Thérapie génique - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Transporter un gène: la problématique des vecteurs en thérapie génique

Une fois le gène sélectionné pour son potentiel thérapeutique face à une pathologie, une étape cruciale de la thérapie génique est de faire pénétrer la nouvelle information génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est...) dans l'organisme du patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant...). Dans cet esprit, est qualifié de vecteur (En mathématiques, un vecteur est un élément d'un espace vectoriel, ce qui permet...) de thérapie génique (La thérapie génique est une stratégie thérapeutique qui consiste à faire...) tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) système permettant le transfert de ce gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la...) dans une cellule. Les vecteurs utilisés en thérapie (Une thérapie est un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une...) génique, et les cellules modifiées génétiquement par ces vecteurs sont classifiés comme des Organismes Génétiquement Modifiés. Les patients traités ne sont pas considérés dans cette classification selon une directive européenne qui en exclut les humains d'office.

Vecteurs viraux

L'utilisation de virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...) modifiés pour transporter un gène thérapeutique (La thérapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la médecine qui...) repose sur le constat d'efficacité des virus pour transférer leur propre matériel génétique dans les cellules humaines. Pour produire des vecteurs viraux, on utilise des virus modifiés génétiquement, dits sécurisés. Le principe consiste à éliminer les séquences du virus qui codent des protéines, notamment celles associées à un éventuel comportement pathogène (Le terme pathogène (du grec παθογ?νεια !...) du virus, et à ne conserver que celles qui sont utilisées pour construire la particule virale et assurer le cycle d'infection. Le génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une...) du virus est reconstruit pour porter les séquences du gène thérapeutique. Les protéines virales qui potentiellement manqueraient à la formation des particules virales thérapeutiques sont fournies par des cellules dites productrices ou d'encapsidation lors de la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et...) de production des vecteurs.

Vecteurs adénoviraux

L’adénovirus est un virus à ADN. Il présente la caractéristique de faire pénétrer son matériel génétique dans la cellule cible sans attendre la mitose (Du grec mitos qui signifie le filament (référence a l'aspect des chromosomes en...) (division cellulaire) et sans insérer la nouvelle information génétique dans le génome de la cellule cible. Bien que très utilisés dans de nombreux essais cliniques, les chercheurs n’arrivent toujours pas à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) à le débarrasser complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou...) de ses gènes, maintenant ainsi un caractère potentiellement pathogène au vecteur construit.

Vecteurs rétroviraux

Les rétrovirus sont utilisés comme vecteur en thérapie génique car ils permettent d'insérer la nouvelle information génétique dans le génome de la cellule cible. Le nouveau gène se transmet alors de cellules mères en cellules filles de manière égale sans « dilution » de l'information génétique dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...). Le génome des rétrovirus est composé de molécules d'ARN (acide Ribonucléique) et non d'ADN comme le génome des cellules humaines. L'infection par un rétrovirus implique une étape de rétrotranscription de l'ARN en un fragment d'ADN qui pourra être associé (étape d'intégration) aux chromosomes après pénétration dans le noyau cellulaire. Une combinaison (Une combinaison peut être :) de protéines virales et de protéines de la cellule cible assure cette étape de transfert des molécules d'ADN du cytoplasme (Le cytoplasme désigne le contenu d'une cellule vivante. Plus exactement, il s'agit de la...) cellulaire vers le noyau et l'intégration dans le génome de l'hôte. Une fois intégré, le génome du rétrovirus sous sa forme ADN est stable et transmis de manière mendélienne comme n'importe quel gène de la cellule. Si la plupart des essais cliniques ont été réalisés avec des vecteurs dérivés de rétrovirus de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant...), certains essais cliniques sont actuellement en cours utilisant des vecteurs dérivés du virus VIH (traitement de l'adrénoleucodystrophie par l'équipe Cartier-Aubourg à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) depuis 2007, traitement de l'infection à VIH aux États-Unis depuis 2000, traitement d'hémoglobinopathies par l'équipe Leboulch-Beuzard à Paris). Ce dernier type de vecteur, dit vecteur lentiviral, dérivé d'un virus humain mais totalement sécurisé est un vecteur particulièrement en vogue. En effet, il est capable de modifier génétiquement des cellules au repos, ouvrant ainsi des possibilités de manipuler des neurones, des cellules hépatiques… toute une gamme de populations cellulaires inaccessible aux vecteurs rétroviraux dérivés de virus murins. L'intégration des vecteurs rétroviraux dans le génome de la cellule cible, si elle est un atout majeur pour la pérennisation et la transmission de l'information génétique, représente néanmoins une difficulté en termes de sécurité. Deux essais cliniques utilisant les vecteurs rétroviraux murins pour modifier les cellules hématopoïétiques (traitement de l'immunodéficience liée à une mutation portée par la chaine gamma-c du récepteur à l'interleukine-2 (voir plus bas) et traitement de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) de Gaucher) ont conduit à l'apparition de formes de leucémies chez les patients.

Vecteurs dérivés de l’AAV

Les vecteurs de type AAV (adeno associated virus) sont dérivés de virus dits associés aux adénovirus. Les virus ont la particularité de favoriser une intégration de leur génome toujours au même endroit dans le chromosome (Le chromosome (du grec khroma, couleur et soma, corps, élément) est l'élément...) 19. Une insertion non contrôlée pouvant entraîner d'importants désordres dans la fonction cellulaire, ces vecteurs ont été fortement développés pour leur potentiel sécuritaire bien qu’ils ne soient capables que de transférer des petits gènes. Bien que la construction du vecteur à partir du virus élimine cette propriété de ciblage de l'insertion, les virus dérivés des AAV ont été beaucoup utilisés au niveau clinique. Longtemps considéré comme inoffensifs, à l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de...) des vecteurs adénoviraux et rétroviraux (voir plus loin), leur développement a été favorisé depuis quelques années. Mais, le décès récent au cours de l'été 2007 d'un patient dans un essai clinique (Un essai clinique est une étude scientifique réalisée en thérapeutique...) de traitement de la polyarthrite rhumatoïde (La polyarthrite rhumatoïde (PR) est la cause la plus fréquente des polyarthrites...) par des vecteurs dérivés de l'AAV permet aussi désormais aux détracteurs de cette stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie...) de pointer le doigt sur ce type de vecteur.

Vecteurs dérivés d’autres virus

Au-delà de ces vecteurs fréquemment utilisés en clinique, de nombreuses tentatives d’utilisation de vecteurs à partir de virus sont décrits dans la littérature. On relèvera de nombreux travaux concernant l’utilisation du virus Herpes Simplex (HSV), des poxvirus (actuellement en développement clinique), de virus animaux apparentés au VIH, du virus de la grippe… Ces diverses tentatives témoignent d'une part de l'inexistence d'un vecteur viral universel poussant les scientifiques à tester de nouvelles voies, et d'autre part de la volonté pour certains industriels de se positionner dans le domaine avec des brevets propriétaires.

Vecteurs non viraux

Différentes stratégies ont été élaborées pour ne pas recourir aux virus et utiliser directement la molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui...) d'ADN :

  • La plupart des stratégies combinent des molécules chimiques (polycations) et la molécule d'ADN pour faciliter la traversée de la membrane des cellules et la rentrée des molécules d'ADN. Ces vecteurs produits par des bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées...), facilement purifiables, sont des particules inertes et n'ont pas les caractères potentiellement pathogènes des virus qui sont à l'origine des vecteurs viraux.
    A l'inverse des vecteurs viraux, ils sont plus faciles à produire, à manipuler et à stocker et sont caractérisables comme des produits pharmaceutiques classiques. Cependant, leur efficacité est bien moindre que celle des virus pour transférer une information génétique dans une grande population de cellules, rendant difficile leur utilisation dans certains cas (modification d'une grande partie des cellules d'une tumeur (Le terme tumeur (du latin tumere, enfler) désigne, en médecine, une augmentation de...) par exemple). En outre, ils n'ont qu'une capacité très réduite à intégrer l'information génétique dans le génome, les rendant ainsi inutiles pour des modifications génétiques pérennes de populations cellulaires en prolifération active. Cette technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) peut être cependant parfaitement adaptée à certaines stratégies thérapeutiques reposant sur le déclenchement d'une cascade d'évènements à partir de quelques cellules modifiées génétiquement (activation du système immunitaire (Le système immunitaire d'un organisme est un ensemble coordonné d'éléments de...), par exemple).
  • Récemment, et en laboratoire, des nanoparticules magnétiques (pilotées vers leur cible par des aimants) ont été des vecteurs efficaces d'ARN interférents (ARNi) ici utilisés contre le cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement...). Les premiers vecteurs testés étaient des nanocristaux magnétiques recouverts d'une couche de lipides ou de polymères, difficiles à fabriquer.
    Plus récemment, une nanoparticule nommée « LipoMag » (nanocristal magnétique enrobé d'acide oléique (L'acide oléique vient du latin oleum et veut dire huile. C'est le plus abondant des acides...) puis d'une monocouche lipidique cationique a efficacement porté un ARNi anticancéreux (Un anticancéreux est un médicament permettant de lutter contre le cancer) (inhibiteur de la croissance des vaisseaux tumoraux), chez des souris atteintes de tumeurs gastriques. Dans 9 cas sur 13, le transfert s'est fait plus efficacement qu'avec les nanocristaux utilisés jusqu'alors.

Administration du vecteur

De nombreux essais cliniques de thérapie génique ont utilisé une stratégie de protocole dite ex vivo, c'est-à-dire en prélevant des cellules cibles de l’individu et en les soumettant aux vecteurs de transfert du gène thérapeutique en dehors de l'organisme. Les cellules sont ensuite réinjectées au patient. Cela permet aux chercheurs dans certains cas d'évaluer l'ampleur de la modification génétique tant au niveau du pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une...) de cellules modifiées génétiquement qu'au niveau de l'expression des protéines thérapeutiques, ou de présélectionner des populations cellulaires particulières (ex.: les cellules souches sanguines). Néanmoins, certaines stratégies, notamment celles visant à éliminer des tumeurs, ou celles visant à modifier génétiquement des cellules qu'on ne peut manipuler hors de l'organisme, utilisent une approche dite in vivo en injectant directement le vecteur dans le tissu ciblé et en le laissant agir librement.

Page générée en 0.159 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique