Toilette sèche - Définition

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.

La toilette sèche, aussi appelée toilette à compost ou toilette à litière (sèche), est une latrine qui n'utilise pas d'eau et permet de récupérer les excréments pour en faire du compost.

Ce système de toilette évite toute pollution de l'eau en eaux usées. Il consiste à mélanger aux matières organiques (selles et urine) et au papier, un broyat de végétaux secs tels que des copeaux, de la sciure de bois et/ou de la cendre, de façon à obtenir un équilibre carbone/azote dans le mélange. Il fonctionne sans dégagement d'odeur si on prend soin de recouvrir les matières fécales d'un broyat qui bloque la fermentation anaérobie et permet le démarrage du compostage.

De temps à autre, selon la fréquentation, le seau recueillant les féces et la sciure est vidé sur un tas de compost. Une toilette sèche exige de disposer d'un emplacement d'environ un metre carré par personne où déverser le contenu de la toilette pour assurer son compostage. Le compost peut ensuite être utilisé pour fertiliser un jardin. S'il est réalisé dans de bonnes conditions (longue période de maturation, disparition des germes microbiens pathogènes), il peut aussi servir pour engraisser un potager.

L'intérêt de la toilette sèche, outre le fait de recycler en compost des matières qui habituellement sont rejetées à l'égout et nécessitent des opérations d'épuration des eaux usées, est aussi de ne pas utiliser d'eau du tout. Dans les pays occidentaux, environ 35% à 40% de l'eau potable passe à l'égout, principalement dans les zones urbanisées, la fosse septique étant plus courante dans les zones rurales.

L'usage en est extrêmement simple et devient naturel en très peu de temps. Des toilettes sèches adaptées pour des festivals regroupant plusieurs dizaines de milliers de visiteurs ont été testées positivement ; il faut prévoir des panneaux explicatifs et un peu de surveillance.

Il existe différents modèles de toilettes sèches facilement adaptables, notamment des modèles suédois.

Avantages

  • Respect du cycle de l'eau : la toilette sèche comme alternative à la chasse-d'eau, évite le gaspillage de dix à douze litres d'eau potable à chaque utilisation, volume qui doit ensuite être traité pour être réintégré dans la nature ou être réutilisé. La charge des station d'épuration s'en trouve d'autant diminuée, ainsi que la pollution des rivières en raison des limites de l'épuration ou de ses défaillances. La consommation d'eau par les toilettes est environ le tiers de la consommation d'un ménage.
  • La constitution d'un amendement à partir des déjections permettant de restituer à la terre les éléments qu'on en a retiré. Ceux qui cultivent un jardin, trouve directement un emploi à leur compost, sinon un voisin jardinier ou cultivateur pourra en tirer parti.
  • Construction : aucun investissement en plomberie et sanitaires ; une toilette sèche peut être réalisée simplement avec un peu de bricolage et adaptée aux goûts de chacun.
  • Une toilette sèche peut être aménagée en n'importe quelle pièce, vue l'absence d'odeur.
  • Peu d'entretien en comparaison de celui d'une toilette à chasse d'eau, sans parler de celui de la fosse septique éventuelle.
  • Absence de bruits générés par la chasse d'eau.

Inconvénients

  • Même si son coût est modique, il faut s'approvisionner en sciure et la stocker à proximité des toilettes. Dans le cas de copeaux ou de sciure, il faut de plus s'assurer qu'ils ne proviennent pas de bois traités afin de ne pas contaminer la terre via le compost (les produits de traitements n'étant que très partiellement dégradables). Par an, prévoir un à deux mètres cubes de sciure pour un ménage de trois-quatre personnes.
  • L'usage étant peu répandu, il faut anticiper l'embarras d'amis et autres visiteurs de passage.
  • Le compostage nécessite un lieu adéquat à l'extérieur du logement. La toilette sèche est donc plus appropriée aux zones rurales et péri-urbaines, mais quelques mètres carrés par ménage suffisent.
  • Il faut veiller à la vidange et entretien minimal du seau ; en prévoir un second au besoin. Préférer investir dans un seau en inox ou se contenter d'un seau en plastique (polyuréthane de préférence).

Gestion de l'urine

La présence de l'eau apportée par l'urine est indispensable à la constitution d'un mélange apte à se décomposer ; l'absence d'odeur dépend aussi de l'humidité du mélange, un excès entraînant une décomposition anaérobie et malodorante dans le fond. On conseille parfois de mettre la sciure avant pour les petites commissions et non après.

S'il n'y a pas d'utilisation prévue de compost, on peut s'astreindre à séparer l'urine. Celle-ci, qui est de l'eau contenant de l'azote, des minéraux et résidus, est un bon engrais. Pour la valoriser, si possible avant son altération par oxydation, il est possible de la diluer dans l'eau d'arrosage. Pour un jardin potager, on limite le taux d'urine à environ 10%, mais cela dépend des plantes, leurs besoins étant très différents.

Des systèmes de toilette sèche reposent sur la séparation de l'urine et une déshydradation des excréments sous l'effet d'un courant d'air prolongé ; il n'y a aucun ajout ni formation de compost. La vidange de ces toilettes étant beaucoup moins fréquente que dans la toilette à compost, des modèles ont été conçus pour répondre aux besoins du public dans des sites naturels et autres lieux éloignés des réseaux.

Programmes pilotes

La répugnance à l'égard des déjections et la généralisation des toilettes à chasse d'eau freine l'adoption de ce procédé simple et respectueux de l'environnement.

En Suède et en Chine, plusieurs programmes pilotes existent dans de petites villes. Les excréments sont compostés pour un usage agricole ou ménager, et produisent du gaz par méthanisation. En effet, la fermentation d'une certaine quantité d'excréments est apte à produire suffisamment de méthane pour un usage domestique (chauffage, cuisson…) ainsi que de l'électricité avec un mini-générateur.

En France, des toilettes à compost ont été mises à la disposition d'environ 30 000 visiteurs les 20, 21 et 22 février 2004 lors du salon écologique Primevère à Lyon [1].

Page générée en 0.011 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise