Great Eastern
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Great Eastern
SS Great Eastern peu avant son lancement en 1858SS Great Eastern peu avant son lancement en 1858
Noms : Leviathan
Type : Paquebot
Histoire
Quille posée : 1er mai 1854
Lancement : 31 janvier 1858
En service : 17 juin 1860
Statut : Démoli en 1889 - 1890
Caractéristiques techniques
Longueur : 211 m
Maître-bau : 25 m
Déplacement : 32 000 t
Tonnage : 18 915 tjb
Propulsion : 4 machines à vapeur () pour les roues à aubes, 1 moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) pour l'hélice ; six mâts, 1 686 m² de voile
Puissance : 6 MW
Autres caractéristiques
Passagers : 4000
Équipage : 418
Chantier : Messrs Scott, Russel & Co. of Millwall, Londres
Armateur : Great Eastern (Le Great Eastern fut un bateau imaginé par Isambard Kingdom Brunel. Il fut le plus grand navire jamais construit à son époque, avec une capacité d'embarquement de 4 000 passagers sans qu'il...) Ship Company

Le Great Eastern fut un bateau (Un bateau est une construction humaine capable de flotter sur l'eau et de s'y déplacer, dirigé ou non par ses occupants. Il répond aux besoins du transport maritime ou fluvial,...) imaginé par Isambard Kingdom Brunel. Il fut le plus grand navire (Un navire est un bateau destiné à la navigation maritime, c'est-à-dire prévu pour naviguer au-delà de la limite où cessent de s'appliquer les...) jamais construit à son époque, avec une capacité d'embarquement de 4 000 passagers sans qu'il soit nécessaire de le réapprovisionner entre la Grande-Bretagne (La Grande-Bretagne (en anglais Great Britain) est une île bordant la côte nord-ouest de l'Europe continentale. Elle représente la...) et la côte est des États-Unis. Il fut le premier paquebot (Un paquebot est un navire spécialisé dans le transport de passagers. Le nom vient de l'anglais « packet-boat », désignant les navires transportant du...) géant.

Le navire fut construit en partenariat avec l'un des principaux constructeurs de son temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), John Scott Russell, sur les bords de la Tamise (La Tamise (en anglais River Thames) est un fleuve traversant l'Angleterre méridionale et reliant Londres à la mer du Nord.), dans les chantiers navals de Millwall, situés en aval du "London bridge" à Londres . Russell était cependant en grandes difficultés financières, ce que ne savait pas Brunel, et qui occasionnerait de nombreux retards. Ce fut le dernier grand projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande...) de Brunel, qui eut un malaise sur le pont (Un pont est une construction qui permet de franchir une dépression ou un obstacle (cours d'eau, voie de communication, vallée, etc.) en passant par-dessus cette séparation. Le franchissement supporte le passage d'hommes et de...) du navire et mourut quelques jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...) plus tard.

Le Great Eastern à Hearts Content, juillet 1866
Le Great Eastern à Hearts Content, juillet 1866

Le navire fut lancé en 1858, après de nombreuses difficultés techniques (après un premier lancement raté, il fut remis à l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) 3 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) plus tard). Il mesurait 211 mètres (692 pieds) de long, 25 mètres (83 pieds) de large, 18 mètres (60 pieds) de haut. Le tirant d'eau était de 6,1 mètres (20 pieds) à lège et 9,1 mètres (30 pieds) à pleine charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.), pour un poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage...) de 32 000 tonnes. En comparaison, le Persia, lancé en 1856, mesurait 119 mètres (390 pieds) de long et 14 mètres (45 pieds) de large.

La coque fut entièrement construite en tôle d'acier (L’acier est un alliage métallique utilisé dans les domaines de la construction métallique (voir aussi l’article sur la théorie du soudage de l’acier) et de la construction...) de 19 mm, avec une double coque. À l'intérieur, le navire était divisé en deux compartiments de 107 mètres (350 pieds) de long et de 18 mètres (60 pieds) de haut, différentes cloisons les divisant alors en 19 compartiments plus petits. La propulsion (La propulsion est le principe qui permet à un corps de se mouvoir dans son espace environnant. Elle fait appel à un propulseur qui transforme en force motrice l'énergie fournie...) se faisait par roue à aubes (La roue à aubes est une roue de construction particulière, munie de pales, permettant de créer ou de restituer un mouvement rotatif d'axe au départ d'un mouvement linéaire de fluide. Initialement simples et de construction...) (17 mètres de diamètre) et par hélice (Hélice est issu d'un mot grec helix signifiant « spirale ». Un objet en forme d'hélice est dit hélicoïdal.) (7,3 mètres de diamètre). Quatre moteurs à vapeur actionnaient les roues à aubes, et un autre l'hélice. La puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) totale était estimée à 8,000 hp (6 MW).

Fin 1858, afin d'éviter une banqueroute causée par les coûts de construction et le surcoût du lancement raté, la Eastern Steam Navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :) Company, propriétaire du Great Eastern le revend à la Great Ship Company pour la somme de £160,000. La Great Ship Company décide d'exploiter le navire sur l'Atlantique Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) et espère transporter entre 4000 et 5000 personnes à chaque traversée. Le 17 juin 1860 le Great Eastern appareille de Southampton en direction de New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des États-Unis, elle compte a elle seule 8 143 200...). Il ne transporte que 43 passagers dont 8 invités. Au retour, seul 200 billets ont été vendus. Le navire roule affreusement et supporte mal le gros temps ce qui rend la traversée très inconfortable. Le Great Eastern ne fera que 12 voyages en 4 ans, sans jamais faire le plein de passagers et ponctués de nombreux incidents et accidents qui coûteront cher à la Great Ship Company. Finalement la compagnie est mise ne faillite en 1863 et le navire est désarmé.

Le Great Eastern est alors vendu pour £25,000 (son coût de construction avait été de £500 000), et utilisé comme câblier (Un câblier est un navire spécialisé dans la pose, le relevage et l'entretien des câbles de télécomunications sous-marins.). Il fut notamment utilisé en 1865 pour poser les 4 200 km (2 600 miles) du câble télégraphique transatlantique, ainsi qu'à diverses autres poses de câbles jusqu'à son démantellement en 1889. Une légende dit que les dépouilles de deux ouvriers furent découvertes ; ils auraient été enfermés vivants dans la double coque 30 ans plus tôt.

Ce navire inspira à Jules Verne (Jules Verne, né le 8 février 1828 à Nantes et mort le 24 mars 1905 à Amiens, est un écrivain français, dont une grande partie de l'œuvre est consacrée à des romans...), qui avait effectué à son bord une traversée de l'Atlantique, son roman "Une ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les...) flottante", et à Victor Hugo un passage de la La Légende des Siècles[1]

Notes et références

  1. [...] Le dernier siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut être l'âge...) a vu sur la Tamise
    Croître un monstre à qui l'eau sans bornes fut promise,
    Et qui longtemps, Babel des mers, eut Londre (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville d'Angleterre et du Royaume-Uni. Fondée il y a plus de 2 000 ans par les Romains, la ville est aujourd'hui devenue un centre culturel, commercial et...) entier
    Levant les yeux dans l'ombre (Une ombre est une zone sombre créée par l'interposition d'un objet opaque (ou seulement partiellement opaque) entre une source de lumière et la surface sur laquelle se réfléchit cette...) au pied de son chantier.
    Effroyable, à sept mâts mêlant cinq cheminées
    Qui hennissaient au choc (Dès que deux entitées interagissent de manière violente, on dit qu'il y a choc, que ce soit de civilisation ou de particules de hautes énergies.) des vagues effrénées,
    Emportant, dans le bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son. C'est-à-dire vibration de l'air pouvant donner lieu à la création d'une sensation auditive.) des aquilons sifflants,
    Dix mille hommes, fourmis éparses dans ses flancs,
    Ce Titan (Cliquez sur l'image pour une description) se rua, joyeux, dans la tempête ;
    Du dôme () de Saint-Paul son mât (Le mât est un espar vertical (mis à part le beaupré) servant à soutenir les voiles sur un bateau à voiles. De manière générale, c'est un pylône vertical.) passait le faîte ;
    Le sombre esprit humain, debout sur son tillac,
    Stupéfiait la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) qui n'était plus qu'un lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant pour...) [...]

    (Victor Hugo, La Légende des Siècles, Tome II, Vingtième siècle, Pleine mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.))
Page générée en 0.221 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique