Chandrashekhara Venkata Râman - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.

Sir Chandrashekhara Venkata Râman (7 novembre 1888 - 21 novembre 1970) était un physicien indien. Il a découvert et expliqué l'effet Raman.

Biographie

Né à Tiruchirapalli, au Tamil Nadu, il déménage pendant son enfance à Vishakhapatnam dans l'état de l'Andhra Pradesh. Il obtient ses licences et maîtrises de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...) et d'anglais au Presidency College Madras de Chennai (Chennai ou Madras (ancienne dénomination) est la capitale de l'État du Tamil Nadu dans l'Inde du...). Il rejoint ensuite l'Indian Civil Service, l'administration indienne, sur un poste à Calcutta, aujourd'hui Kolkata).

Ramân est professeur de physique à l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) de Calcutta quinze années durant. C'est là que ses travaux en optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement...) vont être reconnus. Il remporte ainsi le prix Nobel de physique (Le prix Nobel de physique est une récompense gérée par la Fondation Nobel, selon les...) en 1930 pour son travail sur la dispersion (La dispersion, en mécanique ondulatoire, est le phénomène affectant une onde dans un...) de la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) et la découverte de l'effet qui porte son nom, comme la spectroscopie Raman, qui utilise cet effet. C'est la première fois qu'un chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...) indien qui a fait complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou...) ses études en Inde reçoit le prix Nobel. Cette même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...), il est lauréat de la médaille Hughes, puis ensuite de la médaille Franklin en 1941.

En 1934, Ramân devient directeur de l'Indian Institute of Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire...) à Bangalore, puis en 1949, il fonde le Raman Research Institute.

Il est fait chevalier de la couronne en 1929 et reçoit la Bharat Ratna en 1954.

Raman était l'oncle de Subrahmanyan Chandrasekhar (Subrahmanyan Chandrasekhar (19 octobre 1910 à Lahore, Punjab, Indes britanniques - 21...), également lauréat du Prix Nobel de physique, en 1983.

Découverte de l'effet Raman

En 1915, à 26 ans, Raman est nommé professeur de physique à Calcutta et deviendra directeur du département de physique de l’institut de Bangalore. Il s’intéresse à l’étude expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes...) de l’interaction entre la lumière et la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...).

La genèse de la découverte de l’effet qui portera son nom est assez longue. En décembre 1921, Raman observe, en compagnie de Seshagiri Rao, que la lumière diffusée par de l’eau est partiellement dépolarisée lorsqu’un filtre (Un filtre est un système servant à séparer des éléments dans un flux.) violet (Le violet est une couleur, composée d'un mélange de bleu (environ 50% de luminosité) et de rouge...) est interposé sur le faisceau incident de lumière blanche. En 1922, il remarque que la couleur (La couleur est la perception subjective qu'a l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes...) de la lumière diffusée dépend du liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est...) étudié. K. M. Ramanathan établit, pendant son passage à Calcutta durant l’été 1923, que la dépolarisation est due à l’existence d’une faible fluorescence (La fluorescence est une émission lumineuse provoquée par diverses formes d'excitation autres que...) intrinsèque des liquides, puis au printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le...) et à l’été 1924, K. S. Krishnan, après avoir étudié 60 liquides différents, comprend que la dépolarisation est associée aux liquides polaires. C’est sans succès que S. Venkateswaran passe l’été de 1925 à essayer d’identifier d’autres propriétés chimiques spécifiques de l’effet et les recherches sont alors provisoirement interrompues.

À l’automne 1927, Arthur Holly Compton obtient le prix Nobel pour sa découverte de la diffusion (Dans le langage courant, le terme diffusion fait référence à une notion de...) inélastique des photons (En physique des particules, le photon est la particule élémentaire médiatrice de l'interaction...) X par la matière.

Raman se demande alors si tous les effets incompréhensibles qui ont été observés dans son laboratoire ne seraient pas une transposition optique de l’effet Compton. Partant de cette analogie, Raman entreprend en compagnie de K. S. Krishnan un réexamen expérimental complet dont il donne les résultats dans un article fondateur reçu pour publication le 7 mai 1928. En l’espace de quelques mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...), la plupart des aspects expérimentaux sont explorés.

Le premier spectre Raman est observé le 28 février 1928 par Chandrasekara Venkata Raman et ses collaborateurs. L’acte de naissance de cet effet est, lui, daté du 31 mars 1928, sous la forme du compte rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie)...) du discours prononcé par son découvreur lors de l’inauguration de l’association scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui...) d’Inde du sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) le vendredi 16 mars à Bengalore.

Ces travaux sont très rapidement reconnus comme de première importance, car ils valent à son auteur le prix Nobel 1930.

Bibliographie

  • C. V. Raman, A New Radiation, Indian Journal of Physics, 2, 387 (1928)
  • C. V. Raman et K. S. Krishnan, A New Class of Spectra due to Secondary Radiation. Part I., Indian Journal of Physics, 3, 399 (1928)

voir aussi

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.407 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique