Histoire de l'informatique - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

L'essor de l'informatique au XXe siècle

Un survol du XXe siècle permet d'avancer plusieurs raisons à l'essor fulgurant de l'informatique :

  • les progrès dans la réflexion sur les fondements de la Logique (La logique (du grec logikê, dérivé de logos (λόγος),...) et des Mathématiques : la volonté de fonder les Mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide...) par la Logique aboutit à un échec ;
  • les progrès de l'électronique ;
  • la mobilisation de moyens militaro-industriels au moment de la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui...) Guerre mondiale dépasse l'ambition des programmes nationaux habituels d'aide au développement.

Deuxième génération (1956-1963)

La deuxième génération d’ordinateurs est basée sur l’invention du transistor en 1947. Cela permit de remplacer le fragile et encombrant tube électronique par un composant plus petit et fiable. Les ordinateurs composés de transistors sont considérés comme la deuxième génération et ont dominé l’informatique dans la fin des années 1950 et le début des années 1960. Malgré l’utilisation de transistors et de circuits imprimés, ces ordinateurs étaient encore encombrants et seulement utilisables par les universités, gouvernements et grandes sociétés. Par exemple, l’IBM 650 de 1954 composé de tubes à vide (Le vide est ordinairement défini comme l'absence de matière dans une zone spatiale.) pesait 900 kg et son alimentation environ 1 350 kg, chacun enfermé dans un module de près de 2,5 m³. Il coûtait 500 000 $ ou pouvait être loué 3 500 $ par mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...). De plus sa mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir...) n’était que de 2 000 mots de 10 digits.

En 1955, Maurice Wilkes inventa la microprogrammation, désormais universellement utilisée dans la conception des processeurs. Le jeu d'instructions du processeur (Le processeur, ou CPU (de l'anglais Central Processing Unit, « Unité centrale de...) est défini par ce type de programmation (La programmation dans le domaine informatique est l'ensemble des activités qui permettent...).

En 1956, IBM (International Business Machines Corporation (IBM) est une société multinationale américaine...) sortit le premier système à base de disque dur (Un disque dur est une mémoire de masse magnétique utilisée principalement dans les...), le Ramac 305 (Random Access Method of Accounting and Control). L'IBM 350 utilisait 50 disques de 24 pouces en métal (Un métal est un élément chimique qui peut perdre des électrons pour former des...), avec 100 pistes par face. Il pouvait enregistrer cinq mégaoctets de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) et coûtait 10 000 $ par mégaoctet.

Le premier langage de programmation (Un langage de programmation est un langage informatique, permettant à un être humain...) universel de haut niveau à être implémenté, le Fortran (Fortran (FORmula TRANslator) est un langage de programmation utilisé principalement en...) (Formula Translator), fut aussi développé par IBM à cette période (Le Plankalkül, langage de haut niveau (Un langage de haut niveau en informatique est un langage de programmation qui permet au programmeur...) développé par Konrad Zuse en 1945 n’avait pas encore été implémenté à cette époque.)

En 1959, IBM lança l’IBM 1401 (commercial), qui utilisait des cartes perforées. Il fut le plus grand succès dans l’histoire de l’informatique avec 12 000 unités vendues. Il utilisait une mémoire magnétique de 4 000 caractères (étendue plus tard à 16 000 caractères).

En 1960, IBM lança l’IBM 1620 (scientifique). Il écrivait à l’origine sur des rubans perforés, mais évolua rapidement pour utiliser des lecteurs de cartes perforées comme le 1442. 2 000 unités furent vendues. Il utilisait une mémoire magnétique de 60 000 caractères décimaux. Un exemplaire opérationnel fut longtemps présent au palais de la Découverte (Le Palais de la découverte est un musée et centre culturel scientifique parisien. Il est...).

En 1960, l’IBM 7000 est le premier ordinateur (Un ordinateur est une machine dotée d'une unité de traitement lui permettant...) à base de transistors.

La même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...), Digital Equipment Corporation (DEC) lança le PDP-1 (Programmed Data Processor). Le PDP-1 était le premier ordinateur interactif et a lancé le concept de mini-ordinateur. Il avait une vitesse (On distingue :) d’horloge de 0,2 MHz et pouvait stocker 4 096 mots de 18 bits. Il effectuait 100 000 opérations par seconde. Vendu pour seulement 120 000 $ environ, il était le premier ordinateur accessible sur le simple budget (Un budget est un document comptable prévisionnel distinguant les recettes et les dépenses.) d’un (gros) service sans remonter à la direction générale.

En 1960, la Société d'Électronique et d'Automatisme ( Techniquement, un automatisme est un sous-ensemble ou un organe de machine(s) destiné à...) (SEA) commercialise la CAB500, véritable ordinateur personnel (Un ordinateur personnel, encore appelé micro-ordinateur ou ordinateur individuel, est un...). Ses caractéristiques - interactivité (L'interactivité est une activité nécessitant la coopération de plusieurs...), souplesse d'emploi, compacité et faible prix - la différencient des mainframes de l'époque. Le travail de l'utilisateur est facilité par le langage Programmation Automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la...) des Formules (PAF), qui traduit les fonctions explicites en langage machine (Le langage machine est la suite de bits qui est interprétée par le processeur de l'ordinateur...). Plus d'une centaine d'exemplaires sont commercialisés, notamment dans les universités ou les écoles d'ingénieurs, et contribuent à former la première génération d'informaticiens français.

En 1960, les Français Serel OA-1001 [2], sortaient une machine 18 bits +signe +parité, 4 kmots, 100 kHz, purement binaire dédiée au contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de...) de processus ou aux calculs scientifiques. Elle sera bientôt suivie par une version plus petite le Serel ODP-505, 3 fois plus rapide..

Page générée en 0.044 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique