Empress of Ireland
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Empress of Ireland
RMS Empress of IrelandRMS Empress of Ireland
Type : Paquebot
Histoire
Lancement : 26 janvier 1906
Statut : Naufrage le 29 mai 1914
Caractéristiques techniques
Longueur : 172 m
Maître-bau : 20 m
Déplacement : 26 715 t
Port en lourd : 14 191 t
Vitesse : 33 km/h
Autres caractéristiques
Chantier : Glasgow, Écosse
Armateur : Canadian Pacific Railway Company

L' Empress of Ireland (L' Empress of Ireland était un paquebot de la Canadian Pacific Railway Company lancé le 26 janvier 1906. Son naufrage dans l'estuaire du fleuve Saint-Laurent, le 29 mai 1914, fit 1012 victimes parmi les 1477 personnes...) était un paquebot (Un paquebot est un navire spécialisé dans le transport de passagers. Le nom vient de l'anglais « packet-boat », désignant les...) de la Canadian Pacific Railway Company lancé le 26 janvier 1906. Son naufrage dans l'estuaire (L'estuaire est la portion de l'embouchure d'un fleuve où l'effet de la mer ou de l'océan dans lequel il se jette est perceptible. Cette définition conduit à une controverse. Ainsi certains défendent l'idée que l'estuaire...) du fleuve (En hydrographie francophone, un fleuve est un cours d'eau qui se jette dans la mer ou dans l'océan – ou, exceptionnellement, dans un désert, comme pour l'Okavango. Il se distingue d'une rivière, qui se jette dans un autre...) Saint-Laurent, le 29 mai 1914, fit 1012 victimes parmi les 1477 personnes embarquées.

Histoire

Débuts

Naufrage

Le 29 mai 1914, vers 1h 55 du matin, alors qu'il quitte le Québec et se dirige vers Liverpool en Grande-Bretagne (La Grande-Bretagne (en anglais Great Britain) est une île bordant la côte nord-ouest de l'Europe continentale. Elle représente la majorité du territoire du Royaume-Uni. En son acception politique, ce toponyme désigne...), l' Empress of Ireland est abordé accidentellement sur son côté tribord par le Storstad, un charbonnier norvégien, au large de Pointe-au-Père, près de Rimouski. Parce qu'il a engagé la marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un...) arrière avant l'abordage et que l'Empress of Ireland avance toujours, le Storstad n'arrive pas à rester dans la brèche ( La Brêche ou Brèche est une rivière française située dans le département de l'Oise. La brèche est une roche. La Brèche est la place...) et l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) s'engouffre rapidement dans le paquebot. Le navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent de s'appliquer les règlements techniques de sécurité de...) coule en seulement 14 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte...). Il a été également dit que le courant violent n'a pas permis au Storstad de se maintenir dans la brèche.

La rapidité de ce naufrage, l'impossibilité d'utiliser la majorité des embarcations de sauvetage (le bateau (Un bateau est une construction humaine capable de flotter sur l'eau et de s'y déplacer, dirigé ou non par ses occupants. Il répond aux besoins du transport maritime ou fluvial, et permet diverses...) se couche sur son côté tribord, donc aucun canot (Un canot est un petit bateau non ponté manœuvré à la rame, à l'aviron, à la godille, à la pagaie ou au moteur.) de sauvetage de bâbord ne peut être utilisé), et la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie...) de l'eau du Saint-Laurent (0 à 4°C tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) au long de l'année), font que seulement 465 des 1477 personnes (dont 248 membres d'équipage) à bord survivront. Sur les 1012 morts, soit 68.5% des gens à bord, il y a 840 passagers. Seuls 4 enfants ont survécu. Bien qu'en proportion ce naufrage ait fait plus de victimes que celui du Titanic (Le RMS Titanic est un paquebot transatlantique britannique de la White Star Line, construit sous l'initiative de Joseph Bruce Ismay en 1907. Il a été conçu par l'architecte...) (1513 morts sur 2223 passagers), il sera rapidement oublié, éclipsé par le déclenchement, en 1914, de la Première Guerre mondiale.

Le 16 juin 1914, une enquête fut instituée à Québec et c'est le commandant du Storstad qui fut reconnu responsable de la collision (Une collision est un choc direct entre deux objets. Un tel impact transmet une partie de l'énergie et de l'impulsion de l'un des corps au second.). Cependant, une enquête menée par les Norvégiens libéra le Storstad de toute responsabilité, blâmant plutôt le capitaine Kendall, de l'Empress of Ireland, pour violation des règles de navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :) en ne croisant pas l'autre navire bâbord/bâbord. La Canadian Pacific Railway gagna un procès de 2,000,000 $ contre A. F. Klaveness, le propriétaire du Storstad. Incapable de payer, celui-ci fut forcé de vendre le navire pour 175,000 $.

Une récente enquête semble indiquer que le capitaine du Storstad fut induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité (générateur) ou en force (moteur).) en erreur par une manoeuvre de l'Empress of Ireland juste avant que celui-ci ne disparaisse dans la brume. Il a, alors, changé de cap pour éviter la collision mais l'Empress of Ireland a, par la suite, repris son cap originel, se plaçant ainsi sur le trajet du Storstad.

Carte marine
Carte marine (La carte marine est un type particulier de carte qui représente les éléments indispensables à la navigation maritime. En adéquation avec la signalisation maritime, elle permet de se situer et...)

L'épave gît toujours au large de Sainte-Luce-sur-Mer (près de Rimouski). Des plongeurs expérimentés peuvent encore s'y rendre, mais depuis 1998, l'épave est sur la liste des monuments historiques québécois et plus aucun artefact (Un artéfact ou artefact est un effet (lat. factum) artificiel (lat. ars, artis ). Le terme artéfact désigne à l'origine un phénomène créé de toute pièce par les conditions...) ne peut y être prélevé.

Page générée en 0.116 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique