Donjon Lacataye - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Donjon Lacataye
Donjon Lacataye

Période ou style Architecture militaire au Moyen Âge
Type Maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille,...) forte
Début construction XVe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire initial Vicomtes de Marsan
Destination initiale Poste d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) et tour de défense
Propriétaire actuel Commune de Mont-de-Marsan
Destination actuelle Musée Despiau-Wlérick
Protection Logo monument inscrit.svg Inscrit MH

Latitude (La latitude est une valeur angulaire, expression du positionnement nord-sud d'un point sur Terre...)
Longitude (La longitude est une valeur angulaire, expression du positionnement est-ouest d'un point sur Terre...)
43° 53′ 32″ Nord
       0° 29′ 56″ Ouest
/ 43.892222, -0.498889
  
Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) France France
Région historique Gascogne
Région Aquitaine
Département Landes
Commune française Mont-de-Marsan
 
France location map-Regions and departements.svg
Donjon Lacataye

Le donjon Lacataye se situe à Mont-de-Marsan, dans le département français des Landes. Il ne s'agit pas d'un « donjon » à proprement parler, mais de deux maisons fortes romanes jumelées datant du XVe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui...) et dotées de créneaux sur leur partie supérieure au XVIe siècle. Il est inscrit aux Monuments historiques par arrêté du 22 juillet 1942 et héberge le musée Despiau-Wlérick depuis 1968.

Étymologie

La Cataye viendrait du verbe espagnol castar : surveiller. Il est tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) à fait possible que ces maisons aient remplacé une éminence précédente de type motte avec tour, car l'emplacement s'appelle aussi : « pujorin », c'est-à-dire « pouy jorin » (pouy : hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) et jorin, déformation de lorenh : vers l'est).

Galerie

Information icon.svg

Présentation

Historique

La Cataye est constitué de deux maisons romanes accolées, ce que l'on voit parfaitement en entrant dans l'actuel musée, dont le mur (Un mur est une structure solide qui sépare ou délimite deux espaces.) central comporte des fenêtres romanes, signe que l'une des deux maisons a été élevée avant la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...). Les maisons, prises dans le mur d'enceinte, contribuaient à la protection de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour...) côté Midou, là où s'installèrent les nouveaux quartiers au XIIIe siècle. Il semblerait que cet ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection...) fortifié en pierre coquillère servait de poste d'observation et de tour de défense. Les maisons appartenaient aux vicomtes de Marsan, qui ont fini par les délaisser quand ils se sont éloignés de leur ville d'origine. Au XVIe siècle, on modifie leur partie supérieure et on les dote de créneaux, perdurant leur vocation militaire.

Marguerite de Navarre trouve à l'abri des murailles de Mont-de-Marsan, son « ermitage », un lieu de retraite et de recueillement. Elle réside soit à Lacataye, soit au Château (Un château est à l'origine une construction médiévale destinée à...) Vieux. Elle apprécie particulièrement ces lieux pour leur proximité avec le couvent (Un couvent est un établissement religieux, généralement chrétien, où des...) des Clarisse, où elle trouve calme et sérénité. En 1546, elle rédige L'Heptaméron. Le 14 février 1548, jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) de mardi gras, elle fait représenter dans une salle de Lacataye La comédie de Montemarsan, œuvre précieuse et mystique : quatre femmes ont pour nom la Ravie de l'amour de Dieu, la Mondaine, la Superstitieuse et la Sage. La Mondaine et la Superstitieuse se disputent au sujet de leurs mérites ; la Sage intervient pour clarifier le débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance,...). Mais une bergère vient affirmer que son Ami vaut mieux que richesse, science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire...) et sagesse.

Et ta lumière
Qui en moi sera toute entière
Comme toi me fera légère
Tu l'as fait et je t'en mercie
Voilà l'état de la bergère
Qui suivant d'amour la bannière
D'autre chose ne se soucie

En, 1860, Antoine Lacaze, maire (Le maire représente l'autorité municipale. Dans de nombreux cas, il est le détenteur du pouvoir...) et propriétaire du donjon, en fait don à la ville pour y loger les troupes. Le donjon Lacataye devient alors caserne départementale jusqu’en 1875, date à laquelle les militaires déménagent à la caserne Bosquet. Il n’en conservera pas moins pendant près d’un siècle le nom de Caserne Lacaze, malgré les affectations civiles qui s’y succédèrent : pensionnat (Un pensionnat est un établissement particulier d'enseignement où l'on prend en pension...) de jeunes filles, centre de gymnastique, atelier municipal. Le 11 février 1925, c'est en ces lieux que se tient la première émission de TSF de la ville.

De nos jours

En 1968, le maire Charles Lamarque-Cando y installe le musée Despiau-Wlérick consacré à la sculpture (La sculpture existe depuis le paléolithique(il y a 25000 ans à peu près) et la petite figurine...) figurative de la première moitié du XXe siècle et dédié aux deux artistes montois Charles Despiau et Robert Wlérick. Une autre maison romane, jadis enserrée dans le rempart (Un rempart est un élément de fortification entourant un bourg, une ville ou une...), se situe à côté du donjon. Ses murs, garnis de corbeaux, devait soutenir des galeries utilisables pour sa défense. Elle abrite aujourd'hui le musée Dubalen. Mont-de-Marsan compte deux autres maisons romanes fortifiées, souvenir de son système défensif mis en place peu après sa fondation.

Page générée en 0.083 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique