apple (Apple, Inc. (Apple Computer, Inc. jusqu'en janvier 2007 ; apple signifie « pomme »...) ont également supporté AIX. À long terme, il n'est pas improbable qu'il soit remplacé par GNU/Linux, désormais supporté par IBM.

Versions

  • AIX 6.1, novembre 2007
    • Partitionnement par charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement...) de travail WPAR (en)
    • Live Partition Mobility, disponible sur POWER6 (aussi en AIX 5L 5.3)
    • Kernel Storage Keys
    • Intégration en standard de Nmon (en)
  • AIX 5L 5.3, août 2004
    • Niveau minimum requis pour POWER6
    • NFS Version 4 support
    • Advanced Accounting
    • Virtual SCSI
    • Virtual Ethernet (Ethernet est un protocole de réseau local à commutation de paquets. Bien qu'il...)
    • Simultaneous Multi Threading (SMT) support
    • Micro-Partitionnement support
    • JFS2 quota support
    • JFS2 filesystem shrink support
  • AIX 5L 5.2, octobre 2002
    • Niveau minimum requis pour POWER5
    • Support pour disques MPIO (en) Fibre Channel (Fibre Channel est un protocole défini par la norme ANSI X3T11 permettant une connexion haut débit...)
    • iSCSI Initiator software
    • Partitionnement logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος),...) dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il...) DLPAR (en)
  • AIX 5L 5.1, mai 2001
    • Niveau minimum requis pour POWER4
    • Introduction du noyau 64-bit
    • JFS2
    • Partitionnement logique statique (Le mot statique peut désigner ou qualifier ce qui est relatif à l'absence de mouvement. Il peut...)
    • L vaut pour la possibilité Linux (Au sens strict, Linux est le nom du noyau de système d'exploitation libre, multitâche,...)
    • Trusted Computing Base (TCB)
  • AIX 4.3.3, septembre 1999
    • Added online backup (Le terme Backup ou Back-up, originaire de l'anglais, est utilisé dans plusieurs domaines :) function
    • Workload Management (WLM)
  • AIX 4.3.2, octobre 1998
  • AIX 4.3.1, avril 1998
  • AIX 4.3, octobre 1997
    • Support pour 64-bit
    • Support pour IPv6 (IPv6 (Internet Protocol version 6) est un protocole réseau sans connexion de la couche 3 du...)
  • AIX 4.2.1, April 1997
    • NFS Version 3 support
  • AIX 4.2, mai 1996
  • AIX 4.1.5, août 1996
  • AIX 4.1.4, octobre 1995
  • AIX 4.1.3, juillet 1995
  • AIX 4.1.1, octobre 1994
  • AIX 4.1, août 1994
  • AIX v4, 1994
  • AIX v3.2 1992
  • AIX v3.1
    • Introduction du Journaled File System (JFS)
  • AIX v3, février 1990
    • SMIT fut introduit.
  • AIX v2.0
    • dernière version : 2.2.1.
  • AIX v1, 1986
    • dernière version : 1.3.

Positionnement par rapport aux autres *IX

  • AIX avait la réputation parmi ses utilisateurs d'être incohérent avec les autres systèmes *IX. Une plaisanterie habituelle était que son acronyme signifiait « Ain't unIX » (ce n'est pas Unix). Dans la pratique, UNIX avait déjà tellement de variantes panachées de BSD et de System V que peu de personnes savaient vraiment où était le standard, ni même seulement si quiconque en avait défini un. Le problème se retrouve dans une moindre mesure entre des distributions différentes de Linux (outils d'administration et d'installation haut niveau différent).
  • Quelques idées intéressantes d'AIX incluent des commandes telles chuser, mkuser, rmuser et autres choses similaires, permettant d'administrer les comptes de la même façon que des fichiers.

Différenciation

Pour offrir un côté un peu attractif, AIX version 3 avait aussi en 1990 quelques atouts :

  • Gestion des volumes logiques (espaces disque (Le mot disque est employé, aussi bien en géométrie que dans la vie courante, pour désigner une...) non contigus, donc extensibles à la demande, et vus comme consécutifs) en standard.
  • Aide interactive en hypertexte (Un système hypertexte est un système contenant des documents liés entre eux par des hyperliens...) (toute la documentation) en standard
  • Assistance interactive en mode plein écran (Un moniteur est un périphérique de sortie usuel d'un ordinateur. C'est l'écran où s'affichent...) à la gestion du système (avec possibilité de génération de scripts) en standard.
  • Mais le plus grand différenciateur d'AIX par rapport à un autre Unix est véritablement l'utilitaire (Le mot utilitaire peut désigner :) "SMIT" qui permet de gérer le système depuis la reconnaissance des périphériques jusqu'à la gestion des licences et la gestion de clusters (et d'indiquer sur demande le détail des commandes correspondantes).

L'atout involontaire

Pourtant, une des raisons du succès d'AIX 3.0 était au départ méconnue d'IBM, et les clients la lui cachèrent le plus longtemps possible : IBM n'avait pas au départ pensé à facturer sa maintenance logicielle comme les autres fournisseurs, et avait gardé la politique de gratuité anciennement propre à ses grands systèmes. Les termes des contrats ne permettaient pas de revenir sur ce cadeau involontaire, mais la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un...) fut corrigée à cet égard dès la version suivante d'AIX.

Page générée en 0.057 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique