Accidents de TGV
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Les accidents de TGV sont des événements impliquant des rames TGV qui ont des conséquences dommageables, telles que blessures de personnes ou dommages au matériel, ou déraillements. La grande vitesse ferroviaire est un des modes de tranport les plus sûrs. Les chiffres de sécurité du système TGV (Le TGV est une rame automotrice électrique d'origine française apte à circuler à des vitesses supérieures à 320 km/h en exploitation, mise au point par la SNCF et construite par la division transports de la société Alstom...) sont exceptionnels. Aucune mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles)....) liée à l'exploitation à grande vitesse (On distingue :) n'est à déplorer depuis le démarrage du service en 1981. Aujourd'hui, les TGV cumulent un trafic de l'ordre de 10 millions de voyageurs-kilomètres par an seulement sur lignes à grande vitesse.

Il convient de distinguer deux situations :

  • exploitation sur ligne à grande vitesse (Une ligne à grande vitesse, ou LGV, est une ligne ferroviaire construite spécialement pour permettre la circulation de trains à grande vitesse (initialement au-dessus de 200 km/h, aujourd'hui à partir de 250 km/h). La première ligne de ce...) (LGV),
  • exploitation sur ligne classique, au trafic mélangé.

En réalité, la première ne représente que 25 % environ des trains-kilomètres réalisés par les TGV. Il est important de garder à l'esprit cette distinction en examinant la liste ci-dessous. La plupart des incidents les plus graves se sont produits sur ligne classique, là où les TGV sont exposés aux mêmes causes de risques externes que les autres trains. En d'autres termes, l'exploitation à grande vitesse n'a jamais été par elle-même un facteur d'accident fatal dans l'histoire du TGV.

A propos des résumés d'accidents

Les listes ci-dessous ne sont pas exhaustives. Les incidents et accidents les plus importants sont décrits, mais il y en eut d'autres :

(liste arrêtée au 5 janvier 2001)

sur lignes à grande vitesse

  • un cas de perte d'un élément de carénage due à un défaut d'entretien, qui provoqua le bris d'un vitrage blessant un voyageur,
  • au moins cinq chocs avec des animaux sur les voies,
  • au moins deux incendies, l'un dans un compartiment à bagages et l'autre sur une motrice,
  • au moins deux incidents d'ouverture de portes en marche (La marche (le pléonasme marche à pied est également souvent utilisé) est un mode de locomotion naturel. Il consiste en un déplacement en appui alternatif sur les...),
  • un cas d'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une...) en béton (Le béton est un matériau de construction composite fabriqué à partir de granulats naturels (sable, gravillons) ou artificiels...) posé sur la voie,
  • un cas d'attentat raté par une bombe posée sur la voie.

sur lignes classiques

  • un voyageur tué en tentant de monter à bord d'un train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de plusieurs wagons (pour transporter...) en marche,
  • un conducteur tué en tentant de monter à bord d'un train en marche,
  • un voyageur blessé sur un quai par un amortisseur (Un amortisseur est un système destiné à limiter voire supprimer les oscillations d'un objet ou à isoler un objet de vibrations par dissipation d'énergie. Les vibrations...) cassé,
  • un tripode de transmission cassé,
  • une collision (Une collision est un choc direct entre deux objets. Un tel impact transmet une partie de l'énergie et de l'impulsion de l'un des corps au second.) due à une erreur d'aiguillage (Dans le monde des chemins de fer, pour faire passer un train d'une voie vers une autre, on utilise des aiguilles.),
  • un incendie volontaire sur une rame vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.) garée,
  • deux cas de collisions à faible vitesse avec des obstacles fixes par suite de l'oubli du frein (Un frein est un système permettant de ralentir, voire d'immobiliser, les pièces en mouvement d'une machine ou un véhicule en cours de déplacement.) d'immobilisation.

Incidents graves

à compléter

  • 31 décembre 1983 : attentat à la bombe

Une bombe avait été placée dans le compartiment à bagages à l'entrée d'une remorque (Une remorque est un véhicule (généralement dépourvu de moteur) que l'on attelle à un autre véhicule, dit tracteur, pour le déplacer...) dans une rame TGV Sud-Est (Les TGV Sud-Est sont des rames automotrices électriques de la SNCF, aptes à 270 ou 300 km/h (seules les rames TGV Lyria et Bourgogne sont limitées à 270 km/h),...) assurant un service Marseille - Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les...). Elle explosa près de Tain-l'Hermitage au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de Lyon dans la vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme allongée et façonnée dans le relief par un cours d'eau (vallée fluviale) ou un glacier (vallée glaciaire). Un...) du Rhône (Le Rhône est un fleuve d'Europe. Long de 812 kilomètres, il prend sa source, dans le glacier du Rhône, à Gletsch, en Suisse, à l'extrémité est du canton du Valais, dans les Alpes...), pratiquement en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) qu'une autre bombe placée dans une consigne à bagages dans la gare (Une gare est d'ordinaire un lieu d'arrêt des trains. Une gare comprend diverses installations qui ont une double fonction :) de Marseille-Saint-Charles. Ces deux attentats, œuvre du terroriste Ilich Ramírez Sánchez (connu sous le nom de Carlos), firent cinq morts et cinquante blessés.

Page générée en 0.134 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique