Fort de Brégançon
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Fort de Brégançon
Fort de Brégançon

Période ou style
Type Fort
Début construction XIIIe siècle
Fin construction 1635
Destination initiale Place forte
Propriétaire actuel République française
Destination actuelle Lieu de résidence (Le nom de résidence est donné à un ensemble de voies souvent qui forment une boucle ayant la particularité de desservir des mêmes logements appelées également résidence. Ce terme vient du verbe latin residere qui signifie...) du Président de la République française
Protection classé MH le 25/09/1968

Latitude (La latitude est une valeur angulaire, expression du positionnement nord-sud d'un point sur Terre (ou sur une autre planète), au nord ou au sud de l'équateur.)
Longitude (La longitude est une valeur angulaire, expression du positionnement est-ouest d'un point sur Terre (ou sur une autre planète).)
43° 05′ 36″ Nord
       6° 19′ 20″ Est
/ 43.093384, 6.32216
  
Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme...) France France
Département Var
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Commune française Bormes-les-Mimosas
 
France location map-Regions and departements.svg
Fort de Brégançon

Le fort de Brégançon est une résidence d'État utilisée comme lieu officiel de villégiature (principalement estivale) du président de la République française. Il est situé au bord de la Méditerranée sur le territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par d'autres sciences humaines. Dans le...) de la commune de Bormes-les-Mimosas (Var) sur les hauteurs d'un piton rocheux de 35 mètres d'altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui...) et à quelques mètres de la côte du cap Bénat à laquelle il est relié par une jetée (à l'origine il en était séparé par un bras de mer).

Carte de la côte d'Azur avec en rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) la localisation du fort de Brégançon
Vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) du fort de Brégançon depuis le cap Léoude, situé au nord-ouest (Le nord-ouest est la direction entre les points cardinaux nord et ouest. Le nord-ouest est opposé au sud-est.) de celui-ci. En arrière plan, à droite du fort, on aperçoit l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif « insulaire » ; on dit aussi « îlien ».) du Levant et l'île de Port-Cros, deux des îles d'Hyères.
Détail d'une ancienne carte de 1707 par Jean Nicolas de Tralage montrant les îles et la baie d'Hyères et sur laquelle le fort est mentionné.

Historique

Une forteresse existe sur cet îlot rocheux depuis l'arrivée des Ligures de la tribu des Bormani, en 118 av. J.-C. Le site s'appelle d'abord Pergantium, puis Briganconia, dérivé du celte Briga signifiant « hauteur ».

Au Moyen Âge, une seigneurie (ou châtellenie) de Brégançon est créée à la fin du IXe siècle, après l'expulsion des Sarrasins du Fraxinet en 972, au profit des vicomtes de Marseille, vassaux des comtes de Provence. En 1140, la seigneurie de Brégançon et d'autres fiefs, dont Hyères, sont concédés en apanage par le vicomte Geoffroi II de Marseille à l'un de ses fils, Pons, marquis de Fos. En 1216, Raimond-Geoffroi de Fos, co-seigneur d'Hyères avec son frère, vend ses biens, soit le château (Un château est à l'origine une construction médiévale destinée à protéger le seigneur et à symboliser son autorité au sein du fief. Les premiers châteaux...) de Brégançon et un douzième de la seigneurie d'Hyères, à la communauté de Marseille. Il faut toutefois attendre 1223 pour que cette vente soit confirmée par les autres membres de la famille de Fos. Dans ce dossier de la succession de Raimon Jaufre de Fos, coseigneur d' Hyères, datant de 1223 il est nommé castrum de Bragansono.

Le 6 juin 1257, les biens de la communauté de Marseille sont rachetés par le comte Charles d'Anjou, frère cadet du roi Saint Louis et comte de Provence suite à son mariage avec l'héritière du comté, Béatrice de Provence, en 1246. Celui-ci fait réaménager et rénover le château-fort de Brégançon, qui est originellement situé sur le continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens...) et qu'il sépare donc de l'actuel site par un bras de mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.). Il reste un lieu fréquenté par les membres de la maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée comme un immeuble collectif.) d'Anjou, devenus rois de Sicile (La Sicile (Sicilia en italien) est une région autonome d'Italie et la plus grande île de la Méditerranée. Son chef-lieu est la ville de Palerme. Le drapeau, la gorgone à trois jambes, représente...) péninsulaire (Naples), lorsqu'ils sont de passage dans le comté de Provence : c'est le cas notamment de la reine Jeanne Ire qui y séjourne en janvier 1348 alors qu'elle fuit Naples, envahie par son cousin Louis Ier de Hongrie, pour se réfugier à Marseille ainsi que rencontrer le pape Clément VI à Avignon. Après le retrait de Naples de Louis de Hongrie, la reine rentre dans ses États en faisant à nouveau un passage à Brégançon qu'elle donne, par un acte du 31 juillet 1348, à l'armateur marseillais Jacques de Galbert, qu'elle fait vice-amiral de Provence, pour le remercier de l'avoir transportée sur l'un de ses navires alors qu'elle fuyait son royaume. Elle revient sur cette donation en 1366.

Plus tard, durant la guerre de succession du royaume de Naples qui oppose Charles de Durazzo puis son fils Ladislas à Louis Ier d'Anjou puis sa veuve Marie de Blois, la seigneurie et le fort de Brégançon sont donnés par cette dernière en 1387 au condottiere génois (Sur un voilier, le génois est une des voiles qui peut être installée à l'avant du mât : il est alors le pendant de la grand-voile sur un sloop à gréement bermudien (le type de voilier le plus répandu...) Balthazar Spinola, qui a trahi le camp de Charles de Durazzo pour celui des Angevins. Il se sert de sa nouvelle propriété pour piller les côtes toulonnaise et hyéroise. Brégançon retourne au comte Louis II d'Anjou en 1405, Balthazar Spinola le cédant pour 200 florins.

Brégançon devient une forteresse royale en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) que le comté de Provence est légué au roi Louis XI par son dernier titulaire Charles III en 1481. Le roi charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) alors Palamède de Forbin, nommé gouverneur de Provence, et le gouverneur de Bourgogne Jean de Baudricourt de prendre possession de ce nouveau territoire et de le sécuriser : c'est ainsi que Jean de Baudricourt fait réarmer le fort de Brégançon en 1483. Il est assiégé en 1524 par l'ancien connétable disgracié Charles III de Bourbon, passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle...) au service de Charles Quint en 1523, et la forteresse ne résiste que quelques jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par...).

En 1531, Brégançon est inscrit dans le tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) nouveau marquisat des Îles d'Or créé par François Ier au profit de son général des Galères, également chargé du commandement du fort et chargé de protéger la côte toulonnaise face aux raids ottomans. Ce marquisat revient un temps à la couronne en 1349, puis immédiatement offert par Henri II à l'allemand Christophe de Rocquendorf, qui le cède à son tour en 1552 à Gabriel de Lutz, seigneur d'Aramon et ancien ambassadeur de François Ier auprès des Ottomans à Constantinople. Ce n'est qu'après la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles)....) de ce dernier en 1560 que Brégançon revient à la couronne en 1561.

À l'exception de Charles IX qui s'y arrête quelques heures (L'heure est une unité de mesure  :) le 30 octobre 1564 avec la reine-mère Catherine de Médicis et sa cour durant le Grand tour, aucun souverain n'y séjourne, le laissant sous le commandement de capitaines provençaux. Plus tard, devenue un bastion (Le bastion est un des éléments des fortifications classiques, il remplace dans celles-ci, la tour pour fournir les feux de flanquement sur la courtine et défendre les angles du corps de place. Il est...) protestant, elle est assiégée en 1578 par le chef des armées catholiques de Provence, le comte de Vins. Si le châtelain et la garnison se rendent seulement au bout de deux jours, ils sont tous massacrés.

En 1574, le frère de Charles IX, Henri III, à peine devenu roi, élève la seigneurie de Brégançon en marquisat, au profit d'Antoine Escalin des Aimars, baron de La Garde-Adhémar, seigneur de Pierrelatte et général des galères, décédé en 1578. En 1581, il est donné en adjudication à Boniface de La Môle, seigneur de Collobrières, tandis que la capitainerie de la forteresse est confiée en 1582 à Honoré-Melchior Gasqui, originaire de Manosque. Ce dernier devient finalement marquis de Brégançon en 1619, et cette terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes....) reste dans la famille de Gasqui jusqu'en 1660, date à laquelle elle est rachetée par Louis de Cornis-Beaurecueil. Toutefois, si le marquisat reste en dehors du domaine de la Couronne jusqu'en 1666, il reste un point (Graphie) stratégique et une garnison royale y est installée en 1593, tandis que le duc Charles Ier de Guise, nommé gouverneur de Provence, s'y installe en 1624 pour organiser la lutte contre les pirates barbaresques.

C'est vers 1635, alors que la France s'engage dans la guerre de Trente Ans contre l'Espagne, que le cardinal de Richelieu décide de réorganiser la défense des côtes toulonnaises et hyéroises et des îles environnantes : c'est à cette époque que l'actuel fort de Brégançon est construit.

Revenu au domaine royal en 1666, le marquisat de Brégançon est racheté en 1714 par un sieur issu de la noblesse de robe, conseiller au Parlement d'Aix-en-Provence, Louis-Hercule de Ricard. Les de Ricard restent marquis de Brégançon jusqu'à la Révolution française. Le fort de Brégançon continue à accueillir une garnison royale et est séparé du marquisat en 1786, tandis que la presqu'île et les terrains alentours ne vont pas cesser de changer de main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce dernier par...) au cours du XVIIIe siècle : acquis par un certain Alexandre Pateron en 1775, ils sont rachetés en 1786 par le sieur Rouard, originaire de Carpentras, qui fait défricher la presqu'île, y plante (Les plantes (Plantae Haeckel, 1866) sont des êtres pluricellulaires à la base de la chaîne alimentaire. Elles forment l'une des subdivisions (ou règne)...) des vignes et la reboise et y fait construire une maison d'habitation appelée « Château Rouard ».

Durant la Révolution française, la garnison du fort intervient d'abord en 1789 pour protéger les possessions de la marquise de Ricard qui sont attaquées par les paysans. Plus tard, en 1791, les armes de la garnison sont prises par le Club des Jacobins d'Hyères. Le fort attire à partir de 1793 l'attention de Bonaparte, nommé inspecteur des côtes après la prise de Toulon aux royalistes le 18 décembre 1793 (il y séjourne d'ailleurs durant l'hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) 1793-1794). Ainsi, une fois devenu premier consul en 1799, il le fait réparer et doter d'une importante artillerie, puis, après son sacre comme empereur, il fait renforcer sa garnison en 1805 par l'installation d'une compagnie de vétérans impériaux.

Il reste par la suite une forteresse militaire, le ministère de la Guerre entreprenant notamment des travaux après la guerre franco-allemande de 1870, sans toutefois toucher (Le toucher, aussi appelé tact ou taction, est l'un des cinq sens de l'homme ou de l'animal, essentiel pour la survie et le développement des êtres vivants,...) à l'aspect extérieur de l'édifice, afin d'y installer des pièces d'artillerie moderne et un magasin à poudre (La poudre est un état fractionné de la matière. Il s'agit d'un solide présent sous forme de petits morceaux, en général de taille inférieure au dixième...). Il est encore occupé par une petite garnison durant la Première Guerre mondiale, avant d'être déclassé en 1919. Il est classé comme site pittoresque en décembre 1924. Resté propriété de l'État, il est néanmoins loué entre 1924 et 1963 à des particuliers, dont le dernier fut Robert Bellanger, ancien député, ancien sénateur d'Ille-et-Vilaine et ancien sous-secrétaire d'État à la Marine en 1930. À l'issue du bail de ce dernier, l'État récupére le bâtiment dans un état de délabrement important, celui-ci entreprend de le restaurer et de l'aménager tout en conservant son aspect extérieur primitif.

Finalement, le général de Gaulle y réside le 25 août 1964 lorsqu'il vient assister aux cérémonies commémorant le vingtième anniversaire du débarquement de Provence. S'il n'est pas séduit par le lieu, il est convaincu de l'utilité du fort par le député-maire de Saint-Raphaël René-Georges Laurin, et le fait réaménager, pour un coût de 3 millions de francs. Un arrêté du 5 janvier 1968 affecte Brégançon à titre définitif au ministère des Affaires culturelles afin qu'il serve de résidence officielle au président de la République française, notamment en lieu de villégiature. C'est Pierre-Jean Guth, architecte (L'architecte est le professionnel du bâtiment dont la fonction est de concevoir et de diriger la réalisation d'une œuvre d'architecture pour le compte d'un propriétaire qui peut être un...) de la Marine nationale et lauréat du prix de Rome qui aménagea le fort en résidence tout en préservant ce qui restait de la forteresse originelle.

Page générée en 0.010 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique