Chronologie du mouvement étudiant français - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Voir aussi Mouvements étudiants en France.

Moyen Âge

Les mouvements étudiants sont aussi vieux que l'université. On peut en retrouver la trace dès le XIIIe siècle (voir en:University of Paris strike of 1229). Ainsi, par exemple, la Sorbonne (La Sorbonne est un complexe monumental du Quartier latin de Paris. Elle tire son nom du théologien du XIIIe siècle Robert de Sorbon, le fondateur du collège de Sorbonne, collège...) connaît neuf mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) de grèves entre 1443 et 1445, pour la défense de ses exemptions fiscales. De septembre 1444 à mars 1445, l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où les...) est en grève pendant six mois consécutifs. Des émeutes éclatent en 1446 contre la suppression de l'autonomie judicaire et la soumission de l'université à l'autorité du Parlement de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la...). La Sorbonne se met aussi régulièrement en grève lorsqu’un étudiant est arrêté par la police. En 1453, l'université se met en grève suite à la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les organismes...) de Raymond de Mauregart, un étudiant tué par les sergents du Châtelet (On appelait châtelets, au Moyen Âge, de petits châteaux établis à la tête d'un pont, au passage d'un gué, à cheval sur une route en dehors d'une ville ou à l'entrée...).

1900-1930

En 1907, les associations se rassemblent pour la plupart au sein de l'Union nationale des associations générales d'étudiants de France (UNAGEF).

L'UNEF (Union nationale des étudiants de France) est constituée le 4 mai 1907 lors d'un rassemblement des AGE (associations générales étudiantes) à Lille, afin de constituer une structure nationale qui prend le nom d'Union nationale des associations générales étudiantes de France (UNAGEF) . Les premières associations locales recensées sont Lille (1878), Paris (1884) et Montpellier (1889). Sont présentes en 1907 les AGE de Lille, Dijon, Lyon et Bordeaux. Paris rejoindra l'UNEF en 1909. La structure est associative (loi de 1901), car les étudiants ne peuvent juridiquement utiliser le droit syndical (loi de 1884), réservé aux professions. Cette structuration nationale découle d'une volonté des étudiants d'être représentés dans les organes de décision locaux et nationaux.

Dès ses débuts, elle veut exprimer la voix des étudiants, sans la médiation (Depuis l'essor de la médiation dans les années 1980, il existe plusieurs conceptions et applications de cette pratique dont l'objet est la résolution des différends en dehors des rapports de force. Il existe plusieurs courants d'influence...) des recteurs, doyens et directeurs d'école. Mais il faut attendre le lendemain de la Première Guerre mondiale, et le retour sur les bancs de l'Université des anciens combattants pour qu'elle se lance dans la mise en place d'actions concrètes de solidarité. Elle défend les intérêts des étudiants, et incite la création des structures de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie),...) préventive au sein des universités, ou encore des restaurants universitaires (RU). Son dynamisme lui vaut la reconnaissance de la part du président Gaston Doumergue, qui la déclare d'utilité publique par décret du 16 mai 1929.

XIXe siècle

En décembre 1883, la loi autorise les associations d'étudiants. La première AGE (Association générale des étudiants) est celle de Nancy (1877).

Années 40

À partir d'août 1940, l'UNEF est dirigée par François Lescure, également dirigeant clandestin de l'Union des étudiants communistes (UEC). Il s'entoure alors d'étudiants d'opinions diverses mais opposés à l'occupant. Après l'arrestation de Paul Langevin le 30 octobre 1940, l'UNEF tire des tracts demandant sa libération immédiate. Elle organise une manifestation le 8 novembre 1940 puis participe à la manifestation du 11 novembre 1940 pourtant interdite par l'occupant. Le 10 décembre 1940, François de Lescure, accusé d'être un dirigeant des étudiants communistes, est arrêté puis relâché.

  • 1945 : décret de René Capitant instaurant la participation des étudiants élus aux conseils d’Université (4 % des élus).

Au lendemain de la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure...) Guerre mondiale, l'UNEF est affaiblie par la création de nouveaux groupes d'étudiants. Le congrès de Grenoble donne lieu a une réflexion sur l'avenir de la structure, et il en ressort la rédaction d'une charte - appelée charte de Grenoble - signée le 24 avril 1946. Elle se base sur le contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots...) mondial de l'époque pour y faire figurer ses idées. La clé de voûte (Une voûte (ou voute) est un élément architectural de couvrement intérieur d'un édifice présentant un intrados. La voûte travaille comme un arc et son équilibre...) de la charte tient dans l'article 1 : L'étudiant est un jeune travailleur intellectuel. Cela lui apporte un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de droits, mais aussi de devoirs : le droit au travail, le devoir de s'intégrer à la société, celui d'acquérir les connaissances requises pour son avenir professionnel, la défense de la liberté, etc.

  • 1947 : projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande diversité de contribution, et...) d’augmentation des droits d’inscription et de réduction des bourses. Grève nationale pour les bourses et contre les droits d’inscription. En juin 1947, l'UNEF se fait entendre dans la rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les différents quartiers, s'inscrivant de ce...) suite à l'annonce par le gouvernement de la baisse des bourses et de la hausse des droits universitaires.
  • 1948 : sécurité sociale étudiante. Création de la Mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF), organisme est géré par les étudiants, et notamment l'UNEF. Cette période d'après-guerre est celle de la reconnaissance pour l'UNEF : hébergée dans les locaux du Comité parisien des œuvres, elle entretient de bonnes relations avec les dirigeants de l'État et des universités.
Page générée en 0.094 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique