Oracle (base de données)
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.
Oracle
Développeur Oracle Corporation
Dernière version 11g
Environnement Linux, Mac OS X, Windows (Windows est une gamme de systèmes d'exploitation produite par Microsoft, principalement destinées aux machines compatibles PC. C'est le remplaçant de MS-DOS. Depuis les années 1990,...), Unix (voir section dédiée)
Type SGBD
Licence propriétaire
Site Web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une adresse Web. On dit aussi site Internet par métonymie,...) http://www.oracle.com/

Oracle est un système de gestion de base de données (En informatique, une base de données (Abr. : « BD » ou « BDD ») est un lot d'informations stockées dans un dispositif informatique. Les technologies...) relationnel (SGBDR) fourni (Les Foúrnoi Korséon (Grec: Φούρνοι Κορσέων) appelés plus communément Fourni,...) par Oracle Corporation (Oracle Corporation (NASDAQ : ORCL) est une entreprise commerciale créée en 1977 par Lawrence Ellison connue pour :). Il a été développé par Lawrence Ellison (Lawrence Ellison (dit "Larry") est un homme d'affaire états-unien, autodidacte, il est le cofondateur de la firme Oracle Corporation spécialisée en système de gestion de base de données (Oracle).), accompagné d'autres personnes telles que Bob Miner et Ed Oates.

Historique

Software Development (Development est une revue scientifique bimensuelle à comité de lecture couvrant tous les champs de la génétique évolutive du...) Laboratories a été créé en 1977. En 1979, SDL change de nom en devenant Relational Software, Inc. (RSI) et introduit son produit Oracle V2 comme base de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) relationnelle. La version 2 ne supportait pas les transactions mais implémentait les fonctionnalités SQL basiques de requête (Le mot requête, synonyme de demande, est employé dans les domaines suivants :) et jointure. Il n'y a jamais eu de version 1, pour des raisons de marketing (Le marketing (on utilise aussi parfois — dans 7% des cas, d'après les chiffres donnés par Google — le néologisme français mercatique) est une discipline qui cherche à déterminer les offres de biens et services en fonction des...), la première version a été la version 2. Celle-ci fonctionnait uniquement sur les systèmes Digital VAX/VMS.

  • En 1983, RSI devient Oracle Corporation pour être plus représentative de son produit phare. La version 3 d'Oracle, entièrement ré-écrite en langage de programmation (Un langage de programmation est un langage informatique, permettant à un être humain d'écrire un code source qui sera analysé par une machine, généralement un...) C, est publiée. Celle-ci supportait les transactions grâce aux fonctionnalités de commit et rollback. C'est aussi à partir de cette version que la plate-forme Unix est supportée.
  • En 1984, la version 4 d'Oracle apparaît, supportant la cohérence en lecture (read consistency).
  • Début 1985, Oracle commence à intégrer le modèle client-serveur (L'architecture client/serveur désigne un mode de communication entre plusieurs ordinateurs d'un réseau qui distingue un ou plusieurs postes clients du serveur : chaque...), avec l'arrivée des réseaux au milieu des années 80. La version 5 d'Oracle supporte donc les requêtes distribuées.
  • En 1988, Oracle met sur le marché son ERP - Oracle Financials basé sur la base de données relationnelle Oracle. Oracle version 6 supporte le PL/SQL, le verrouillage de lignes (row-level locking) et les sauvegardes à chaud (hot backups, lorsque la base de données est ouverte).
  • En 1992, la version 7 d'Oracle supporte les contraintes d'intégrité, les procédures stockées et les déclencheurs (triggers).
  • En 1995, acquisition (En général l'acquisition est l'action qui consiste à obtenir une information ou à acquérir un bien.) d’un puissant moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une énergie...) multidimensionnel, commercialisé sous le nom d’Oracle Express (Express est un langage informatique servant à spécificier formellement des données. Il a fait l'objet d'une normalisation (ISO 10303-11).).
  • En 1997, la version 8 introduit le développement orienté objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il...) et les applications multimédia (Le mot multimédia est apparu vers la fin des années 1980, lorsque les CD-ROM se sont développés. Il désignait alors les applications qui, grâce à la mémoire du CD et aux capacités de...).
  • En 1999, la version 8i est publiée dans le but d'affiner ses applications avec Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en...). La base de données comporte nativement une machine virtuelle (Le sens originel de machine virtuelle (ou Virtual Machine (VM) en anglais) est la création de plusieurs environnements d'exécution sur un seul ordinateur,...) Java.
  • En 2001, Oracle 9i ajoute 400 nouvelles fonctionnalités et permet de lire et d'écrire des documents XML.

À partir de la version 9i, intégration du moteur OLAP au sein de Oracle : le moteur Oracle express est dorénavant référencé au sein de l’option Oracle OLAP. Les données multidimensionnelles sont accessibles à partir du langage SQL.

  • En 2003, la version 10g est publiée. Le g signifie " grid " ; un des atouts marketing de la 10g est en effet qu'elle supporte le " grid computing ".
  • En 2005, vers la fin novembre, une version complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant...) gratuite est publiée, la " Oracle Database 10g Express Edition ".
  • En 2005, rachat de Siebel
  • En 2007, rachat de Hyperion Solutions et sortie de la version 11g le 11 juillet[1].

Conventions sur les numéros de version

Les numéros de version d'Oracle ont introduit une certaine confusion chez de nombreuses personnes.

La nomenclature de version a changé au cours du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), mais se base en général sur la convention suivante : version X.Y.Z.a

Où X.Y désigne la version majeure du produit: 8.1 pour 8i, 9.2 pour 9i Release 2, etc. Ceci n'est plus vrai en 10, où l'on a une version majeure (10g), déclinée en 2 "release". Au sein d'une même version majeure (8i, 9i ou 10g), les fonctionnalités générales du RDBMS sont censées être les mêmes.

Le digit Z désigne quant à lui le niveau de correctif générique appliqué. Oracle délivre en général 3 ou 4 mises à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport...) ("patchset") pour une version majeure, mais cela reste très variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un prédicat ou un algorithme. En statistiques, une...).

Enfin, le digit a désigne un niveau de correctif spécifique à un système d'exploitation, ou une plateforme.

Depuis la version 7, les versions majeures du SGBD Oracle ont été les suivantes :

  • Oracle 7  : 7.1, 7.2, 7.3
  • Oracle 8  : 8.0.3, 8.0.4, 8.0.5, 8.0.6
  • Oracle 8i  : 8.1.5 (Release 1), 8.1.6 (Release 2), 8.1.7 (Release 3)
  • Oracle 9i  : 9.0.1 (Release 1), 9.2.0 (Release 2)
  • Oracle 10g : 10.1 (Release 1), 10.2 (Release 2)
  • Oracle 11g : 11.1 (Release 1)

Éditions et licences

Le produit RDBMS Oracle est vendu selon deux modes de licences :

  • Utilisateurs nommés : concrètement, nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de personnes uniques se connectant aux bases de données. Ceci convient à des applications de gestion typique en mode client/serveur.
  • Processeurs, où c'est le nombre de processeurs du serveur hébergeant Oracle qui sera facturé. Cette option est directement dédiée aux architectures (Architectures est une série documentaire proposée par Frédéric Campain et Richard Copans, diffusé sur Arte depuis 1995.) trois tiers, où le nombre exact de clients est difficilement connu, ou lorsque des milliers de personnes peuvent potentiellement accéder à la base (sites web). On notera qu'une pondération spécifique est définie pour les récentes puces "multi-core" (Intel, AMD ou SPARC).

En version 10g, Oracle valorise le prix d'une licence selon 3 types :

  • édition Entreprise : comprend toutes les fonctionnalités du produit
  • édition Standard : limitations apportées aux fonctionnalités
  • édition Standard One : idem que standard, et limitation sur le nombre de processeurs (4 maximum)

On notera qu'en plus de ces licences, Oracle facture en sus certaines options. Ainsi, les fonctionnalités suivantes doivent être spécifiquement achetées :

  • Partitionning
  • OLAP
  • Data Mining
  • Real Application Cluster
  • Advanced Security

Enfin, Oracle propose depuis fin 2005 une version totalement gratuite de la base, " Oracle Database Express Edition ". Il s'agit d'une version 10g Standard Edition One, fortement limitée : Elle gère actuellement des fichiers de données limités à 4 Go de données et un serveur doté d'un seul processeur (Le processeur, ou CPU (de l'anglais Central Processing Unit, « Unité centrale de traitement »), est le composant de l'ordinateur qui exécute les programmes informatiques. Avec la mémoire notamment,...) et d'un maximum de 1 Go de mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) RAM.

Téléchargement (En informatique, le téléchargement (en anglais download) est l’opération de transmission d’informations — programmes, données,...) des produits

L'intégralité des produits Oracle, à savoir :

  • la base de données (RDBMS)
  • le serveur d'application (IAS)
  • la suite collaborative (OCS)
  • l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux...) de développement (ODS)
  • la suite applicative (eBusiness suite)

Ainsi que les documentations associées, sont téléchargeables en version intégrale (Une intégrale est le résultat de l'opération mathématique, effectuée sur une fonction, appelé intégration. Une intégrale est donc composée d'un intégrande (la fonction à intégrer) et d'un opérateur que l'on appelle intégrateur...), sans limitation de durée, sur le site Oracle Technology Network : http://otn.oracle.com

Fonctionnalités

Principales

  • SQL
  • PL/SQL, langage de programmation (La programmation dans le domaine informatique est l'ensemble des activités qui permettent l'écriture des programmes informatiques. C'est une étape importante de la conception de logiciel (voire de matériel, cf. VHDL).) propre à Oracle, utilisé pour créer des procédures, des fonctions et des triggers.
  • Java, ce langage de programmation est aussi utilisable pour créer des triggers lors de l'insertion, la modification ou l'effacement d'éléments
  • Montage de la base de données sur plusieurs serveurs (grid en 10g, rac en 9i)
  • Spatial, pour permettre la gestion de données géographiques
  • Partitionnement physiques des données en sous-ensembles pour optimiser les temps d'accès
  • Moteur OLAP intégré, stockant les cubes sous forme de BLOB (Binary Large Objects)
  • Gestion de très grands volumes de données, taille maxi de 65 536 fichiers de 128 To chacun en utilisant les BigFiles de la version 10gR2 ou 10.2
  • Réplication des données selon différents modes synchrones ou asynchrones de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) ou partie d'une base de données
Page générée en 0.262 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique