Benetton (Formule 1)
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Benetton Formula 1 était une écurie de Formule 1 fondée par Luciano Benetton à la suite du rachat de l'écurie anglaise Toleman. Benetton a participé à 260 GP de Formule 1 entre 1986 et 2001. L'écurie a inscrit un total de 851,5 points en championnat du monde (Le mot monde peut désigner :), remporté 27 victoires, décroché 102 podiums, 15 pole positions et signé 36 meilleurs tours en course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.). Elle a connu son heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences (« heure solaire » employé pour...) de gloire avec les titres en championnat pilote de Michael Schumacher en 1994 et 1995 et le titre mondial des constructeurs en 1995. L'écurie a été rachetée par Renault en 2001 (mais a conservé son appelation Benetton) avant de devenir Renault F1 Team en 2002.

Image:Log benetton.jpg

Historique

Jos Verstappen, Benetton B194, GP de Grande-Bretagne
Jos Verstappen, Benetton B194, GP de Grande-Bretagne (La Grande-Bretagne (en anglais Great Britain) est une île bordant la côte nord-ouest de l'Europe continentale. Elle représente la majorité du territoire du Royaume-Uni. En son acception politique, ce toponyme...)

De sponsor à constructeur

Au début des années 1980, la marque de vêtements Benetton choisit de promouvoir son image dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il peut être employé comme :) via la F1. Les écuries Tyrrell, Alfa Romeo (Alfa Romeo est une marque automobile italienne fondée à Milan le 24 juin 1910, propriété de Fiat depuis 1986 ; et qui fut auparavant propriété de l'État italien de 1933 à 1986.) et Toleman bénéficièrent du sponsoring de cette marque. Mais fin 1985, Benetton décide de passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) à la vitesse (On distingue :) supérieure et de racheter l'écurie britannique Toleman, qui est donc rebaptisée Benetton Formula 1 à compter de la saison (La saison est une période de l'année qui observe une relative constance du climat et de la température. D'une durée d'environ trois mois (voir le tableau...) 1986.

1986-1991 : premiers succès

Grâce à la puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) du moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de...) BMW (Bayerische Motoren Werke AG Bayerische Motoren Werke Aktiengesellschaft.ogg  ou BMW (en français : manufacture bavaroise de moteurs) est une société industrielle allemande...) et à la bonne tenue des pneus Pirelli, les Benetton (dessinées par le Sud-africain Rory Byrne) réalisent quelques jolis coups d'éclat dès leur première saison. Le pilote autrichien Gerhard Berger (Un berger (une bergère) est une personne chargée de guider et de prendre soin des troupeaux de moutons (quand il n'y a pas de complément de nom, il s'agit toujours de troupeaux de moutons), ou par extension de bétail (ex : berger de...) remporte notamment en fin d'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) le GP du Mexique. Les saisons suivantes sont plus délicates: les Benetton attirent l'œil du public en raison de leurs couleurs bariolées et l'équipe bénéficie d'un fort courant de sympathie dans le paddock en raison de l'ambiance chaleureuse qui y règne, mais les résultats tardent à décoller malgré le partenariat avec le géant Ford (Ford Motor Company, généralement appelée simplement Ford, est un constructeur automobile américain.).

En 1989, la gestion catastrophique du cas Johnny Herbert (Johnny Herbert est un pilote automobile anglais né le 25 juin 1964 à Romford, Londres. Il s'est notamment illustré en Formule 1, ainsi que dans les épreuves d'Endurance.) (le pilote britannique avait été engagé alors qu'il n'était pas remis de graves blessures) vaut au directeur sportif Peter Collins, déjà sur la sellette depuis quelques temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), d'être remplacé à la tête de l'écurie par Flavio Briatore (Flavio Briatore (né le 12 avril 1950 en Italie) est un homme d'affaires, ex directeur commercial de Benetton, fondateur de Billionaire Couture, manager et directeur de l'écurie de Formule 1 Benetton (Formule 1) de 1989 à 1997 et...), le directeur commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) de l'équipe. Sous l'impulsion de Briatore, l'écurie va se développer et rejoindre les meilleures équipes du plateau. À la victoire de Nannini au GP du Japon 1989, succédent les deux succès de Nelson Piquet en 1990 (victoires assorties d'une remarquable troisième place du vétéran brésilien au championnat), ainsi qu'un nouveau succès de Piquet en 1991 au Canada. C'est en 1991 qu'arrivent chez Benetton le manager écossais Tom Walkinshaw (fameux pour avoir géré le programme Jaguar (Le jaguar (Panthera onca) est un mammifère carnivore de la famille des félidés. C'est l'un des quatre « grands félins » du genre Panthera, avec le tigre, le lion et le léopard. Son...) en voitures de sport), ainsi que l'ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception,...) Ross Brawn, lui aussi issu de chez Jaguar. C'est également en 1991 que Benetton recrute le jeune espoir allemand Michael Schumacher.

1992-1995 : les années Schumacher

Régulièrement à la pointe du combat dès ses débuts, Schumacher remporte une course en 1992 et une autre en 1993, en se classant respectivement 3e et 4e du championnat, mais sans pouvoir rivaliser avec les redoutables Williams-Renault. La consécration arrive en 1994 avec le titre mondial des pilotes remporté par l'Allemand. Ce premier titre d'un pilote Benetton est pourtant entâché par les soupçons d'illégalité autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5...) de la voiture (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est équipée en conséquence. C'est un des...) anglo-italienne (certains observateurs suspectant la présence d'un anti-patinage caché sur la B194), cette hypothese s'étant renforcée à la suite de la polémique du GP de Magny Cours, où Schumacher, seulement 3ème sur la grille ( Un grille-pain est un petit appareil électroménager. Une grille écran est un élément du tube de télévision. Une grille d'arrêt est un élément du tube de télévision. ...), se retrouve en tête dès le 1er virage malgré un moteur (V8 Ford) moins puissant que les Williams (V10 Renault) en ligne droite ; pire encore, l'incendie (sans gravité) de la voiture de Verstappen en milieu de saison lors d'un "fuel stop" semble indiquer que Benetton aurait utilisé un clapet de reservoir illégal pour glaner de précieuse secondes ; enfin dès le second GP (Aida) de la saison des doutes ont plané, en effet, bien que placée sur le coté poussiéreux de la piste, la B194 a exécuté comme à Magny Cours un départ parfait. Schumacher sera disqualifié à l'issue du GP de Belgique en raison d'une usure excessive de son fond plat. Autre polémique : le non-respect par Schumacher d'une pénalité, puis d'un drapeau noir, à l'occasion du GP de Grande-Bretagne. Cela lui vaudra une suspension ( Le fait de suspendre des particules En chimie, la suspension désigne une dispersion de particule. En géomorphologie, la suspension est un mode de transport des sédiments....) de 2 GP. Malgré cela il est à noter que Benetton ne fut pas la seule équipe incriminée dans l'affaire des programmes électroniques illégaux, McLaren et Ferrari ( Automobiles et motos Ferrari, constructeur automobile italien dont le nom provient de son fondateur Enzo Ferrari. Scuderia Ferrari, l'écurie de...) également. Bien que ces programmes aient été présents sur ces voitures, rien n'a jamais été prouvé quant à leur utilisation en course, même si un fort doute plane (La plane est un outil pour le travail du bois. Elle est composée d'une lame semblable à celle d'un couteau, munie de deux poignées, à chaque extrémité de la lame. Elle...). En 1995, Benetton passe encore une vitesse supérieure avec le partenariat signé avec le motoriste Renault Sport. Schumacher survole la saison avec 9 victoires, remporte un deuxième titre mondial des pilotes, tandis que l'écurie décroche son premier titre mondial des constructeurs. Cette saison 1995 marque pourtant un sommet que l'écurie n'atteindra plus jamais.

1996-1999 : le déclin

En 1996, avec le départ de Schumacher chez Ferrari, et malgré l'arrivée de pilotes aussi réputés que Berger et Alesi, les Benetton perdent de leur superbe. Fin 1996, le départ du tandem technique Brawn-Byrne (parti rejoindre Schumacher chez Ferrari) ne fait qu'accélérer la perte de vitesse de l'équipe. En 1997, Berger s'impose en Allemagne et offre à son équipe la première victoire de l'après-Schumacher. Mais ce sera également la dernière, et la seule acquise sous la nationalité italienne (Italienne est le nom communément utilisé pour le cordage servant a manœuvrer un enrouleur. Il s'enroule sur un tambour quand on déroule la voile, et...) (pour laquelle Benetton Formula avait symboliquement opté à partir de 1996).

Fin 1997, Flavio Briatore quitte l'écurie, et est remplacé par le Britannique David Richards (David Richards (né le 3 juin 1952 en Grande-Bretagne) est un ancien copilote de rallye, désormais directeur d'équipe de sport automobile....). Mais en l'absence d'un moteur officiel (Renault ayant arrêté la F1 fin 1997, le RS9 champion du monde est désormais développé par Mecachrome et badgé Playlife chez Benetton), et malgré la présence des espoirs que sont Wurz et Fisichella, le déclin de l'écurie se poursuit. En désaccord avec la famille Benetton, David Richards claque la porte fin 1998, pour être remplacé à la tête de l'équipe par Rocco Benetton, l'un des fils de Luciano Benetton. Les espoirs de 1999 portés par le nouveau directeur, la nouvelle soufflerie ultra-moderne et un système de freinage novateur (FTT), sont pourtant rapidement anéantis, et Benetton enregistre son plus mauvais résultat final depuis 10 ans.

2000-2001 : rachat par Renault

Début 2000, alors que Benetton semble devenue incapable de retrouver son lustre d'antan et de rivaliser avec les puissants constructeurs qui dominent la F1, l'écurie est rachetée par le constructeur français Renault. Ce rachat entraîne le retour de Flavio Briatore à la direction de l'écurie. En 2001, soit un an après le rachat, l'équipe continue à être baptisée Benetton (on note toutefois le retour du nom Renault en tant que motoriste, avec un moteur V10 (Un V10 est un moteur dans une configuration en V qui a 10 cylindres.) inédit, à angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts apparentés.) très large), pour ce qui est en réalité une saison de rôdage. Début 2002, le nom Benetton disparait définitivement, et l'écurie est alors officiellement rebaptisée Renault F1 Team.

Résultats en championnat du monde

Année Directeur sportif Châssis (Un châssis est un cadre rigide ou mobile fait d'une matière résistante, destiné à entourer ou supporter quelque chose.) Moteur Pneus GP disputés Pilotes qualifiés Points inscrits Classement
1986 Peter Collins B 186 BMW 4 en ligne turbo Pirelli 16 Gerhard Berger
Teo Fabi
19 6e
1987 Peter Collins B 187 Cosworth V8 Goodyear 16 Teo Fabi
Thierry Boutsen
28 5e
1988 Peter Collins B 188 Cosworth V8 Goodyear 16 Thierry Boutsen
Alessandro Nannini
39 3e
1989 Peter Collins B 189 Cosworth V8 Goodyear 16 Alessandro Nannini
Johnny Herbert
Emanuele Pirro
39 4e
1990 Flavio Briatore B 190 Cosworth V8 Goodyear 16 Nelson Piquet
Alessandro Nannini
Roberto Moreno
71 3e
1991 Flavio Briatore B 191 Cosworth V8 Pirelli 16 Nelson Piquet
Roberto Moreno
Michael Schumacher
38,5 4e
1992 Flavio Briatore B 192 Cosworth V8 Goodyear 16 Michael Schumacher
Martin Brundle
91 3e
1993 Flavio Briatore B 193 Cosworth V8 Goodyear 16 Michael Schumacher
Riccardo Patrese
72 3e
1994 Flavio Briatore B 194 Cosworth V8 Goodyear 16 Michael Schumacher
Jos Verstappen
JJ Lehto
Johnny Herbert
103 2e
1995 Flavio Briatore B 195 Renault V10 Goodyear 17 Michael Schumacher
Johnny Herbert
137 Champion
1996 Flavio Briatore B 196 Renault V10 Goodyear 16 Gerhard Berger
Jean Alesi (Jean Alesi, né Giovanni Alesi le 11 juin 1964 à Avignon, Vaucluse, France de parents siciliens, est un pilote de course français.)
68 3e
1997 Flavio Briatore B 197 Renault V10 Goodyear 17 Gerhard Berger
Jean Alesi
Alexander Wurz
67 3e
1998 David Richards B 198 Mecachrome V10 Bridgestone 16 Giancarlo Fisichella (Giancarlo Fisichella est un pilote automobile Italien né le 14 janvier 1973 à Rome, Italie. Il dispute le championnat du monde de Formule 1 depuis 1996.)
Alexander Wurz
33 5e
1999 Rocco Benetton B 199 Supertec V10 Bridgestone 16 Giancarlo Fisichella
Alexander Wurz
16 6e
2000 Flavio Briatore B 200 Supertec V10 Bridgestone 17 Giancarlo Fisichella
Alexander Wurz
20 4e
2001 Flavio Briatore B 201 Renault V10 Michelin 17 Giancarlo Fisichella
Jenson Button
10 7
Page générée en 0.300 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique