Palais de l'Élysée - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Palais de l'Élysée
{{{légende}}}
Présentation
Période ou style classique
Type Hôtel particulier (Un hôtel particulier est un type de logement que l'on trouve en France, consistant en une maison luxueuse et vaste bâtie au sein d'une ville, en principe sur plusieurs étages,...)
Architecte (L'architecte est le professionnel du bâtiment dont la fonction est de concevoir et de diriger la réalisation d'une œuvre d'architecture pour le compte d'un propriétaire qui peut être un...) Armand-Claude Mollet (En anatomie humaine, le mollet désigne la partie charnue et musclée située entre le jarret (ou creux poplité) et le tendon d'Achille, qui donne son relief à la face postérieure de la jambe.)
Date de construction 1718-1722
Destination actuelle Présidence de la République française
Protection monument historique (Différents pays ont choisi de classer leurs monuments historiques selon différentes appellations.)
Géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η γη" (hê gê) la Terre et...)
Latitude (La latitude est une valeur angulaire, expression du positionnement nord-sud d'un point sur Terre (ou sur une autre planète), au nord ou au sud de...)
Longitude (La longitude est une valeur angulaire, expression du positionnement est-ouest d'un point sur Terre (ou sur une autre planète).)
48° 52′ 12.52″ Nord
       02° 18′ 59.35″ Est
/ 48.8701444, 2.3164861
 
Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la...) France France
Localité (Une localité est une agglomération habitée de taille indéterminée, en général peu importante, qui peut éventuellement être le chef-lieu d'une circonscription administrative.) Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin...)

 

(Voir situation sur carte : Paris)
Palais de l'Élysée

 

(Voir situation sur carte : France)
Palais de l'Élysée

Le palais de l’Élysée est le siège de la présidence de la République française et la résidence (Le nom de résidence est donné à un ensemble de voies souvent qui forment une boucle ayant la particularité de desservir des mêmes logements appelées également résidence. Ce...) officielle du président de la République depuis la IIe République (1848 à 1851). Il est situé 55 rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les différents quartiers, s'inscrivant de ce fait...) du Faubourg-Saint-Honoré à Paris, dans le 8e arrondissement.

(M) Ce site est desservi par les stations de métro Concorde et Champs-Élysées - Clemenceau. et situé à proximité de la gare des Invalides (26 septembre 1979 ( C)) sur le (RER)(C).

Histoire

L'hôtel (Un hôtel est un établissement offrant un service d’hébergement payant, généralement pour de courtes périodes. Dans sa définition de...) du comte d'Évreux

En 1715, Louis Henri de La Tour d'Auvergne, comte d'Évreux, sollicite du régent Philippe d'Orléans la capitainerie des chasses de Monceaux. Ce dernier aimant (Un aimant est un objet fabriqué dans un matériau magnétique dur, c’est-à-dire dont le champ rémanent et l'excitation coercitive sont grands (voir ci-dessous). Cela lui donne des propriétés particulières...) se moquer des courtisans désargentés lui rétorque : « Je vous l'accorderai lorsque je pourrai vous en porter moi-même le brevet dans un hôtel à vous ». La moquerie affecte directement le comte qui n'a pas de demeure digne de ce nom ; Saint-Simon disait d'ailleurs de lui : « Tout ce qu'il avait en lui était tourné à l'ambition ». Il vend alors au célèbre banquier John Law son comté de Tancarville, en Normandie pour 732 000 livres (alors qu'il l'avait acheté dix ans auparavant à la duchesse de Nemours pour juste 350 000 livres) et rachète deux terrains d'une dizaine d'hectares pour 77 000 livres, situé entre l'actuelle rue du Faubourg-Saint-Honoré, alors simple chaussée menant au village (Un village est, à la campagne ou à la montagne, un ensemble d'habitations, de bâtiments à usages divers, de fermes... de proportion modérée (quelque dizaines de...) du Roule, et le Grand Cours (Champs-Élysées). Il n'y alors encore aucun hôtel particulier, mais des jardins maraîchers, mais le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) de construction de la future avenue (Une avenue est une grande voie urbaine. Elle est en principe plantée d'arbres, et conduit à un monument.) des Champs Élysées va rapidement y amener architectes et aristocrates. L'ancien propriétaire du terrain, l'architecte et contrôleur des bâtiments du Roi Armand-Claude Mollet (futur architecte de Louis XV), est alors aussi chargé par le contrat de vente d'y construire un hôtel destiné à la résidence du comte d'Évreux.

Mais pour payer la construction et s'assurer un train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons (pour...) de vie (La vie est le nom donné :) en accord avec son rang ( Mathématiques En algèbre linéaire, le rang d'une famille de vecteurs est la dimension du sous-espace vectoriel engendré par cette famille. Le théorème du rang lie le rang et la...), le comte d'Évreux épouse la fille de l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...) d'affaires Antoine Crozat, ce qui lui apporte une dot de 2 000 000 livres. Elle a alors douze ans et lui trente-deux. Le souci des nobles de la fin du règne de Louis XIV est alors de trouver de l'argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du latin Argentum — et de numéro atomique 47.), dépensé dans les fastes de la Cour et les guerres ; le souci des bourgeois, de s'élever socialement : cette union est un exemple de ce qui avait beaucoup cours en ces temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Mais le comte, désirant rester célibataire et fortuné, congédie sa jeune épouse en 1720, le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à...) du bal de l'inauguration de l'hôtel. Le comte, ayant spéculé sur le système de Law (notamment sur la Compagnie des Indes), retire assez d'argent pour rembourser, à son beau-père, la dot de son épouse. Celle-ci meurt à l'âge de vingt-neuf ans et son père n'aura alors de cesse que de vouloir plus d'argent du comte, arguant du fait que la banqueroute de Law a bouleversé la valeur de la monnaie (Le Théâtre de la Monnaie (De Munt en néerlandais) est la salle d'opéra de Bruxelles situé sur la place de la Monnaie.).

Un somptueux édifice

Édifié entre 1718 et 1720 et décoré entre 1720 et 1722, l'hôtel d'Évreux est aménagé selon les principes d'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) en vogue à l'époque. Il y a un corps de bâtiments de deux étages, élevé sur un vaste sous-sol. Il reste l'un des meilleurs exemples du modèle classique : il commence par un vestibule dans l'axe d'une cour d'honneur, d'un appartement de parade avec un grand salon en son milieu ouvert sur le jardin, un corps central à trois degrés et deux ailes de part et d'autre en simple rez-de-chaussée (qui servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) de petits appartements au compte). La vaste cour d'honneur est bordée de deux murs à arcades et s'ouvre sur un portail monumental à quatre colonnes ioniques. L'ordonnancement des lieux permet alors toutes les adaptations souhaitées par les propriétaires successifs. Il n'y a pourtant pas encore d'escalier (L’escalier est une construction architecturale constituée d'une suite régulière de marches, les degrés, permettant d'accéder à un étage, de passer d'un niveau à un autre en montant et...) d'honneur, mais que des coursives et le premier étage n'est ni meublé ni décoré, le compte considérant que les travaux lui ayant assez coûtés et qu'il vivait au rez-de-chaussée, pensait que de toute manière, le Régent ne voudrait pas visiter l'étage, mais se contenterait des salons d'apparat.

Les décors intérieurs sont de style Régence. Il est à noter le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) important de boiseries. Le décor des salons de réception, bien que modifié au cours des siècles, conserve l'essentiel de son aspect d'origine. L'abbé Antonini, en visite, déjà frappé par un « tableau mouvant » (ce qui est alors très moderne) déclare en outre être étonné par « les lustres qui étaient du dernier beau ».

Comme il l'avait promis, le Régent vient en personne apporter le brevet au comte, rajoutant en plus 140 toises (530 mètres carrés) de terrains pour le féliciter d'avoir relevé le défi, ce qui permet de fermer le récent jardin à la française. À sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des...) en 1753, le comte d'Évreux laisse un hôtel admiré de tous ses contemporains. Il démissionne pourtant de ses charges et vit reclu dans son hôtel, avec sa gouvernante, Mlle de La Haye, son officier d'ordonnance,Fline, et des laquais (Au sens originel du terme, un laquais est un valet portant livrée, éventuellement aux armes de son maître.), piqueurs et cochers.

La résidence de Madame de Pompadour

En 1753, le roi Louis XV achète alors l'hôtel pour en faire la résidence parisienne de la marquise de Pompadour, une de ses favorites. La vente a lieu le 24 décembre de la même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.), au Châtelet (On appelait châtelets, au Moyen Âge, de petits châteaux établis à la tête d'un pont, au passage d'un gué, à cheval sur une route en dehors...) de Paris. M. Lenote est curateur, Me Melin, notaire ; une estimation est faite par l'architecte Desmaisons. Il en coûte 730 000 livres.

Elle y fait de nombreuses transformations. Celle qui possède depuis quelques années le marquisat de Pompadour suit sa devise « Mon plaisir n'est pas de contempler l'or de mes coffres, mais de le répandre ». Mais les travaux sont en réalité à la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à...) du royaume de France. La marquise presse Lassurance, son architecte favori, de réaménager la chambre des Parades et le premier étage, alors que le jardin se voit garni de portiques et de charmilles et même de cascades, d'un labyrinthe et d'une grotte dorée. Aimant jouer les bergères, comme le veut la mode du « retour à la nature », elle y fait aussi paître un troupeau (En zoologie et en élevage, un troupeau est un grand groupe d'animaux vivant ensemble. Le terme s'emploie habituellement à propos des mammifères, et en particulier des ongulés.) de moutons aux cornes dorées et au cou (Le cou est la région du corps qui est située entre la tête et le reste du corps (torse ou tronc).) enrubanné : un jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le...) où Madame de Pompadour décide de les laisser entrer dans son boudoir, effrayés, ils saccagent la pièce.

La propriété de Bathilde d'Orléans

Neuf ans après le décès de la marquise, en 1773, l'hôtel devient la propriété du banquier Nicolas Beaujon : il agrandit le domaine et remanie la décoration des intérieurs. Il conserve la propriété jusqu'en août 1786, date à laquelle il le vend en viager au roi Louis XVI. Ce dernier fait transformer l'hôtel par l'architecte Étienne-Louis Boullée : il fait notamment prolonger l'aile des Petits Appartements vers les Champs-Élysées et aménager une galerie pour exposer sa collection de tableaux, parmi lesquels La Bohémienne de Frans Hals et Les Ambassadeurs de Hans Holbein le Jeune ; il fait également réaménager le parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été tracées des allées et chemins destinés à la chasse, à la promenade ou...) à l'anglaise. La dernière occupante de l'hôtel est Louise-Marie-Bathilde d'Orléans, duchesse de Bourbon, qui s'y installe en 1787.

Fille du duc d'Orléans, sœur de Philippe Égalité, tante de Louis-Philippe Ier, mère du duc d'Enghien, belle-fille du prince de Condé, qui occupe précédemment les lieux, elle achète à Louis XVI, son cousin, l'hôtel d'Évreux. Son mari, le duc de Bourbon, l'abandonne assez rapidement après leur mariage : leur séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé dans...) est officielle en 1781, ce qui la conduit à ne plus être la bienvenue à la Cour.

L'hôtel d'Évreux est rebaptisé « palais de l'Élysée », en raison de l'avenue toute proche des Champs-Élysées. La duchesse s'y installe avec une fille adultérine, née d'une aventure avec un officier de la marine. Très fantasque, passionnée de chiromancie, d'astrologie (L‘astrologie est l'ensemble des systèmes de croyances organisés en vue d'obtenir des renseignements sur les phénomènes terrestres à partir de l'observation des phénomènes célestes. Particulièrement...) et de sciences occultes, elle s'y adonne dans les salons du palais en compagnie de personnalités comme le magnétiseur Mesmer, l'oracle Catherine Théot ou encore Suzette Labrousse.

Citoyenne Vérité

Pendant la Révolution française, Bathilde d'Orléans est surnommée « citoyenne Vérité », en raison de son nouvel esprit républicain. Elle offre au gouvernement son palais de l'Élysée. Elle subit néanmoins les représailles de la fuite en Autriche de son neveu Louis-Philippe d'Orléans, en avril 1793 : tous les membres de la famille des Bourbons sont emprisonnés par la Convention. La duchesse est emprisonnée à la prison du fort Saint-Jean, à Marseille un an et demi et ne réchappe que miraculeusement à la Terreur : elle est en outre libérée en 1795 et retrouve son palais parisien.

Le palais de l'Élysée a néanmoins beaucoup souffert pendant ces troubles années. Le domaine a successivement accueilli l'Imprimerie nationale, la commission de l'envoi des Lois puis le dépôt national de meubles provenant des saisies d'émigrés ou de condamnés. Elle ne peut plus entretenir cette grande demeure et est obligée de louer le rez-de-chaussée à Hovyn, un négociant flamand qui y organise des bals populaires.

Le café-concert

Sous le Directoire, les Parisiens cherchent l'amusement, le souvenir de la Terreur étant encore palpable. Le rez-de-chaussée du palais de l'Élysée devient alors, sous l'égide du négociant flamand Hovyn, un café-concert. Y ont aussi lieu des expositions, des concerts, des salons de lecture ou des bals ; mais les « chambres privées » constituent l'endroit le plus significatif de cette période, où se rencontrent les amants d'une nuit.

L'inauguration est fastueuse : un ballon posé dans les jardins emmène un mouton (Le mouton (Ovis aries) est un mammifère domestique herbivore de la famille des bovidés, de la sous-famille des Caprinés et du genre Ovis. L'homme...) dans les airs et le lâche avec un parachute (Le parachute est un dispositif destiné à freiner le mouvement, principalement vertical d'un objet ou d'une personne.). Le succès est là, les créoles Fortunée Hamelin et Joséphine de Beauharnais étant des habitués, à l'instar des Incroyables et des Merveilleuses.

Les travaux de Joachim Murat

Le Consulat, en 1799, met fin à ces années de folie : le beau-frère du Premier consul Napoléon Bonaparte, le maréchal de France Joachim Murat achète la propriété à la fille ruinée de Hovyn et y entreprend d'énormes travaux. Il s'y installe avec son épouse Caroline Bonaparte et en fait une de ses nombreuses et luxueuses demeures.

La restauration est confiée aux architectes Barthélémy Vignon et Jean-Thomas Thibault. Sont construits le vestibule d'honneur garni de portes vitrées, une grande salle de bal (actuel salon Murat, lieu du Conseil des ministres) et surtout le grand escalier, la rampe étant constituée de palmes d'or. Le rez-de-chaussée sert à de grandes réceptions, le premier étage au maréchal, le deuxième aux enfants et l'aile est à Caroline Bonaparte. Cette dernière crée notamment le « salon d'argent », une pièce somptueuse aux murs tendus d'argent et aux magnifiques boiseries.

Le palais de l'Élysée sous le Premier Empire

C'est sous le règne de Napoléon Ier que l'histoire du palais se lie à l'histoire de France. Murat parti pour Naples, l'empereur occupe l'hôtel particulier jusqu'à la campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain. La campagne est...) de France, après une courte occupation par Joséphine de Beauharnais.

En 1814, après la défaite, le tsar Alexandre Ier de Russie, grand adversaire de l'Empereur, prend possession du bâtiment. Néanmoins il ne désire pas rentrer comme un conquérant dans la capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs, ou une ville ayant une prééminence dans un domaine social, culturel, économique ou sportif,...), car il admirait son rival et méprisait les Bourbons : il ne porte donc pas son uniforme de cérémonie et rend visite à Joséphine de Beauharnais au château (Un château est à l'origine une construction médiévale destinée à protéger le seigneur et à symboliser son autorité au sein du fief. Les premiers châteaux étaient construits en bois...) de Malmaison. Au palais, il reçoit Chateaubriand, qui lui fait part de sa haine pour Napoléon Ier et organise des dîners pour arriver à faire s'entendre noblesse d'Empire et noblesse de robe. La duchesse Bathilde d'Orléans profite des turbulences de ces années pour aller demander au tsar le palais de l'Élysée ; il refuse, mais lui offre l'hôtel Matignon.

La période des Cent-Jours permet à l'Empereur d'habiter, quelque temps, l'hôtel. Il dicte à son frère sa reddition dans le salon d'argent « Je m'offre en sacrifice à la haine des ennemis de la France. Ma vie politique est terminée et je proclame mon fils, sous le nom de Napoléon II, Empereur des Français ».

Le drame du duc de Berry

Portrait du duc de Berry.

Le nouveau régime, la Restauration, amène Louis XVIII sur le trône de France : récupérant au passage les biens spoliés par les différents régimes, le nouveau roi fait don du palais de l'Élysée à son héritier le duc de Berry qui y emménage avec son épouse Marie-Caroline en 1815. Loin de la Cour, aux Tuileries (Les Tuileries étaient naguère un quartier de Paris, situé entre le palais du Louvre, la rue de Rivoli, la place de la Concorde et la Seine. Il doit son nom au...), ils profitent d'une vie insouciante en allant par exemple écouter de la musique sur les Champs-Élysées, mais se faisant souvent chasser sous les injures, car n'ayant pas d'argent sur eux et n'étant pas connus du public.

Mais leur principale préoccupation est de donner un héritier. Après deux enfants mort-nés, le médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies,...) accoucheur est accusé d'incompétence, le duc de Berry pensant toutefois à quelque chose « qui n'était pas de saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau Solstice et Équinoxe ci-dessous), la saison joue un rôle...), sur un canapé, en habit de cour, en revenant d'une réception ». Les doutes sont dissipés quand naît une fille, mais la primauté mâle sur la couronne de France les oblige à attendre un garçon. En 1820, Marie-Caroline est enceinte : elle se soumet alors à un régime draconien qui lui interdit toute sortie ou réception. Mais le 13 février, contournant la règle, ils sortent à l'Opéra, où comble de malchance, le duc de Berry est assassiné. Son épouse rentre au palais dans une robe tachée de sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est...) et après quelque jours de dépression, déménage aux Tuileries où elle accouche du futur comte de Chambord.

Le palais de l'Élysée sous la IIe République et le Second Empire

La IIe République

Le parc du palais sous la IIe République.

Pendant le gouvernement provisoire de la IIe République, le palais prend le nom d'« Élysée national ». S'y retrouve la commission des secours où siège le célèbre et très populaire chansonnier Béranger qui y reçoit un jour l'hommage de 800 chanteurs, musiciens et mendiants des rues.

Par décret l'Assemblée nationale assigne le palais comme résidence du président de la République. Louis-Napoléon Bonaparte, premier président de la République élu au suffrage universel en 1848, s'installe en effet au palais et non pas aux Tuileries, souvenir de l'Empire et de la royauté.

L'hôtel est certes délabré, mais le président en profite pour l'aménager dans un style londonien qu'il a pu étudier durant ses années d'exil. Des réceptions sont organisées où défilent Victor Hugo, Lamartine, Eugène Delacroix ou encore Alfred de Musset.

Mais ne pouvant se représenter, le président tente un coup d'État à la troisième année de ses quatre de mandat : il devient empereur sous le nom de Napoléon III. La décision est prise lors d'une réunion secrète, le 1er décembre 1852, à laquelle il convie dans le salon d'argent son demi-frère, le duc de Morny, et d'autres conjurés, après une réception en l'honneur du préfet Georges Eugène Haussmann.

Le Second Empire

Célibataire, Napoléon III remarque que les cours d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent eurasiatique, voire comme...) ne se pressent pas pour proposer une promise au neveu de l'ennemi d'hier. C'est finalement un mariage d'amour qui a lieu avec Eugénie de Montijo, laquelle passe au palais de l'Élysée sa dernière nuit de jeune fille.

En 1853, Napoléon III décida de la rénovation complète du palais par un nouvel architecte, Joseph-Eugène Lacroix. Les structures actuelles du palais proviennent pour l'essentiel de cette époque, et l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble),...) de ces travaux, qui s'achevèrent en 1867, constituent les derniers grands aménagements : les ailes latérales, une nouvelle salle à manger dans le prolongement du salon Murat sont construites ainsi que la grande entrée (aujourd'hui toujours utilisée). L'aménagement le plus étrange est certainement le souterrain secret reliant l'hôtel numéro 18 de la rue à la sacristie (La sacristie est l'annexe d'une église où le prêtre se prépare pour célébrer la messe; on y conserve les ornements d'église (linges, aube...) et les vases sacrés (calice...)....) de la chapelle (Une chapelle est un lieu de culte chrétien qui peut, selon le cas, constituer un édifice distinct ou être intégré dans un autre...) du palais : cet hôtel loge alors Louise de Mercy-Argenteau, maîtresse de Napoléon III. Des tableaux des souverains européens sont accrochés aux murs du salon de l'Est (la reine Victoria ou le pape Pie X).

Le palais de l'Élysée sous les IIIe, IVe et Ve Républiques

Réception dans les jardins du palais, par le couple présidentiel Thiers.

La chute de Napoléon III en 1871, met fin à l'époque monarchique du palais. En 1873, le nouveau président Patrice de Mac Mahon y reçoit le shah de Perse Nasseredin Shah et s'installe définitivement dans le palais à partir de septembre 1874. Mais ce n'est que par la loi du 22 janvier 1879 que l'Élysée devient officiellement la résidence des présidents de la République française.

Mac Mahon fait agrandir l'ancienne salle de bal de Napoléon III (actuel salon Napoléon III) pour en faire une salle à manger d'honneur. Elle est doublée par son successeur, Jules Grévy, d'une serre (Une serre est une structure généralement close destinée à la production agricole. Elle vise à soustraire aux...), l'actuel « jardin d'hiver ». C'est ce dernier également qui fait installer les premières lignes téléphoniques, reliant les postes de garde du palais aux casernes voisines. Sadi Carnot, voulant donner de la majesté à la fonction présidentielle, fait réaliser l'actuelle salle des fêtes, inaugurée en 1889, donnant son aspect définitif extérieur à l'édifice. De plus, il équipe le bâtiment central d'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de la...). Les modifications ultérieures toucheront essentiellement le décor intérieur et la modernisation des installations (le premier ascenseur (Un ascenseur est un dispositif mobile assurant le déplacement des personnes (et des objets) en hauteur sur des niveaux définis d'une construction.) est mis en place sous Armand Fallières, quand Raymond Poincaré complète l'électrification de l'Élysée, installe les premières salles de bains et le premier calorifère, Albert Lebrun instaure le chauffage (Le chauffage est l'action de transmettre de l'énergie thermique à un objet, un matériau.) central).

L'entrée du palais de l'Élysée, en 1900.

Abandonné entre 1942 et 1946 (l'amiral Darlan l'a occupé quelques temps), il est entièrement rénové et transformé par Vincent Auriol en 1947 : l'horloge du fronton, les fenêtres adventices du corps central et la verrière servant de vestiaire installée par Sadi Carnot le long de la façade nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) du bâtiment central (donnant sur la cour d'honneur) sont supprimées, ce qui permet de rétablir les sculptures primitives, de reconstituer les fenêtres du rez-de-chaussée (dont certaines avaient été transformées en porte) avec leurs balcons de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau...) forgé et de relever le niveau de la cour d'honneur. Les réverbères en fonte de Napoléon III sont quant à eux remplacés par des lanternes en fer forgé appliquées sur les parois. Les cuisines et les vestiaires sont installés en sous-sol.

Charles de Gaulle, à partir de 1958, définira l'organisation (Une organisation est) générale de l'intérieur du palais qui perdure jusqu'à aujourd'hui : au bâtiment central et l'aile ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).) les fonctions officielles (le rez-de-chaussée et l'aile servant aux réceptions et réunions officielles d'apparat, l'étage étant réaménagé pour accueillir les bureaux du président et de ses principaux collaborateurs), à l'aile est les appartements privés (irrégulièrement occupés par les présidents qui s'attacheront pourtant tous à en changer la décoration) et aux communs entourant la cour d'honneur les bureaux de ses conseillers techniques, chargés de mission et de certains services techniques.

Le palais est ouvert une première fois au public le 14 juillet 1977 par Valéry Giscard d'Estaing, mais l'expérience ne put être renouvelée en raison de la forte affluence de visiteurs, ingérable pour les services de sécurité (en trois heures (L'heure est une unité de mesure  :), près de 10 000 visiteurs ont défilé en file continue dans les salons du rez-de-chaussée). Chaque année depuis 1990, lors des journées du patrimoine, le palais de l'Élysée est ouvert au public, certaines salles des appartements de l'aile Est ayant notamment été rajoutées à la visite à partir de 2007.

L'entrée du palais de l'Élysée, en 2009.

Vers un changement de résidence du président de la République ?

Au début de sa présidence, Charles de Gaulle trouve le palais peu adapté à la fonction. Le transfert de la présidence vers un autre lieu est étudié, plus particulièrement vers les Invalides ou le château de Vincennes pour disposer de plus de place, assurer une meilleure sécurité et pouvoir y accéder par hélicoptère (Un hélicoptère est un aéronef à voilure tournante dont le ou les rotors procurent à eux seuls la propulsion et la sustentation pendant toutes les phases du vol.). Ce projet n'a pas de suite, pas plus que celui de Valéry Giscard d'Estaing qui dit avoir songé à l'École militaire en 1978 et celui de François Mitterrand qui, dès son investiture le 21 mai 1981, envisage pareil transfert aux Invalides. La question est de nouveau à l'étude début 2008, mais la crise économique de 2008-2009 rendrait peu compréhensible ce changement nécessairement coûteux.

Page générée en 0.014 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique