Accident ferroviaire de Zoufftgen
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Localisation de l'accident
Localisation de l'accident

L'accident ferroviaire de Zoufftgen s'est produit le 11 octobre 2006, vers 11 h 45 à Zoufftgen en Moselle, à une vingtaine de mètres de la frontière entre le Luxembourg et la France. Il s'agit d'une collision (Une collision est un choc direct entre deux objets. Un tel impact transmet une partie de l'énergie et de l'impulsion de l'un des corps au second.) frontale entre deux trains qui a fait six morts et un blessé grave.

Au moment de la collision, la partie arrière du train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes)...) régional était encore sur le territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par d'autres sciences humaines. Dans...) luxembourgeois, ce qui confère une dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c'est une pièce de...) internationale à l'accident.

Circonstances

Un train de voyageurs (Un train de voyageurs est un mode de transport en commun de grande capacité.) constitué d'une rame à deux niveaux de la Société nationale des chemins de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau...) luxembourgeois (CFL), assurant la liaison Métrolor () (Train express (Express est un langage informatique servant à spécificier formellement des données. Il a fait l'objet d'une normalisation (ISO 10303-11).) régional Lorraine) Luxembourg-Nancy et un train de marchandises de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) composé de 22 wagons et faisant le trajet Bâle - Thionville - Bettembourg sont entrés en collision frontale.[1], Ce type d'accident, appelé " nez-à-nez " dans le jargon ferroviaire, est relativement rare et souvent meurtrier. L'un des nez-à-nez les plus meurtriers en France fut l'accident de Flaujac, le 3 août 1985, qui fit 35 morts et 120 blessés. Le dernier de l'espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept flou dont il...) est l'accident survenu sur la ligne de Tende (La ligne de Tende est une ligne de chemin de fer internationale à écartement standard et à voie unique qui franchit la crête des Alpes maritimes entre l'Italie et la France par un tunnel de plus de 8 km de long sous le col de...) le 27 janvier 2003 où la collision d'un train italien et d'un train français causa la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les organismes...) des deux conducteurs.

L'accident s'est produit entre les gares-frontière de Thionville (France) et Bettembourg (Luxembourg), près de la localité (Une localité est une agglomération habitée de taille indéterminée, en général peu importante, qui peut éventuellement être le chef-lieu d'une circonscription...) lorraine de Zoufftgen sur une section de ligne à double voie exploitée temporairement en voie unique en raison de travaux qui avaient nécessité la neutralisation de l'autre voie. Cette ligne, électrifiée en courant alternatif (Le courant alternatif (qui peut être abrégé par CA, ou AC, pour Alternating Current en anglais, étant cependant souvent utilisé) est un courant électrique qui change de sens.) 25 kV 50 Hz, est équipée, entre Thionville et Bettembourg, du bloc automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la modélisation, de l'analyse, de la commande et, de la régulation des...) lumineux et d'une installation permanente de contre-sens (Dans le vocabulaire ferroviaire français, une installation permanente de contre-sens (IPCS) est un dispositif technique qui permet la circulation en sens inverse des trains sur l'une des voies d'un tronçon à double voie. Elle...) (IPCS) qui permet de faire circuler les trains sur l'une ou l'autre voie, la signalisation et les enclenchements étant prédisposés à cet effet. Le matériel roulant est équipé de systèmes de sécurité, contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) de vitesse (On distingue :) par balises (KVB) côté SNCF (La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est l'une des principales entreprises publiques françaises. Elle exerce une double activité :) et KVB ainsi que Memor II+ côté CFL, qui en particulier déclenchent l'arrêt du train en cas de franchissement d'un signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des formes particulières. Les signaux lumineux sont employés depuis...) fermé. L'accident s'est produit dans une section en courbe (En géométrie, le mot courbe, ou ligne courbe désigne certains sous-ensembles du plan, de l'espace usuels. Par exemple, les droites, les segments, les lignes polygonales et les cercles...) traversant une forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et d'espèces associées....), limitant la visibilité (En météorologie, la visibilité est la distance à laquelle il est possible de distinguer clairement un objet, quelle que soit l'heure. On peut mesurer la visibilité horizontale et verticale, souvent...). La vitesse limite des trains était de 140 et 100 km/h.

Secours

La préfecture de Moselle a déclenché (Un déclenché (ou tonneau déclenché) est une figure de voltige aérienne.) un plan d'urgence (niveau blanc) pour organiser les secours. Une centaine de sauveteurs français et luxembourgeois se rendirent sur place.

On compte :

  • une centaine de militaires de la gendarmerie,
  • cent-cinquante sapeurs-pompiers français et luxembourgeois,
  • cinquante véhicules de secours,
  • sept équipes de désincarcération françaises et luxembourgeoises.

Le plan rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) a été levé deux jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...) après l'accident peu après la désincarcération de la sixième et dernière victime.

Bilan

D'après le bilan provisoire validé par la préfecture de Moselle ainsi que par les autorités luxembourgeoises, cet accident a entraîné :

  • six décès, deux luxembourgeois et quatre français dont les conducteurs et un agent travaillant sur le chantier de la voie contigue
  • un blessé grave (français), évacué vers le Luxembourg,
  • quinze blessés légers ou choqués évacués à Thionville et vers le Luxembourg[2]

Enquêtes

L'accident s'étant déroulé à la fois au Luxembourg et en France, l'enquête judiciaire a été ouverte par les parquets de Thionville et de Luxembourg. Parallèlement d'autres enquêtes ont été engagées, en France, par la SNCF et par le Bureau d'enquêtes et d'analyses transports-terrestres (BEA-TT) du ministère des Transports (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.), au Luxembourg, par les CFL et par l'Entité d'Enquête d'Accidents et d'Incidents de concert avec le BEA-TT.

Analyses

Le conducteur luxembourgeois du TER 837 617 a reçu un ordre de franchissement d'un signal d'arrêt, (rouge) pour s'engager sur la zone déjà occupée par le train de fret (Le transport de marchandises est une activité économique réglementée, à la fois par chaque pays et au niveau international.) n° 45 938 tracté par la locomotive (Une locomotive est un engin moteur, c'est-à-dire se déplaçant par ses propres moyens, utilisé par le transport ferroviaire pour fournir l'énergie de traction à un train. Le plus souvent, la locomotive se trouve à l'avant du...) BB 37007 du dépôt de Thionville, lequel s'est engagé régulièrement sur cette voie en franchissant un signal ouvert (vert).

L'accident est dû à une erreur humaine d'aiguillage (Dans le monde des chemins de fer, pour faire passer un train d'une voie vers une autre, on utilise des aiguilles.) du côté luxembourgeois.

Les Chemins de fer luxembourgeois (CFL) admettent que le train de voyageurs à deux niveaux (TER 2N NG) reliant Luxembourg à Nancy a franchi un carré (Un carré est un polygone régulier à quatre côtés. Cela signifie que ses quatre côtés ont la même longueur et ses quatre angles la même mesure. Un carré est à la fois un...) fermé et ce, sur l'autorisation du chef du poste d'aiguillage de Bettembourg. Ce dernier n'a pas accompli la procédure dans son intégralité et ne s'est pas renseigné au poste de Thionville si la voie était libre, ne songeant probablement pas à la possibilité d'un éventuel retard d'un autre train (en l'occurrence, celui du train de fret). L'autorisation du poste de Bettembourg permit alors au TER de s'engager sur la voie signalée par un feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) rouge où circulait déjà le train de fret dans le sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du ralentissement du...) opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à ajouté à n donne zéro. En botanique, les organes d'une plante sont dits opposés lorsqu'ils sont insérés au même...)[3].

Ayant pris conscience de son erreur le chef de poste de Bettembourg a déclenché une alerte par Radio sol train (RST), qui n'a pas été reçue par le conducteur du train de voyageurs. Il a alors voulu couper le courant sur la ligne, mais ce n'était plus possible en raison des alimentations électriques différentes des deux pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de...), de plus le convoi ( Un convoi est un ensemble de véhicules terrestres ou maritimes, généralement non attelés, circulant ensemble vers une destination commune ; un convoi funèbre est le cortège formé par le corbillard suivi des proches du défunt...) luxembourgeois était déjà passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps...) éventuellement sous alimentation française, et donc hors de sa portée.

Analyse des photos publiées dans la presse

Les matériels roulants sont très récents (2004) et la structure des caisses (carcasse des véhicules) a fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné...) d'études de résistance aux chocs avec des zones de déformation contrôlée qui, malgré un chevauchement (passage de la locomotive BB 37007 au dessus de l'automotrice CFL), ont pu montrer quelques avancées.

La locomotive BB 37007 a une cabine (Sur un bateau, une cabine désigne une pièce d'habitation pour une ou plusieurs personnes. Une cabine peut prendre plusieurs aspects : sur un grand navire, elle prend l'apparence d'un chambre d'hôtel pour les passagers et d'une chambre...) qui s'est écrasée devant la violence du choc (Dès que deux entitées interagissent de manière violente, on dit qu'il y a choc, que ce soit de civilisation ou de particules de hautes énergies.), mais le reste de la structure en arrière est resté " cohérent ". La zone de déformation progressive a été compressée. Le conducteur, resté dans la cabine, n'avait donc aucune chance de s'en sortir. Les wagons qui suivaient la locomotive sont partis à droite dans le sens de la marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur...) du train suite à la rupture des attelages.

La motrice de tête de l'automotrice CFL, construite sur les mêmes chaines d'assemblages que les TER de la SNCF, a eu sa cabine écrasée par la violence du choc et a été décapitée par le chevauchement de la locomotive ; par contre la remorque (Une remorque est un véhicule (généralement dépourvu de moteur) que l'on attelle à un autre véhicule, dit tracteur, pour le déplacer et dont la particularité est qu'elle repose sur un ou...) intermédiaire et la motrice de queue sont restées en ligne, car les extrémités intermédiaires de chacune des caisses disposent de structures anti-chevauchement qui " accrochent " les caisses entre-elles en cas de choc. C'est grâce à ces structures qu'il y a pu y avoir des survivants.

Page générée en 0.138 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique