Scandale de la Beauharnois - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Schéma de 1930 illustrant la construction de la première phase de la centrale de Beauharnois.

Le scandale de la Beauharnois est un scandale politico-financier canadien impliquant la Beauharnois Light, Heath and Power Co., L'entreprise a fait don de 700 000 dollars au Parti libéral du Québec et au Parti libéral du Canada afin d'obtenir le droit de dériver les eaux du fleuve (En hydrographie francophone, un fleuve est un cours d'eau qui se jette dans la mer ou dans l'océan – ou, exceptionnellement, dans un désert, comme pour l'Okavango. Il se distingue...) Saint-Laurent pour y construire la centrale de Beauharnois (La centrale de Beauharnois est une centrale hydroélectrique au fil de l'eau construite sur le fleuve Saint-Laurent à la sortie du canal, près de Melocheville, à une quarantaine de...), en Montérégie. L'affaire, qui a fait grand bruit (Dans son sens courant, le mot de bruit se rapproche de la signification principale du mot son. C'est-à-dire vibration de l'air pouvant donner lieu à...), a contribué à la défaite du gouvernement libéral de William Lyon Mackenzie King, qui est remplacé par le conservateur Richard Bedford Bennett à l'élection fédérale de 1930. Le nouveau gouvernement fit instituer deux commissions d'enquête, à la Chambre des communes et au Sénat canadien.

Concession hydraulique

L'histoire commence en 1902 avec la formation et le développement de la Beauharnois Light, Heat and Power Company, une société incorporée au Québec par les héritiers de la famille de Joseph Bartholomew Robert, qui avait établi une usine de tissage sur la rivière (En hydrographie, une rivière est un cours d'eau qui s'écoule sous l'effet de la gravité et qui se jette dans une autre rivière ou dans un fleuve, contrairement...) Saint-Louis en 1858. En plus de son usine, Robert acquiert des terrains dans la région de Beauharnois et achète le canal d'alimentation qui relie le lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le volume soit suffisant pour provoquer une...) Saint-François et la rivière Saint-Louis, que le gouvernement avait élargi cinq ans plus tôt dans un but de contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) des crues. L'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) suivante, Robert achète le moulin (Un moulin est une machine à moudre les grains de céréale en farine et, par analogie, une machine à broyer, piler, pulvériser diverses substances et à extraire certains produits (huile,...) à deux meules qu'avait fait construire l'ancien seigneur de Beauharnois, Alexander Ellice au début du XIXe siècle.

L'entreprise familiale possède le droit de détourner 1 050 pieds cubes d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) par seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. ...) (30 m3/s) en vertu d'un décret fédéral de 1910, qui établit ses droits. Avec des alliés, la famille prend le contrôle de la Montreal Street Railway en 1911 et tente d'obtenir une diversion beaucoup plus considérable. W. H. Robert adresse (Les adresses forment une notion importante en communication, elles permettent à une entité de s'adresser à une autre parmi un ensemble d'entités. Pour qu'il n'y ait pas...) une lettre au ministre fédéral des Travaux publics F. D. Monk afin de demander un débit (Un débit permet de mesurer le flux d'une quantité relative à une unité de temps au travers d'une surface quelconque.) de 40 000 pieds cubes par seconde (1 133 m3/s). La Beauharnois Light, Heat and Power Company obtient l'autorisation requise, mais la construction n'a pas lieu en raison des conditions de marché et de la Première Guerre mondiale.

En 1913, le jeune ingénieur (« Le métier de base de l'ingénieur consiste à résoudre des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et...) Robert Oliver Sweezey s'intéresse au potentiel hydraulique du secteur Soulanges du fleuve Saint-Laurent — entre les lacs Saint-François et Saint-Louis — et prépare une étude pour le compte de la Royal Securities Corporation, la société d'investissement de Lord Beaverbrook. Le rapport conclut à la viabilité technique de l'harnachement du fleuve dans le secteur Soulanges, mais souligne qu'il existe des obstacles de nature concurrentielle, politique et financière. Le premier obstacle est lié à la stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) d'affaires de la Montreal Light, Heat and Power, qui domine le marché montréalais de l'électricité (L’électricité est un phénomène physique dû aux différentes charges électriques de la matière, se manifestant par une énergie. L'électricité désigne également la branche de la physique qui étudie les...). L'entreprise adopte une stratégie conservatrice et limite délibérément l'offre afin de conserver son monopole et des prix les plus élevés possibles.

En 1921, Sweezey fonde Newman, Sweezey and Company, une société de courtage de valeurs mobilières qui s'intéresse particulièrement au financement de projets dans l'industrie du papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente sous forme de...) et de l'hydroélectricité. Il est impliqué dans plusieurs fusions et prises de contrôle qui agitent l'industrie au cours de cette décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix » et annus « année.). L'intérêt de Sweezey pour le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) de Beauharnois est ravivé en 1925, une douzaine d'années après sa première étude du dossier.

La construction

La centrale de Beauharnois en construction, octobre 1930.
Page générée en 0.197 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique