Deûle - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

la Deûle
La Deûle : lagunage linéaire aux Bois Blancs.
.
Caractéristiques
Longueur 60 km
Bassin 1 071 km2
Bassin collecteur l'Escaut
Débit (Un débit permet de mesurer le flux d'une quantité relative à une unité de temps au travers d'une surface quelconque.) moyen 8 m3⋅s-1 (Wambrechies)
Régime pluvial océanique
Cours
Se jette dans la Lys (Les lys ou lis sont des plantes herbacées de la famille des Liliaceae appartenant au genre Lilium.)
Géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η γη" (hê gê) la Terre et...)
Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine....) traversés France France

La Deûle (en néerlandais : Deule) est une rivière (En hydrographie, une rivière est un cours d'eau qui s'écoule sous l'effet de la gravité et qui se jette dans une autre rivière ou dans un fleuve, contrairement au fleuve qui se jette, lui, selon cette terminologie, dans la...) du nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) de la France dont l'essentiel du cours est aujourd'hui canalisé (de Lens à Deûlémont).
Dans sa partie amont, elle est encore en partie à l'état naturel et connue sous le nom de Souchez.

Étymologie

Le nom de la rivière est mentionné sous la forme Dupla en 1276, évolution phonétique d'un probable *Dubulā, basé sur le celtique (gaulois) dubu-, noir (cf. breton du, noir, irlandais dub, noir), c'est-à-dire : « la noiraude ». L'accent circonflexe n'a pas d'origine étymologique (pas d'ancien S).

Historique de la canalisation

Premiers aménagements

La Deûle, encore capricieuse et pleine de méandres a été naviguée au moins dès l'époque gallo-romaine entre Lille et la Lys.

  • En 1244, Marguerite, comtesse de Flandre, concède l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) des marais de la Haute-Deûle aux riverains et habitants des paroisses locales. Le lacis de chenaux et tourbières est peu à peu drainé par un canal navigable. La jeune ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune, par opposition aux villages) dans...) de Lille achète alors la Haute-Deûle, et le châtelain fait creuser un canal de Lille à Don.
  • En 1271 Jean III, châtelain de Lille gagne en dot de la comtesse Jeanne de Flandre cette portion de rivière, qu'il achève de faire canaliser de Don à La Bassée, en drainant au passage les marais d'Haubourdin. La Deûle sera ensuite définitivement connectée à la Scarpe, connectant entre eux plusieurs bassins versants et commençant à devenir un nouveau facteur de fragmentation écopaysagère pour la migration de la faune terrestre.
  • Au début du XVIe siècle, la navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :) est encore étendue au Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) par la canalisation de la Souchez jusqu'à Courrières et la cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes sédentarisés libres (pouvant avoir des esclaves), constituant une...) drapière de Lens, aux frais des bourgeois de la ville de Lille.

Les projets de Vauban

La Deûle à Courrières en 1920

Après que les armées de Louis XIV se furent emparées de Lille (1667), Vauban médita un vaste projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) de canalisation inter-bassins afin, non seulement de disposer d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) pour inonder les fossés de la nouvelle citadelle (Une citadelle est une partie de ville fortifiée, qui peut éventuellement se limiter à un château fort.) de Lille, mais aussi de retarder la marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur les jambes,...) des troupes ennemies en cas de contre-invasion depuis les Pays-Bas. Ce projet comportait :

  • un canal de jonction entre la Scarpe depuis Corbehem et la Sensée à Arleux (terminé en 1690),
  • un canal à bief de partage (aujourd'hui canal de la Haute-Deûle), entre la Scarpe (depuis le Fort de Scarpe) jusqu'à Courrières (terminé en 1693). Le bief de partage étant alimenté par l'Escrébieux,
  • une déviation des eaux de la Deûle à la traversée de Lille depuis l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif « insulaire » ; on dit...) Rihour (où avait été fondée la ville) jusqu'à la nouvelle citadelle, créant le « bras de la Barre ».

La ville de Lille assuma toute la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne...) de l'entretien de la voie d'eau depuis le Fort de Scarpe jusqu'à Deûlémont, et perçut les péages jusqu'en 1798, date à laquelle le Consulat reprit en charge l'exploitation.

Le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) du charbon

Au XIXe siècle, pour améliorer l'approvisionnement en charbon de la ville de Lille depuis le bassin de l'Escaut, un groupe d'investisseurs obtient l'adjudication du canal de Roubaix entre l'Escaut et la Marque, affluent (On appelle affluent un cours d'eau qui va se jeter dans un cours d'eau au débit plus important, au niveau d'un point de confluence. (Synonyme :...) de la Deûle dont le confluent (Un confluent, ou point de confluence, est le lieu où se rejoignent deux (parfois plus) cours d'eau.) est à Marquette-lez-Lille. En 1880, le gouvernement décide d'homogénéiser les caractéristiques du réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle...) français au gabarit Freycinet, correspondant au transit des spits flamands, circulant déjà sur les canaux du Nord de la France.

L'aménagement à grand gabarit

Le canal à grand gabarit à Santes, en amont de Lille

Par suite des deux guerres mondiales, des dommages consécutifs et des moyens consacrés à la reconstruction, la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus...) du gabarit n'évolue plus sur la Deûle jusqu'en 1954 : cette année-là, la Conférence Européenne de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la Seine en...) envisage de promouvoir les voies navigables de l'Escaut, la Deûle et la Lys en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de la navigation des chalands de plus de 1,000 t.

Sur la Deûle, après la reconstruction de l’écluse à grand gabarit de Don (1959), la mise à grand gabarit (3 000 t) de la section Bauvin-Marquette est déclarée d'utilité publique. Les travaux commencent en 1968 par la section les Ansereuilles-Haubourdin, et se terminent avec la construction de la nouvelle écluse du Grand Carré (Un carré est un polygone régulier à quatre côtés. Cela signifie que ses quatre côtés ont la même longueur et ses quatre angles la même mesure. Un carré est...) à Lille (1974-1977). Par suite de restrictions budgétaires, les travaux ne se poursuivent de Lille jusqu'à Marquette qu'avec un gabarit réduit de 1,350 t, et ce n'est que par un programme de financement régional (1978-1982) que le gabarit est porté de 350 t à 800 t entre Marquette et Deûlémont.

Les travaux d'élargissement ne reprennent qu'en 1993 avec la démolition de l’écluse de Deûlémont qui entraîne un abaissement de 1,83 m du plan d’eau à l’amont de la confluence (La confluence d'un système de réécriture est définie comme la propriété suivante :) avec la Lys. Après une décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix » et annus « année.) de travaux, la Deûle a été ouverte au gabarit de 1,350 t à l'aval de Lille en juin 2004.

Page générée en 0.115 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique