De Dion-Bouton
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

De Dion-Bouton était un constructeur automobile et ferroviaire français du début du XXe siècle.

Histoire

part bénéficiaire de Dion-Bouton
part bénéficiaire de Dion-Bouton (De Dion-Bouton était un constructeur automobile et ferroviaire français du début du XXe siècle.)

La société fut fondée par le comte (puis marquis) nantais Albert de Dion et Georges Bouton et Armand Trépardoux à Puteaux, elle commença par la fabrication d'automobiles à vapeur () en 1882, dans une entreprise qui s'implanta rapidement à Puteaux, quai National, renommé plus récemment, quai De Dion-Bouton.

Georges Bouton meurt en 1938, Albert de Dion en 1946.

Véhicules routiers

Moteur à essence, 1908
Moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) à essence, 1908
Automobile de 1901, type G dite
Automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de...) de 1901, type G dite "Vis-à-vis"

Les premiers véhicules de l'entreprise furent un tricycle (Le tricycle est un cycle à trois roues.) à vapeur, puis, en 1894, un tracteur routier (Camions :) à vapeur à quatre roues (La roue est un organe ou pièce mécanique de forme circulaire tournant autour d'un axe passant par son centre.). Attelé à une calèche (Une calèche est une voiture à traction animale venue d'Europe centrale. Ce terme tend, au début du XXIe siècle, à désigner toute voiture tirée par un ou plusieurs chevaux, mais il...), il remporta la course (Course : Ce mot a plusieurs sens, ayant tous un rapport avec le mouvement.) Paris-Rouen (Paris-Rouen est la première course automobile de l'histoire. Elle se déroula en France, entre Paris et Rouen le 22 juillet 1894. L'épreuve est organisée par Le...) le 22 juillet 1894.

Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en poursuivant la construction de chaudières légères, l'entreprise s'intéressa aux moteurs à essence, avec, dès 1895, un tricycle à essence, et, en 1899, la voiturette à essence.

Ces véhicules employaient une suspension ( Le fait de suspendre des particules En chimie, la suspension désigne une dispersion de particule. En géomorphologie, la suspension est un mode de transport des sédiments. Le fait de suspendre un...) semi-indépendante innovante à tube De Dion, qui fut reprise par d'autres fabricants. La société a produit une automobile à moteur (Un moteur (du latin mōtor : « celui qui remue ») est un dispositif qui déplace de la matière en apportant de la puissance. Il effectue ce travail à partir d'une...) à essence de petite cylindrée (La cylindrée est le volume balayé par le déplacement d'une pièce mobile dans une chambre hermétiquement close pour un mouvement unitaire. Ce concept est utilisé pour les pompes et tous les moteurs utilisant un fluide.) en 1895, la petite voiture.

La société commença bientôt à produire des moteurs et à fournir à d'autres constructeurs automobiles, tels que Latil, Peugeot (Peugeot est une marque de constructeur automobile français fondée par Armand Peugeot de la famille Peugeot en 1896. Le siège est à Paris et les bureaux d'étude et de recherche à Vélizy, La...) ou Renault. Les moteurs de Dion furent utilisé par plus de 150 autres sociétés.

En 1900, De Dion-Bouton était le plus grand fabricant d'automobiles dans le monde (Le mot monde peut désigner :). La société produisit 400 voitures et 3 200 moteurs cette année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) là. La société fut la première à fabriquer un moteur V8 en série, en 1910. Ces chiffres de production seront dépassés par ceux de Panhard (Panhard fut un constructeur français dont l'activité « automobile » a été arrêtée en 1967 après sa reprise par Citroën. Il reste aujourd'hui constructeur de véhicules...) & Levassor avant la Première Guerre mondiale, puis par d'autres fabricants comme Peugeot ou Renault, mais surtout Citroën (Citroën est un constructeur automobile français fondé en 1919 par André Citroën.) et sa production " en série ".

Comme Michelin, De Dion-Bouton publiait des cartes routières, activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) qu'il débuta en 1900 et qu'il cédera à l'imprimeur Vermot en 1908[1].

À cette époque, la marque fabrique des tricycles à moteur et fournit des moteurs à de nombreuses marques de motos.

Durement touchée par les conséquences du krach de 1929, la société ne saura pas renouveler sa gamme de voitures et devra abandonner la production de voitures de tourisme (Le tourisme est le fait de quitter son domicile, pour des raisons personnelles, pour une durée supérieure à 24 heures. Ce qui implique la consommation d'une nuitée auprès...) en 1933. Elle poursuivra cependant celle d'autobus (Un autobus (ou bus), comme un autocar (ou car), est un véhicule automobile pour le transport en commun de voyageurs. Le mot bus et autobus vient d'Omnés Omnibus qui était le slogan du chapelier Omnés à Nantes...) et de balayeuses-arroseuses jusqu'en 1953, et de bicyclettes encore un dizaine d'années, avant d'être rachetée par une petite entreprise berrichonne.

Autorail De Dion Bouton type OC1 de l'ACFCdN aux Chemins de fer des Côtes-du-Nord
Autorail (Un autorail est un véhicule ferroviaire automoteur destiné au transport de voyageurs. Il est généralement animé par un (ou plusieurs) moteur diesel monté sous le plancher qui est directement la source de traction comme sur un...) De Dion Bouton type OC1 de l'ACFCdN aux Chemins de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau...) des Côtes-du-Nord
Autorail De Dion Bouton type JM4 de l'AMTUIR ex Chemins de fer des Côtes-du-Nord
Autorail De Dion Bouton type JM4 de l'AMTUIR ex Chemins de fer des Côtes-du-Nord

Autorails

De Dion-Bouton fournit, avant la Première Guerre mondiale, des moteurs à vapeur pour des autorails construits par des entreprises étrangères, telles que le hongrois Ganz, ainsi que des moteurs à essence pour des automotrices pétroléo-électriques des Chemins de fer unis (L'UNIS, pour UNIversité du Svalbard, est une université norvégienne implantée en 1993, à Longyearbyen (2000 habitants), principale cité du Spitzberg (en francais, Spitzberg désigne...) d'Arad et Csanad (ACsEV) (Hongrie).

Après la Guerre, l'entreprise devint un constructeur ferroviaire (Un constructeur ferroviaire est une entreprise qui réalise la fabrication et l'assemblage du matériel roulant ferroviaire : locomotives, rames automotrices, autorails, voitures à voyageurs, wagons, rame de métro,...) à part entière, puisque, de 1923 à 1948, de Dion-Bouton fut le principal constructeur français d'autorails avec 250 véhicules pour réseaux secondaires, essentiellement français.

Ces autorails étaient destinés à permettre l'évolution de ces réseaux, dont les trains vapeurs étaient désespérément trop lents (et trop coûteux) pour suppporter la concurrence des transports (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) automobiles qui étaient en plein développement.

Certains autorails De Dion-Bouton sont préservés par des chemins de fer touristiques

Liste des autorails préservés

Liste non exhaustive

  • Voie métrique (Une voie métrique est une voie ferrée dont l'écartement entre rails est de 1000 mm. Elle fait partie des voies étroites. Cette caractéristique de construction économique fut le propre des chemins de fer français départementaux...)
    • JM4 (1932) CdN n°11 - AMTUIR - restauré
    • OC1 (1937) CdN n°15 - CFBS - en attente de restauration
    • OC1 (1937) CdN n°16 - ACFCdN - en attente de restauration
    • OC2 (1946) RB n°X202 - ACFCdN - en attente de restauration
    • OC2 (1946) RB n°X205 - SABA - restauré
    • OC2 (1946) RB n°X206 - SABA - en attente de restauration
    • ND n°201 - VFV - épave
    • ND n°202 - MTVS - en cours de restauration
    • ND n°204 - VFV - en attente de restauration
    • ND n°206 - VFV - épave
    • ND n°207 - Vivarais - en attente de restauration

Anecdote

  • En 1908, il construit trois traîneaux à moteur pour l'expédition en Antarctique (L'Antarctique (prononcé [ɑ̃.taʁk.tik] Écouter) est le continent le plus méridional de la Terre. Situé au pôle Sud, il est entouré de l'océan Austral (ou océan...) de Jean-Baptiste Charcot (Jean-Baptiste Charcot (Neuilly-sur-Seine, 1867 - en mer, 1936) est un médecin et un explorateur des zones polaires français.).

Galerie

Page générée en 0.092 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique