Rhône
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Rhône
Le Rhône à Lyon sous le pont Wilson
Carte du bassin du Rhône.
Caractéristiques
Longueur 812 km
Bassin 95 500 km2
Débit (Un débit permet de mesurer le flux d'une quantité relative à une unité de temps au travers d'une surface quelconque.) moyen 1 700 m3⋅s-1 (Beaucaire) Moyenne 1920-2005.
Cours
Source Gletsch, Glacier (Un glacier est une masse de glace plus ou moins étendue qui se forme par le tassement de couches de neige accumulées. Écrasée sous son propre poids, la...) du Rhône (Le Rhône est un fleuve d'Europe. Long de 812 kilomètres, il prend sa source, dans le glacier du Rhône, à Gletsch, en Suisse, à l'extrémité est du...)
 · Localisation Canton du Valais, Suisse
 · Altitude 2 250 m
 · Coordonnées 46° 36′ 07″ N 8° 22′ 34″ E / 46.602, 8.37616667
Embouchure Mer Méditerranée (Méditerranée signifie entre les terres. La mer Méditerranée est une mer intracontinentale presque fermée située entre l'Europe, l'Afrique et l'Asie et qui...)
 · Localisation France
 · Altitude 0 m
 · Coordonnées 43°19′54″N 4°50′55″E / 43.33167, 4.84861
Géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η γη" (hê gê) la Terre et "γραφειν"...)
Principaux affluents
 · Rive gauche Arve (L'Arve est une rivière des Alpes qui prend sa source dans le massif du Mont-Blanc. Son nom vient d'un ancien Aturaua (cf. Adour). C'est un affluent du Rhône.), Isère, Durance
 · Rive droite Ain, Saône
Pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la...) traversés Suisse Suisse, France France
Principales villes Genève, Lyon, Valence, Avignon, Arles

Le Rhône est un fleuve (En hydrographie francophone, un fleuve est un cours d'eau qui se jette dans la mer ou dans l'océan – ou, exceptionnellement, dans un désert, comme pour l'Okavango. Il se distingue d'une rivière, qui se jette dans un...) d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme...). Long de 812 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en...), il prend sa source, dans le glacier du Rhône, à Gletsch, en Suisse, à l'extrémité est du canton du Valais, dans les Alpes uranaises.
Il parcourt 290 km dans ce pays, puis peu après son passage à Genève, il entre en France où il parcourt 522 km ou 545 km, selon le SANDRE. Il finit son cours dans le delta de Camargue (La Camargue (Camarga ou Camargo [kaˈmaʀgɔ] en occitan provençal) est une zone humide paralique formée par le delta du Rhône.) pour se jeter dans la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) Méditerranée. Il alimente au passage le lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant pour...) Léman.

Le Rhône a le second débit de tous les fleuves s'écoulant en Méditerranée, après le Nil. Se jetant dans une mer sans marée (La marée est le mouvement montant (flux ou flot) puis descendant (reflux ou jusant) des eaux des mers et des océans causé par l'effet conjugué des forces de gravitation de la Lune et du Soleil.), le fleuve a formé un delta avec des bras qui se sont déplacés globalement d'ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant...) en est au cours de la période historique. Désormais endigué, son delta est figé hormis lors de crues exceptionnelles comme par exemple en 1993, 1994 et 2003.

Il est parfois identifié à l'Éridan qui est le nom d'un dieu fleuve de la mythologie grecque, fils d'Océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau salée. En fait, il s'agit plutôt d'un volume, dont l'eau est en permanence renouvelée par des courants...) et de Thétys.

Sémiologie

L’origine et la signification du nom de ce fleuve sont encore sujettes à discussion. D'après l'hypothèse celtique Rhodanus ou Rodanus viendrait de Rhôdan, qui signifie « tourner vivement » ; mais la forme de ce nom paraît plus grecque que celtique, et Pline l'Ancien dans son Histoire naturelle estimait que le Rhône tire son nom de Rhoda ou Rhodanusia, colonie de Rhodiens bâtie jadis à l’une de ses embouchures, aux environs d’Aigues-Mortes.

Hydrologie

Régime

Le régime hydraulique (L'hydraulique désigne la branche de la physique qui étudie les liquides. En tant que telle, les champs d'investigation qu'elle propose regroupent plusieurs domaines :) du Rhône est caractérisé par des maxima automnaux liés aux pluies méditerranéennes, et printaniers en raison de la fonte des glaces. L'hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) présente souvent des débits soutenus mais moins marqués et le régime hydraulique minimum est estival.

Longtemps qualifié de « fleuve fantasque », en raison de ses crues puissantes (plus de 11 000 m3/s à l’aval), il est d’usage de parler aujourd’hui de « fleuve dompté » depuis l’aménagement, sur sa partie française, par la CNR. En amont, sur sa partie suisse, il a subi de nombreux aménagements. Les crues de 1993-1994 et de 2002-2003 ont montré, que l’aménagement hydroélectrique ne gère que les débits ordinaires, mais n’empêche en aucun cas la formation de grandes crues similaires à celles du XIXe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut être...).

Le Rhône se caractérise par la diversité de son bassin versant :

  • apports alpins soutenus entre mai et juillet (fonte des neiges et des glaciers)
  • apports océaniques d’hiver, à crues lentes (Saône)
  • apports méditerranéens et cévennols à crues violentes d’automne et étiages sévères d’été.

Il en résulte un régime hydrologique très complexe, et une très grande diversité dans la formation des crues et leur déroulement. On distingue les types de crue suivants :

  • les crues océaniques, dans lesquelles la Saône joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et...) un rôle prépondérant
  • les crues méditerranéennes extensives (janvier 1994), avec une forte contribution des affluents méditerranéens de rive gauche (Durance, notamment)
  • les crues cévennoles (septembre 2002) avec un rôle prépondérant des affluents méditerranéens de rive droite (Ardèche, Cèze, Gardon)
  • les crues généralisées (type 1856) qui sont les plus dommageables.

Le débit moyen interannuel du fleuve relevé à Beaucaire est de 1 700 m3/s (données 1920-2005).

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Beaucaire (période 1920-2005)

Source : Le Rhône à Beaucaire

On considère que le Rhône est en crue dès que son débit dépasse les 5 000 m3/s.
Le record récent mesuré date de décembre 2003 avec un débit annoncé initialement à 13 000 m3/s à Beaucaire. Le débit a été depuis révisé à 11 500 m3/s + ou - 5%. Voir aussi CNR et mairie d'Arles.

Les services de l'État, pour l'évaluation du risque d'inondation (Le terme inondation fait traditionnellement référence au débordement d'un cours d'eau qui submerge les terrains voisins. Il doit évidemment être étendu aux débordements des ouvrages artificiels tels que les...) (élaboration des Plans de Prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter qu'une situation (sociale, environnementale, économique..) ne se dégrade, ou qu'un accident, une épidémie ou une...) des Risques d'Inondation, PPRI), retiennent comme crue de référence la crue de 1856, estimée à 12 500 m3/s à Beaucaire : elle serait ainsi un peu plus forte que la crue de 2003.

La plus grosse crue historique est probablement celle survenue en novembre 1548, voire celle de 580. La crue millénaire (Un millénaire est une période de mille années, c'est-à-dire de dix siècles.), quant à elle, est estimée à plus de 14 000 m3/s (entre 14 000 et 16 000 m3/s, selon les auteurs, avec un consensus plus marqué pour 14 000-14 500 m3/s). Le Rhône est celui des cinq grands fleuves français dont le débit est le plus élevé.

Principales crues historiques

Vers 175 av. J.-C., une importante crue du fleuve recouvre une large partie d'Arles et provoque la destruction irrémédiable des quartiers sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.). Ces quartiers périphériques méridionaux sont par la suite abandonnés pendant deux siècles. Vers 150, on a la trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le champ magnétique à petite échelle du Soleil et la géométrie du plasma...) d'une importante crue à Arles. Vers 280, des sources historiques indiquent une crue importante à Lyon, ravagée par une inondation. L'archéologie confirme à Arles la destruction par les eaux d'un habitat romain à la fin du IIIe siècle. 346 voit une crue généralisée du Rhône.

En 563, un éboulement situé dans la région de Saint-Maurice à proximité du Grammont forme un barrage (Un barrage est un ouvrage d'art construit en travers d'un cours d'eau et destiné à réguler l'écoulement naturel de l'eau pour permettre l'écoulement recherché.) sur le Rhône avec montée des eaux en amont. La rupture du barrage provoque une vague (Une vague est un mouvement oscillatoire de la surface d'un océan, d'une mer ou d'un lac. Les vagues sont générées par le vent et ont une amplitude crête-à-crête allant de quelques centimètres à 34 m (112 pieds), la plus haute vague...) d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) qui créa des dégâts importants en aval y compris sur les berges du Léman. Cet événement appelé catastrophe du fort de l’Ecluse ou éboulement de Tauredunum est signalé par Grégoire de Tours et Marius d'Avenches. En 579 ou 580 (plus probablement en 580), a lieu une crue d'automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et l'hiver.) avec inondation à Lyon et à Arles. À Lyon, Grégoire de Tours rapporte : « au commencement d'octobre, après deux jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du...) de pluies continuelles, le Rhône et la Saône entrèrent en crue. Chose qui ne s'était jamais produite, les deux rivières vinrent se rejoindre au milieu de la presqu'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif...) et formèrent un courant si violent qu'une partie des murs de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m...) fut renversée, d'où l'on peut juger du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de maisons qui durent être entraînées par les eaux. » A Arles, le cirque romain est abandonné après cette catastrophe.

L'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) 618 voit une crue probable avec des inondations.

En 808, une crue de printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées, précédant...) fait écrire « Cette année, l'hiver fut très « mou » et très pernicieux. On fut affligé à sa suite d'inondations terribles » et est suivie, l'année suivante, d'une crue d'hiver généralisée : « En 809, l'inondation surpassa toutes les inondations connues. Elle emporta les moissons des champs riverains et força les habitants des bords de rivières à chercher un refuge sur les hauteurs. L'abondance des pluies en fut la cause. Elle atteignit son apogée (Un apogée (du grec apogeios : loin de la terre ; apo : loin + gê : Terre), dans les domaines de l'astronomie et de l'astronautique, est le point extrême de l'orbite elliptique d'un astre ou...) le 28 décembre. » Lors de l'hiver 821-822, des crues généralisées affectent la France : « Il y eut en France une si grande abondance de pluie (La pluie désigne généralement une précipitation d'eau à l'état liquide tombant de nuages vers le sol. Il s'agit d'un hydrométéore météorologique qui...) que les fruits de la terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse...) en furent perdus et qu'on ne put rien semer au printemps suivant. Les rivières sortirent de leur lit et les eaux se répandirent au loin dans les campagnes. » 868 voit une crue historique généralisée des fleuves à la suite de « pluies incessantes ».

En 1226, la crue d'automne (17 septembre) et des inondations à Avignon ont lieu peu de jours après la reddition de la ville aux troupes du roi Louis VIII qui assiégeaient la cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes sédentarisés libres (pouvant avoir des esclaves), constituant une...) depuis 10 juin. À quelques jours près, la cité eût été sauvée.

XIVe siècle

En 1308, une lettre du comte de Provence Charles II évoque les cultures détruites, les ponts emportés et les bestiaux noyés à la suite d'une crue. 1345 voit des inondations catastrophiques. À Arles, à la suite des inondations de 1352, le Chapître ne peut plus être ravitaillé correctement (d'après un texte du 5 octobre 1352) Les inondations catastrophiques se répètent en 1353, 1358, 1368 ou 1373 (cette dernière crue est mal datée, probablement de 1372). La crue du 14 novembre 1396 fait écrire au chroniqueur arlésien Bertrand Boysset : « [...] il y eut un grand déluge d’eau du Rhône et des marais… et noya Montlong, La Cape, la Haute-Camargue et les marais (En géographie, un marais est un type de formation paysagère, au relief peu accidenté, où le sol est recouvert, en permanence ou par intermittence, d'une couche d'eau stagnante, en général peu...) salants de Peccais. [...] (A Arles) L’eau monta du lundi soir au mardi à l’heure de tierce, de onze palmes de hauteur… (soit environ 2m20). J’ai eu tant d’eau dans ma maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée comme un immeuble collectif.) que cela recouvrait les six premières marches de l’escalier. » Les crues d'octobre 1398, décembre 1401 et février 1404 sont aussi signalées par le chroniqueur arlésien Bertrand Boysset.

XVe siècle

À Tarascon, il est rapporté que « le 16 juin 1424, des inondations du Rhône mettent la ville en grand péril ». À la fin de cette même année 1424, le conseil et les syndics de Tarascon se préoccupent de faire réparer les brèches ouvertes dans les levées du Rhône. En Camargue, 80% au moins des blés sont anéantis par cette inondation. Une crue de printemps avec des inondations frappe la Camargue en 1426 et 1432. En 1433, une crue d'automne se produit à Avignon : « après plusieurs jours de pluies continuelles, le Rhône, la Durance et la Sorgue avaient débordé et inondé les bas quartiers de la ville. Le 29 novembre, les eaux atteignirent la porte de la chapelle (Une chapelle est un lieu de culte chrétien qui peut, selon le cas, constituer un édifice distinct ou être intégré dans un autre bâtiment.) des Pénitents Gris. Les eaux se retirèrent le 1er décembre. »

  • 1442 : crue de printemps (avril) avec de nombreux dégâts recensés dans la campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain....) arlésienne.
  • 1471 : crue d'automne décrite à Lyon et dans la région d'Avignon. Pour Lyon, un texte mentionne : « [...] remise accordée à Pierre Sales, fermier de la barre du pont du Rhône, sur le prix de son bail. Dans sa requête (Le mot requête, synonyme de demande, est employé dans les domaines suivants :) adressée au consulat Pierre Sales explique que "le passaige de ladite barre a esté de bien petite valeur" à cause de l'inondation qui eut lieu au mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) d'octobre (1471) [...] »

XVIe siècle

  • 1544 (ou 1548 ou 1554 ?) : crue d'automne (vers le 13 novembre) ; inondations généralisées au sud d'Avignon.
    • Au mois de novembre de l’an 1544, il pleut abondamment en Provence, provoquant une inondation qui fit renverser une partie des murailles de la ville d’Avignon, déterrant les corps des cimetières. Le Rhône a tellement débordé, que depuis la Durance jusqu’à la mer, toute la campagne ne fait qu’un avec elle, à tel point, nous dit Honoré Bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par laquelle la nourriture d'un animal entre dans son corps. Le mot gueule s'utilise aussi, mais avec un sens familier voire grossier lorsque...) que l’on peut se rendre par bateau (Un bateau est une construction humaine capable de flotter sur l'eau et de s'y déplacer, dirigé ou non par ses occupants. Il répond aux besoins du transport maritime ou fluvial, et permet diverses...) de Châteaurenard à Eyragues ou à Saint-Rémy.
    • Crue du 12 novembre 1548, citée par Jacques Bethemont lors d'un colloque (Avignon 1994). A cette date, la crue atteignit 8m45 à l’échelle de Saint-Bénézet (Avignon), contre 7m83 en 1856... Sur cette base, monsieur Pardé évalue à 16000 m³.s-1 le débit de la crue millénaire.
    • En Camargue vers 1550, on rapporte une défluviation du Petit-Rhône au niveau de Sylvéréal à la suite d'une grosse crue. Le tracé actuel date de cette époque.
  • 1556 : crue et inondations catastrophiques
  • 1564 : crue automnale (fin novembre - début décembre) à Arles. "Sur le chemin du retour, la caravane royale (Charles IX et sa mère Catherine de Médicis) fut immobilisée dans Arles par une crue du Rhône. Il entra, le jeudi 16, à Arles, où les eaux le retinrent pendant trois semaines. Il quitta la cité le 7 décembre..."
  • 1570 : crue et inondations catastrophiques
  • 1573 : crue et inondation historique du Rhône près d'Avignon (Caderousse)
  • 1580 : crue et inondations catastrophiques
  • 1581 : crue et inondations catastrophiques
  • 1583 : crue estivale (!). Le 24 août 1583, une crue brutale et dévastatrice entraîne l’écroulement d’une partie des remparts d’Arles
  • 1587 : crue et défleuvement du Rhône dans son delta. Une grande inondation va bouleverser le lit du Rhône de Grand Passon et créer le canal du Japon (ou Bras de Fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le...))
  • 1593 : crue du grand Rhône la veille de Pâques (mars-avril)

XVIIe siècle

  • 1602 : crue et inondations catastrophiques
  • 1614 : crue et inondation historique du Rhône près d'Avignon (Caderousse)
  • 1638 : crue signalée à Tarascon
  • 1647 : inondations (à vérifier)
  • 1651 : inondations (à vérifier)
  • 1653 : inondations (à vérifier)
  • 1657 : inondations (à vérifier)
  • 1658 : inondations (à vérifier)
  • 1674 : crue d'automne (novembre) et inondations catastrophiques
    • Inondation signalée à Avignon
    • Gros dégâts sur les travaux de dessèchement des marais entre Arles et Tarascon.
      En 1674, l'inondation fut si terrible qu'en 1683, alors qu'une autre inondation majeure se produisit, les réparations des dégâts de 1674 n'étaient pas encore achevées, ce qui entraîna nombre de procès, notamment avec la communauté de Tarascon.
  • 1678 : crue de printemps signalée le 16 avril 1678
  • 1679 : crue et inondations catastrophiques
  • 1683 : inondations
  • 1688 : inondations (à vérifier)
  • 1694 : crue d'automne (vers le 15 novembre). Le pont d'Arles est emporté le 15 novembre : « Le 15 novembre 1694, le pont d'Arles résista à une grande crue mais, par comble de malchance, celui de Tarascon ne résista pas et ses débris, emportés par le courant, vinrent heurter et briser le premier. »
  • 1698 : inondations (à vérifier)

XVIIIe siècle

Au cours du XVIIIe siècle des ouvrages d'endiguement insubmersibles furent construit, principalement par les riverains Entre 1705 et 1719, crues et inondations quasi annuelles

  • 1705 : crue d'automne (octobre) et inondations. Les eaux du Rhône détruisent entièrement les ouvrages de dessèchement autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres Erythrotriorchis, Kaupifalco,...) d'Arles.
  • 1706 : crue d'hiver (janvier) et inondations
  • 1708 : crues et inondations (hiver, printemps, les deux ?). Dans ses Mémoires, Louis Pic dit que dans l’été 1708, les inondations et les chaleurs ont provoqué des fièvres : « plus de la moitié des habitants furent attaqués, de sortes qu’elles donnèrent la mort à un grand nombre de personnes »
  • 1709 : crue de printemps après le rude hiver 1709. En mars 1709 : « en un temps que le pays (Camargue) est tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) inondé et que la plus grande partie des habitants a déserté »
  • 1711 : crue d'hiver (début février) et inondations.
    • À Lyon, le Rhône et la Saône mèlent leurs eaux sur la place Bellecour (11 février) et causent des désastres immenses.
    • Dans le delta du Rhône, cette crue provoque un changement du cours du fleuve : « en 1711, à la suite d'une crue particulièrement importante et à cause de la distraction d'un eygadier, le Rhône change une nouvelle fois de lit abandonnant le tracé du Rhône du Bras de Fer qui devient un bras secondaire qui ne tarde pas à se colmater.»
  • 1713 : crue et inondation historique du Rhône près d'Avignon (Caderousse)
  • 1715 : crue et inondations catastrophiques
  • 1719 : inondations (à vérifier)
  • 1740 : inondations (à vérifier)
  • 1747 : crue et inondations catastrophiques
  • 1748 : inondations (à vérifier)
  • 1749 : inondations (à vérifier)
  • 1754 : crue et inondations catastrophiques
  • 1755 : crue automnale (30 novembre - 1er décembre) ; la plus haute du XVIIIe siècle.
    • A Arles la cote atteint 5m88.
    • Aux Saintes-Maries-de-la-Mer, cette crue se conjugue avec un niveau élevé de la mer qui provoque la destruction du pays : "il s’agit au départ d’une grosseur du Petit-Rhône d’ampleur exceptionnelle, à la suite de fortes pluies ayant provoqué la fonte des neiges précocement tombée sur l’arrière pays montagneux. Et bientôt, par violente tempête (Une tempête est un phénomène météorologique violent à large échelle dite synoptique, avec un diamètre compris en général entre 200 à 1 000 km, caractérisé...) de sud-est (Le sud-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et est. Le sud-est est opposé au nord-ouest.) la mer menace immédiatement la ville et le terroir (Un terroir désigne une aire géographique considérée comme homogène à travers les ressources et productions qu'il est susceptible d’apporter, notamment - mais pas...), sans rencontrer de défense efficace".
  • 1760 : inondations (à vérifier)
  • 1763 : inondations (à vérifier)
  • 1765 : inondations de fin de printemps ? -
  • 1774 : crue automnale ?
  • 1786 : inondations (à vérifier)
  • 1788 : crue automnale ?
  • 1790 : crue de printemps
  • 1791 : crue de fin d'automne et inondations les 11 et 12 novembre, en particulier en Camargue.

XIXe siècle

Au cours du XIXe siècle de nouveaux ouvrages d'endiguement insubmersibles furent construit, principalement par les riverains. A partir de 1878 ces aménagement connurent un développement rapide.

  • 1801 : crue de printemps (vers le 24 mars) et inondations.
    • À Avignon, cote de 6m95
    • À Arles, cote de 5m27 ; dans cette cité, un dessin de E. Tassy, conservé dans une collection particulière, représente l’actuelle place Voltaire et le quartier de la Cavalerie inondés et couverts de barques.
  • 1810 : crue de printemps (les 25-26 mai) et inondations. Cote 4m91 à Arles le 26 mai 1810 (une autre source indique 5m13)
  • 1811 : crue de printemps (mai) et inondations catastrophiques. À Arles cote de 5m38.
  • 1826 : inondation historique du Rhône près d'Avignon (Caderousse)
  • 1827 : crue d'automne (octobre) et inondations catastrophiques - A Arles, cote de 5m10.
  • 1840 : crue d'automne (début novembre) ; débit estimé à 12000 m³.s-1.
    • La crue de novembre 1840 a été provoquée par une succession d'averses méditerranéennes torrentielles (4 au total), dont une au moins accompagnée de pluies océaniques diluviennes. C'est « l'événement météorologique le plus grandiose et le plus déconcertant qui se soit jamais produit dans le bassin du Rhône » (Maurice Pardé).
    • La crue est très forte en amont de Lyon et exceptionnelle en aval à cause des apports de la Saône. À Lyon, pendant tout le mois de novembre, le centre de la ville est sous les eaux ; 600 maisons s’écroulent !
    • À Avignon, la crue de la Durance, est concomitante avec celle du Rhône qui atteint dans cette cité le niveau de 8m65. La crue de novembre 1840 constituerait donc la plus forte crue connue avec celle de 2003, en aval d'Avignon.
    • Plus au sud, la crue est amoindrie en raison des nombreuses brèches dans les digues du Gard, notamment à Bellegarde et à Tarascon. À Beaucaire, la cote est mesurée à 6m85. À Arles, elle ne s'établit plus qu'à 5m05. En contrepartie, toute la vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme allongée et façonnée dans le relief par un cours d'eau (vallée fluviale) ou...) du Bas-Rhône est dévastée.
    • La Camargue est inondée. Le 3 novembre 1840, le delta, des salins d’Aigues-Mortes (Peccais) jusqu’à Port de Bouc, est entièrement submergé. Aigues-Mortes doit fermer les portes de la ville pour ne pas subir ce même sort. Le grand fleuve, qui venait de rompre ses digues, reconquit son ancien domaine et baigna les murailles de la ville subitement transformée en île ; les portes furent fermées. Pendant plusieurs jours, les plus gros bateaux du Rhône vinrent accoster les remparts comme de véritables quais, et purent ainsi ravitailler la population protégée par son enceinte contre cet ennemi d'une autre nature.
  • 1841 : crue d'automne (octobre) avec des inondations. Le 26 octobre 1841, il se produit de terribles inondations qui portent leurs ravages sur la Camargue.
  • 1843 : crue d'automne (novembre). À Beaucaire le niveau mesuré est supérieur à celui de 1841. Les salins d'Aigues-Mortes sont encore inondés
    • À Avignon, cote de 7m04
    • A Arles, cote de 5m15
  • 1846 : crue d'automne (octobre) - A Arles, cote de 5m04
  • 1856 : crue de printemps (fin mai) ; débit estimé à 12000/12500 m³.s-1.
    • " La crue de mai-juin 1856 fut la plus simple et la plus brutale des crues générales connues du Rhône (avant celle de décembre 2003). Il s’agit de la plus grosse inondation connue du XIXe siècle au sud de Bellegarde".
    • À Tarascon, la crue atteint le débit de 12000 m³.s-1 et la cote 8m50 de haut. Le 31 mai à Beaucaire, elle est mesurée à 7m95. À Avignon, le niveau atteint 7m95 (une autre source indique 7m83 sur l'échelle de Saint-Bénézet) et 5m58 à Arles.
    • Le 1er juin la décrue commence à Arles, mais les dégâts sont immenses : 1er juin, 8h37, soir. - Le Rhône a baissé de près de 2m depuis minuit. Cette baisse est arrivée trop tard ; 4 digues étaient rompues en différents points. La Camargue est couverte de 2 ou 3m d'eau. La plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique caractérisé par une surface topographique plane, avec des...), depuis Tarascon jusqu’à la mer, est inondée ; 100000 hectares environ, dont 60000 en culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :), sont sous l'eau. Toutes les récoltes sont perdues. Dans la ville de Tarascon, l'eau s'est élevée à 3 ou 4m. Nous sommes obligés d'envoyer de Marseille le pain nécessaire aux habitants. Il est probable qu'en Camargue, la plus grande partie des bestiaux est noyée.
    • À Avignon, le 3 juin, 1856, l'inondation emporte une partie des remparts entre la porte St-Roch et la porte St-Dominique.
    • A Lyon, les dégâts sont très importants. La crue cause des dégâts énormes dans le territoire (La notion de territoire a pris une importance croissante en géographie et notamment en géographie humaine et politique, même si ce concept est utilisé par d'autres sciences humaines. Dans le dictionnaire de géographie de...) de la rive gauche en pleine période de construction et entraîne la mort de dix-huit personnes dans la commune de la Guillotière.
    • Le photographe Édouard Baldus, à la demande de l’administration des Beaux-arts réalise un reportage (probablement un des tous premiers reportages photographiques) sur les inondations dévastatrices du Rhône, à Lyon, Avignon et Tarascon. Nous disposons aussi des clichés réalisés par Louis Froissard photographe du Service municipal de la voirie (La voirie désigne à la fois :) de Lyon.
  • 1889 : crue de printemps (avril) et inondation.
    • A Arles, le peintre Vincent van Gogh signale dans une de ses lettres (N°588 - du 30 avril 1889) une inondation du Rhône qui cause des dégâts à son appartement et à son travail entreposé là.
    • Toujours à Arles, une gravure de Gérardin dans le Monde Illustré représente l'avenue (Une avenue est une grande voie urbaine. Elle est en principe plantée d'arbres, et conduit à un monument.) de Tarascon inondée à hauteur (La hauteur a plusieurs significations suivant le domaine abordé.) de la paroisse actuelle du Trébon, avec des gens secourus par barques.
  • 1896 : crue d'automne (novembre). Le 2 novembre 1896 une crue est signalée à Sablons (Isère)

Depuis le début du XXe siècle

En 1934, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) reçoit la concession des travaux d'aménagement du Rhône. Cette entreprise est depuis chargée de l'aménagement général du fleuve, en particulier pour la production hydroélectrique et la navigation (La navigation est la science et l'ensemble des techniques qui permettent de :).

  • 1928 : crue d'hiver (février). Le 17 février 1928 une crue est signalée à Sablons (Isère)
  • 1935 : crue d'automne (novembre) ; quartiers d'Avignon inondés
  • 1936 : crue d'hiver (janvier) ; quartiers d'Avignon à nouveau inondés
  • 1944 : très fortes crues en Isère. Les crues de Novembre (qui succèdent à celles du printemps) sur le haut cours du fleuve sont parmi les plus importantes depuis plusieurs siècles. La région en amont de Saut-Brénaz est particulièrement sinistrée. Au Bouchage des maisons s'écroulent, le bétail doit être évacué sur des "plates" vers les villages voisins(Buvin, Vézeronce, Morestel). Le "Rhône" de 1944 reste dans les mémoires locales l'évènement le plus traumatique vécu par les habitants de cette région.
  • 1993 : crue d'automne (octobre) en Camargue ; débit estimé à 10000 m³.s-1 (9800 m³.s-1 relevé à Beaucaire). Vers Saint-Gilles, les digues cèdent en 14 endroits et 13000 hectares et 450 maisons sont submergés.
  • 1994 : crue d'hiver (janvier) dans la basse vallée du Rhône et inondations en Camargue ; débit estimé à 10500-11000 m³.s-1 (presque 11000 m³.s-1 relevé à Beaucaire). En deux endroits, les digues cèdent encore (2000 hectares submergés et 45 maisons inondées)
  • 2000 : crue et inondations en octobre dans le canton du Valais, elle est considérée comme "exceptionnelle" par les spécialistes avec des débits moyens supérieurs à celle de 1993
  • 2002 : crue d'automne (fin novembre).
    • À Tarascon, un débit de 9500 m³.s-1 est mesuré.
    • À Avignon l'île de la Barthelasse est inondée ainsi que les environs de Saint-Gilles (vers le 27 novembre)
  • 2003 : crue d'automne (début décembre). À cette date, il s'agit de la plus grande crue historique mesurée avec un débit instantané de 13000 m³.s-1 le 4 décembre à 3h00 à Beaucaire. La Compagnie nationale du Rhône (CNR) dans son rapport de synthèse indique un débit horaire supérieur à 12500 m³.s-1. Le débit a été depuis révisé à 11500 m³.s-1 + ou - 5%[6]. Voir aussi CNR[7] et mairie d'Arles[8].Les dégâts sont particulièrement dramatiques dans la plaine du Bas-Rhône (au sud de Tarascon) par suite de rupture des digues.
    • Les digues cèdent au nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) d'Arles et toute l'agglomération (Une agglomération est un ensemble urbain qui repose sur la continuité du bâti. L'agglomération correspond à la ville sur le plan physique. Une...) construite au nord-est (Le nord-est est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux nord et est. Le nord-est est opposé au sud-ouest.) de la cité depuis 1900 est sous les eaux, qui sont bloquées au sud et à l'est par les digues du canal du Viguerat. Pour la seule ville d’Arles, la Fédération Française des Assurances (FFA) comptabilise plus de 8000 sinistrés.
    • Plus au sud, d'autres digues cèdent en aval de Fourques sur la rive droite du Petit Rhône, et la Petite Camargue jusqu’à Aigues-Mortes est submergée comme lors des inondations de novembre 1840.

Les 2 dernières crues ayant eu des conséquences économiques et humaines si catastrophiques en particulier dans la plaine du Bas-Rhône, au sud de Tarascon à Arles, qu'elles ont entrainé la mise en chantier du Plan Rhône.

Page générée en 0.319 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique