Parapente - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Le parapente est un aéronef dérivé du parachute, permettant la pratique du vol libre. De nos jours, son utilisation, qui constitue un loisir et un sport, est indépendante du parachutisme et se rapproche plus d'autres sports aériens comme le vol à voile (Le vol à voile est une activité de loisirs et de compétition au cours de laquelle...) ou le (très proche) deltaplane (Le deltaplane ou aile delta est un aéronef de vol libre, dit à ailes souples. Sa pratique...).

Un parapente (Le parapente est un aéronef dérivé du parachute, permettant la pratique du vol...) en vol
Decolagemparapente.ogg
Décollage (Le décollage est la phase transitoire pendant laquelle un aéronef passe de l'état...) d'un parapente.

Histoire

Réplique de la Sailwing de Dave Barish

L'histoire du parapente commence en 1965 avec la mise au point (Graphie) de la Sailwing par Dave Barish. Il nomme cette nouvelle discipline slope soaring (vol de pente). Parallèlement à cette invention, Domina Jalbert crée un parachute (Le parachute est un dispositif destiné à freiner le mouvement, principalement vertical...) à caissons qu'il considère comme le remplaçant du parachute parabolique : le parafoil. Ce concept évolue vers la chute libre mais lègue au parapente les concepts de double surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a...) et de caissons.

Dave Barish et Dan Poynter effectuent entre 1966 et 1968 des démonstrations du slope soaring sur un tremplin de saut à ski, puis partent en tournée dans des stations de ski. Quelques alpinistes commencent à s'intéresser à cette pratique, y voyant un moyen rapide et efficace de redescendre après une ascension.

En 1971, Steve Snyder commercialise, aux Etats Unis (L'UNIS, pour UNIversité du Svalbard, est une université norvégienne implantée...), la première voile à caissons sous le nom de Paraplane et c'est en 1972 que l'on trouve la première voile de ce type aux Championnats de France de Parachutisme (Le parachutisme naît le 22 octobre 1797, lors du saut de Garnerin au-dessus du parc...). A la fin des années 70 il n'y aura plus que ce type de voile a ces Championnats.

En 1978, trois parachutistes, Jean-Claude Bétemps, André Bohn et Gérard Bosson décollent du Pertuiset à Mieussy avec leurs parachutes rectangulaires. Ils entraînent rapidement d'autres parachutistes avec eux pour pratiquer le vol de pente. Le principal attrait du vol de pente pour les parachutistes de l'époque réside dans le fait que cette pratique leur permet de s'entraîner à la précision d'atterrissage (L’atterrissage désigne, au sens étymologique, le fait de rejoindre la terre ferme....) sans avoir à utiliser l'avion (Un avion, selon la définition officielle de l'Organisation de l'aviation civile internationale...), plus cher et moins pratique.

Laurent de Kalbermatten invente en 1985 « la Randonneuse », première voile conçue spécifiquement pour le parapente. Elle est plus performante et plus facile à gonfler que les parachutes utilisés jusqu'alors. Jean-Claude Bétemps en a dit que ce n'était qu'une copie d'un parachute 9 caissons mais le simple fait de changer le tissu pour qu'il soit non poreux et la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...) des suspentes pour supprimer l'élasticité permis déjà de gagner un point de finesse. Le parapente ne cessera alors d'évoluer, tant au niveau du matériel qu'au niveau de la pratique : tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) d'abord utilisé surtout par les alpinistes, le parapente devient un sport aérien à part entière.

Les premiers Championnats du monde (Le mot monde peut désigner :) de parapente ont lieu en 1989 à Kössen en Autriche.

Pilotage

Le pilotage s'articule en trois points :

  • maîtriser la direction (droite ou gauche) ;
  • maîtriser l'équilibre de la voilure (interaction avec l'aile) ; principalement en tangage et roulis, puis aussi indirectement en lacet.
  • maîtriser la propulsion (La propulsion est le principe qui permet à un corps de se mouvoir dans son espace environnant....) (accélérer ou freiner).

Vitesse (On distingue :)

Le parapentiste peut faire varier la vitesse de l'aile en actionnant les deux freins en même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...).

  • Freins relâchés, le parapente volera à sa vitesse maximum, cette vitesse peut être augmentée en utilisant l'accélérateur ou des trims.
  • La meilleure allure est généralement celle de la finesse maximale, c'est-à-dire le meilleur compromis entre taux de chute (vitesse de chute à l'intérieur de la masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un...) d'air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et...), qui peut elle-même se déplacer vers le haut ou le bas) et vitesse horizontale. C'est à la finesse maximum que le parapentiste peut aller le plus loin (il faut, cependant, tenir compte du vent (Le vent est le mouvement d’une atmosphère, masse de gaz située à la surface...) et adapter sa vitesse : plus vite face au vent et inversement). Elle est obtenue par une certaine position des freins et dépend des caractéristiques aérodynamiques de l'aile.
  • En freinant davantage, le régime de taux de chute minimum est atteint. C'est là que la vitesse verticale (La verticale est une droite parallèle à la direction de la pesanteur, donnée notamment par le...) par rapport à la masse d'air est la plus basse.
  • Si le parapentiste ralentit encore sa vitesse, son taux de chute augmente et il risque le décrochage. Le décrochage est une perte de la portance due à un angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts...) d'incidence trop élevé, résultant souvent d'une vitesse trop faible. L'aile ne vole plus (sa vitesse horizontale est nulle). L'aile reprendra de la portance en diminuant progressivement le freinage. Cette sortie du domaine de vol est encore plus délicate à gérer avec une aile performante qu'avec une aile d'apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus...).

Virage

Deux éléments complémentaires permettent de faire tourner l'aile : le pilotage sellette et l'action sur les commandes.

Si l'on descend une commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un...) le bord de fuite s'abaisse de ce côté d'aile, l'incidence augmente ce qui augmente grandement la portance et traînée (En mécanique des fluides, la traînée est la force qui s'oppose au mouvement d'un...) induite mais moindrement la traînée de frottement (Les frottements sont des interactions qui s'opposent à la persistance d'un mouvement relatif entre...). En réaction cette moitié d'aile ralentie ce qui enclenche le virage de l'aile.

La réalité fine du pourquoi et du comment du virage en parapente semble très complexe et divise les spécialistes, mais cette description schématique n'en est pas moins exacte : avec la plupart des ailes, cette action sur un frein (Un frein est un système permettant de ralentir, voire d'immobiliser, les pièces en mouvement...) suffit à obtenir un virage bien coordonné entre les axes de lacet (rotation dans le plan horizontal) et roulis (pendule dans le plan latéral).

Il est également préférable de déplacer son poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la...) dans la sellette avant d'actionner la commande: cette action incline l'aile essentiellement selon l'axe de roulis et du côté où l'on se penche. Cela peut être utile soit pour rectifier un virage désaxé par la turbulence (La turbulence désigne l'état d'un fluide, liquide ou gaz, dans lequel la vitesse...), soit pour optimiser le virage ou son déclenchement sous certaines ailes mal coordonnées au frein seul (enraye l'effet de roulis inverse), soit pour forcer un virage avec beaucoup de roulis initiant une descente rapide, ou au contraire un virage en lacet seul (dit « virage à plat ») limitant la dégradation du taux de chute due au virage et permettant parfois de mieux exploiter les thermiques faibles et larges.

Page générée en 0.138 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique