Trou noir - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

En astrophysique, un trou noir est un objet massif dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper (à l'exception notable de la radiation de Hawking, cf. plus bas). De tels objets n’émettent donc pas de lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) et sont alors perçus noir. Les trous noirs sont décrits par la théorie de la relativité (Cet article traite de la théorie de la relativité à travers les âges. En physique, la notion de...) générale. Ils ne sont pas directement observables, mais plusieurs techniques d’observation indirecte dans différentes longueurs d’ondes ont été mises au point (Graphie) et permettent d’étudier les phénomènes qu’ils induisent sur leur environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...). En particulier, la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...) qui est happée par un trou noir (En astrophysique, un trou noir est un objet massif dont le champ gravitationnel est si intense...) est chauffée à des températures considérables avant d'être engloutie et émet de ce fait une quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire,...) importante de rayons X. Ainsi, même si un trou noir n'émet pas lui-même de rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de...), il peut néanmoins être détectable par son action sur son environnement. L'existence des trous noirs est une certitude pour la quasi-totalité de la communauté scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...) concernée (astrophysiciens et physiciens théoriciens).

Image simulée d’un trou noir stellaire (Un trou noir stellaire résulte de l'effondrement d'une étoile massive sur elle même. Cet...) situé à quelques dizaines de kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système...) d’un observateur (à 9 fois le rayon du trou noir) et dont l’image se dessine sur la voûte (Une voûte (ou voute) est un élément architectural de couvrement intérieur d'un...) céleste dans la direction du Grand Nuage (Un nuage est une grande quantité de gouttelettes d’eau (ou de cristaux de glace) en...) de Magellan. L’image de celui-ci apparaît dédoublée sous la forme de deux arcs de cercle (Un cercle est une courbe plane fermée constituée des points situés à égale...), en raison de l’effet de lentille gravitationnelle (Les lentilles gravitationnelles déforment l'image que l'on reçoit d'un objet astronomique comme...) fort. La Voie lactée (La Voie lactée (appelée aussi « notre galaxie », ou parfois...) qui apparaît en haut de l’image est également fortement distordue, au point que certaines constellations sont difficiles à reconnaître, comme la Croix du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) (au niveau de l’étoile orange lumineuse, Gacrux, en haut à gauche de l’image) dont la forme de croix caractéristique est méconnaissable. Une étoile (Une étoile est un objet céleste émettant de la lumière de façon autonome, semblable à une...) relativement peu lumineuse (HD 49359, magnitude apparente (En astronomie, la magnitude apparente mesure la luminosité — depuis la Terre — d'une...) 7,5) est située presque exactement derrière le trou noir (Le Trou noir (The Black Hole) est un film de science-fiction réalisé par Gary Nelson,...). Elle apparaît ainsi sous la forme d’une image double, dont la luminosité (La luminosité désigne la caractéristique de ce qui émet ou réfléchit...) apparente est extraordinairement amplifiée, d’un facteur d’environ 4 500, pour atteindre une magnitude apparente de -1,7. Les deux images de cette étoile, ainsi que les deux images du Grand Nuage sont situées sur une zone circulaire entourant le trou noir, appelée anneau d’Einstein.

Présentation et terminologie

Un trou noir possède une masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un...) donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire,...), concentrée en un point appelé singularité (D'une manière générale, le mot singularité décrit le caractère singulier de quelque chose ou...) gravitationnelle. Cette masse permet de définir une sphère (En mathématiques, et plus précisément en géométrie euclidienne, une...) appelée horizon (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre...) du trou noir, centrée sur la singularité et dont le rayon est une limite maximale en deçà de laquelle le trou noir empêche tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) rayonnement de s’échapper. Cette sphère représente en quelque sorte l’extension spatiale du trou noir. C'est ainsi que le terme « trou » est inapproprié, on devrait plutôt parler de « bulle noire » pour conceptualiser concrètement sa forme physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...) réelle tridimensionnelle dans l'espace. Pour un trou noir de masse égale à la masse du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile...), son rayon vaut environ 3 kilomètres. À une distance interstellaire (en millions de kilomètres), un trou noir n’exerce pas plus d’attraction que n’importe quel autre corps de même masse ; il ne s’agit donc pas d’un « aspirateur » irrésistible. Par exemple, si le Soleil se trouvait remplacé par un trou noir de même masse, les orbites de ses planètes resteraient inchangées.

Il existe plusieurs sortes de trous noirs. Lorsqu’ils se forment à la suite de l’effondrement gravitationnel d’une étoile, on parle de trou noir stellaire. Quand on les trouve au centre des galaxies (Galaxies est une revue française trimestrielle consacrée à la science-fiction. Avec...), ils ont une masse pouvant aller jusqu’à plusieurs milliards de masses solaires et on parle alors de trou noir supermassif (ou trou noir galactique). Entre ces deux échelles de masse, on pense qu’il existe des trous noirs intermédiaires avec une masse de quelques milliers de masses solaires. Des trous noirs de masse bien plus faible, qui auraient été formés au début de l’histoire de l’univers, au Big Bang (Le Big Bang est l’époque dense et chaude qu’a connu l’univers il y a...), sont aussi envisagés, et sont appelés trous noirs primordiaux. Leur existence n’est, à l’heure actuelle, pas confirmée.

Il est impossible d’observer directement un trou noir. Il est cependant possible de déduire sa présence par son action gravitationnelle sur son environnement, soit par les effets sur les trajectoires des étoiles proches, soit au sein des microquasars et des noyaux actifs de galaxies, où de la matière, située à proximité, tombant sur le trou noir va se trouver considérablement chauffée et émettre un fort rayonnement X. Les observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) permettent ainsi de déceler l’existence d’objets massifs et de très petite taille. Les seuls objets que ces observations impliquent et qui sont compatibles dans le cadre de la relativité générale (La relativité générale, fondée sur le principe de covariance générale...) sont les trous noirs.

Page générée en 0.623 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique